Autour du Jazz

Vues de l’espace

« Sons of love », Thomas de Pourquery Supersonic

Que faire lorsqu’un premier album devient « Meilleur Album de l’Année » aux Victoires du Jazz 2014 ? Dissoudre le groupe et aller voir ailleurs si la musique est plus étrange est une des solutions possible. Thomas de Pourquery y a songé pour son groupe « Supersonic » qui avait repris des compositions de Sun Ra dans le bien nommé « Play Sun Ra ». En réaliser un deuxième était un rêve de producteur mais pas celui du saxophoniste alto/chanteur qui voulait vivre de nouvelles aventures.

Jazz : supersonic

Il raconte un rêve, un rêve de compostions avec ses amis de son groupe. Il entendait le son des instruments comme venu de cet ailleurs recherché, d’un espace différent pour organiser d’autres rencontres, d’autres organisations de ce sextet. Il faut dire que Edward Perraud est un batteur étrange et engagé, Arnaud Roulin, un pianiste qui s’inscrit dans tous les contextes, Frederick Gallay un maître du temps à la contrebasse, Laurent Bardainne au saxophone ténor dessine un alter ego de Thomas, Fabrice Martinez un trompettiste qui joue avec le silence – tout comme Miles Davis – pour habiter les compositions du leader. Chacun est soit vocaliste, soit utilise l’électronique pour construire un environnement propice à la mise en valeur d’un son collectif. La référence à Sun Ra n’est pas épuisée en témoigne les titres comme « We travel the space ways » ou « From planet to planet » qui permettent d’offrir de nouveaux points de vue.

« Sons of Love », fils de l’amour mais aussi, pour ne pas résister au jeu de mots facile, les sons de l’amour pour se réinventer. Comme d’habitude, Thomas de Pourquery peut céder à l’attrait de la chanson « facile » comme dans « Slow Down » qui fait, en plus penser à quelques airs sunraniens entendus sur scène. Pour dire que dans ce style il est difficile de couper tous les ponts. Ainsi Laurent Bardainne, dans le titre éponyme, « Sons of love », prend comme modèle plus John Gilmore que Coltrane…

Une belle énergie fraternelle fait de cet album un de ceux qu’il faut entendre.

Nicolas Béniès.

« Sons of love », Thomas de Pourquery Supersonic, Label Bleu distribué par l’Autre Distribution.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • "D’Jazz Nevers" Festival
    A l’automne, les festivals de jazz se ramassent à la pelle… Ne dîtes jamais « jamais » ! Nevers, dans la Nièvre, se trouve aussi en Bourgogne. Mais ce n’est pas de vin dont il s’agit même si... Lire la suite (Octobre 2014)
  • "Jazz au fil de l’Oise"
    A l’automne, les festivals de jazz se ramassent à la pelle… Cet automne est nonchalant sinon fainéant. Il rechigne à se montrer préférant se faire brûler la politesse par un soleil qui vient de l’été... Lire la suite (Octobre 2014)
  • Rendez-vous avec Charlie Parker
    Un rendez-vous attendu. Réaliser une « Intégrale Charlie Parker » tient à la fois de la gageure – dès le volume 1, Alain Tercinet, responsable de cette édition nous mettait en garde sur cette... Lire la suite (Octobre 2014)
  • "Le souffle de la liberté" de Nicolas Béniès
    1944-49, des années noires, rouges et jazz. Espoirs insensés cohabitent avec la barbarie. La période de l’Occupation est souvent occultée. Nicolas Béniès, dans "Le souffle de la liberté" (C&F... Lire la suite (Octobre 2014)
  • Diva du jazz, Sarah Vaughan.
    Sarah Vaughan, très tôt, soit dès son entrée dans l’orchestre d’Earl Hines, elle a à peine 20 ans, fut surnommée « Sassy ». Alain Gerber, dans sa présentation, traduit ce surnom par « l’Effrontée ». Mon... Lire la suite (Septembre 2014)