Autour du Jazz

Vues de l’espace

« Sons of love », Thomas de Pourquery Supersonic

Que faire lorsqu’un premier album devient « Meilleur Album de l’Année » aux Victoires du Jazz 2014 ? Dissoudre le groupe et aller voir ailleurs si la musique est plus étrange est une des solutions possible. Thomas de Pourquery y a songé pour son groupe « Supersonic » qui avait repris des compositions de Sun Ra dans le bien nommé « Play Sun Ra ». En réaliser un deuxième était un rêve de producteur mais pas celui du saxophoniste alto/chanteur qui voulait vivre de nouvelles aventures.

Jazz : supersonic

Il raconte un rêve, un rêve de compostions avec ses amis de son groupe. Il entendait le son des instruments comme venu de cet ailleurs recherché, d’un espace différent pour organiser d’autres rencontres, d’autres organisations de ce sextet. Il faut dire que Edward Perraud est un batteur étrange et engagé, Arnaud Roulin, un pianiste qui s’inscrit dans tous les contextes, Frederick Gallay un maître du temps à la contrebasse, Laurent Bardainne au saxophone ténor dessine un alter ego de Thomas, Fabrice Martinez un trompettiste qui joue avec le silence – tout comme Miles Davis – pour habiter les compositions du leader. Chacun est soit vocaliste, soit utilise l’électronique pour construire un environnement propice à la mise en valeur d’un son collectif. La référence à Sun Ra n’est pas épuisée en témoigne les titres comme « We travel the space ways » ou « From planet to planet » qui permettent d’offrir de nouveaux points de vue.

« Sons of Love », fils de l’amour mais aussi, pour ne pas résister au jeu de mots facile, les sons de l’amour pour se réinventer. Comme d’habitude, Thomas de Pourquery peut céder à l’attrait de la chanson « facile » comme dans « Slow Down » qui fait, en plus penser à quelques airs sunraniens entendus sur scène. Pour dire que dans ce style il est difficile de couper tous les ponts. Ainsi Laurent Bardainne, dans le titre éponyme, « Sons of love », prend comme modèle plus John Gilmore que Coltrane…

Une belle énergie fraternelle fait de cet album un de ceux qu’il faut entendre.

Nicolas Béniès.

« Sons of love », Thomas de Pourquery Supersonic, Label Bleu distribué par l’Autre Distribution.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Film of life », Tony Allen
    Tony Allen est batteur et non pas percussionniste. La nuance semble subtile mais elle est d’importance. La batterie est un instrument créé par et pour le jazz. Elle n’existe dans aucune autre... Lire la suite (Novembre 2014)
  • « Mazal », Aziz Sahmaoui
    Un souvenir, l’orchestre national de Barbès et son « groove », son enthousiasme aussi et cette musique qui faisait bouger les corps. Son chanteur et joueur de mandole, Aziz Sahmaoui, faisait preuve... Lire la suite (Novembre 2014)
  • « Trust », Josez Dumoulin & The Red Hill Orchestra
    Les interrogations se multiplient sur la dénomination de la musique actuelle. La référence au jazz ne suffit plus. La pulsation est souvent toujours présente mais le « swing », autrefois l’élément... Lire la suite (Novembre 2014)
  • « The Art of Conversation », Kenny Barron/Dave Holland
    Cet album tient un titre, « Art of Conversation », et il le tient bien. Kenny Barron, pianiste, né à Philadelphie le 9 juin 1943, sait tout du jazz. Dave Holland, britannique de départ devenu... Lire la suite (Novembre 2014)
  • « Les Mains Sales »
    « Les Mains Sales » ? Un nom curieux pour un groupe qui se veut franchement moderne. Référence, bien sur, à la pièce de Sartre qui parle de la responsabilité et de la liberté assumée, consciente. Sartre... Lire la suite (Octobre 2014)