Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Paul Andrew William (G.B)

"Song for Marion" Sortie en salles le 15 mai 2013

Arthur et Marion, un couple de retraités londoniens sont restés très proches malgré leurs caractères dissemblables. Marion est aussi enthousiaste et sociable qu’Arthur est bougon, jamais content de rien.

Malgré une maladie qui la détruit lentement, la vieille dame est membre assidu d’une chorale de quartier dirigée par la jeune, généreuse et dynamique Elisabeth

Celle-ci fait l’unanimité auprès des choristes et parvient de temps en temps à retenir l’attention d’Arthur ou à le faire sourire.

Lorsque la chorale est sélectionnée pour participer à un concours, Marion affaiblie par les traitements, n’est pas certaine de pouvoir chanter.

"Song for Marion" est un film comme on n’en fait plus. Mais la détermination du réalisateur à laisser filer, sans démordre, le récit sur la ligne du mélo, finit par en faire un divertissement larmoyant certes, mais qui se laisse voir sans déplaisir pour peu qu’on en accepte le parti pris.

Il est vrai que les comédiens auxquels Paul Andrew William a fait appel : Vanessa Redgrave (Marion), Gemma Aterton (Elisabeth) et surtout Terence Stamp (Arthur) y sont pour beaucoup dans l’intérêt qu’on peut porter à " Song for Marion".

Il faut cependant reconnaître son courage à un réalisateur qui s’engage dans une histoire à contre-courant, peuplée de vieillards exaspérants d’optimisme et de vivacité, de ceux qui poussent la chansonnette en fin de banquet, portent casquette et chemise à impressions voyantes.

Là encore, on ne nuance pas. Le sur-jeu est de rigueur et toutes les démonstrations d’excentricités, tous les débordements sont bons à prendre.

Mais tout cela qui pourrait contribuer à faire un très mauvais film s’harmonise avec tout ce qui, dans le récit, frise le conte de fée.

La disparition en douce de Marion modifiera le caractère exécrable d’Arthur qui, se montrant sous son vrai jour, se réconciliera avec son fils avec qui il s’était fâché, et poussera lui-même la chansonnette devant un auditoire ému quand chacun sait ou devine qu’elle est dédiée à Marion.

"Song for Marion" ne fera certainement pas date dans le cinéma. Ce n’est pas un chef-d’œuvre ni tout à fait un bon film mais on peut y aller pour verser une larme ou deux et retrouver avec plaisir mais nostalgie deux comédiens rares, vieillissants mais magnifiques : Terence Stamp et Vanessa Redgrave.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)