Réforme Blanquer du lycée

Bac Blanquer et épreuves communes de contrôle continu

Sortir du piège

Dans à peine trois mois doit théoriquement s’ouvrir la première session 2021 du bac Blanquer avec le bulletin du premier trimestre et la première salve des épreuves communes de contrôle continu (E3C). Organisées localement, ces nouvelles épreuves pourront avoir des modalités de mise en oeuvre aussi variées qu’il existe d’établissements. A ce jour, les remontées témoignent d’une situation d’impréparation totale. Quel calendrier et quelles modalités pour les commissions académiques d’harmonisation ? Quelles modalités de choix des sujets dans la banque nationale ? Quelles modalités pour les corrections dématérialisées ? quelle indemnisation pour les correcteurs ? Nous n’avons aucune réponse à ces questions. Mettre en place ces épreuves communes semble donc non seulement impossible mais déraisonnable.

Dans l’immédiat, le SNES-FSU demande la suppression de la première session de ces épreuves communes, et la transformation de toutes les épreuves de baccalauréat du 3ème trimestre de Première en épreuves nationales.
Il refuse la logique du « Teach to test » et réclame une organisation des épreuves qui laisse aux élèves le temps nécessaire à la maitrise des enseignements. Il rappelle son exigence d’abandon de la prise en compte du contrôle continu au baccalauréat et du retour à des épreuves nationales terminales. Il rappelle son exigence que le décret sur les indemnités d’examen soit appliqué pour l’ensemble des épreuves au baccalauréat (comme au DNB).

Actualité octobre 2019 : Faites connaitre la situation dans votre lycée (comment s’organisent les E3C), répondez à notre enquête flash E3C, prenez la parole !

Vous pourrez retrouver ici le décryptage des textes officiels déjà parus, ce qui ne préjuge en rien de ceux qui sont à paraître concernant notamment la banque nationale de sujets et la commission académique d’harmonisation. L’année dernière, le SNES-FSU avait alerté sur le dispositif qui se mettait en place et des conséquences sur le métier et l’avenir de l’examen national.Lire ICI
Plus que jamais, l’usine à gaz du bac Blanquer est confirmée.

Les textes officiels sur le contrôle continu :
-  Modalités d’organisation du contrôle continu pour l’évaluation des enseignements (arrêté du 16-7-2018 - J.O. du 17-7-2018) paru au B.O. N°29 du 19 juillet 2018
- Arrêté modificatif du 18 avril 2019 sur les modalités du contrôle continu
- Modalités d’organisation du contrôle continu à compter de la session 2021 (note de service n° 2019-110 du 23-7-2019) paru au B.O. n°30 du 25 juillet 2019
- E3C des enseignements de spécialités suivis uniquement en Première
- E3C des Langues vivantes A et B
- E3C d’Histoire-géo
- E3C d’enseignement scientifique de la voie générale
- E3C des enseignements de spécialité technologique suivis uniquement en Première
- E3C de mathématiques dans la voie technologique

Les épreuves communes de contrôle continu (E3C) comptent pour 30% de la note finale. C’est la moyenne de l’ensemble des notes obtenues à toutes les E3C qui est affectée d’un coefficient 30.

Quand ont lieu les E3C et qui est concerné ?

Il y a trois séries d’E3C pendant les années de Première et de Terminale. L’organisation spécifique de ces séries d’épreuves n’est pas cadrée par les textes. On peut imaginer une semaine banalisée (type bac-blanc) ou bien des épreuves pendant les cours (la durée de chaque épreuve de deux heures généralement, le permet). C’est cette dernière possibilité qui est recommandée dans la note de service : « L’organisation de ces épreuves se fait, dans la mesure du possible, dans le cadre des emplois du temps normaux des élèves. Il est conseillé d’éviter la banalisation d’un ou plusieurs jours pour l’organisation des épreuves. »

Pour la première série d’épreuves (2e trimestre de la classe de Première) :
-  histoire-géographie ;
-  langue vivante A ;
-  langue vivante B ;
-  mathématiques (seulement dans la voie technologique).

Pour la deuxième série d’épreuves (3e trimestre de la classe de première) :
-  histoire-géographie ;
-  langue vivante A ;
-  langue vivante B ;
-  enseignement scientifique (voie générale) ou mathématiques (voie technologique) ;
-  l’enseignement de spécialité suivi pendant la seule classe de première (voie générale) ou l’épreuve de spécialité spécifique à la classe de première (voie technologique).
Chaque élève de la voie générale aura communiqué au conseil de classe du 2e trimestre quelle spécialité il souhaite abandonner en terminale.

Pour la troisième série d’épreuves (2e trimestre de la classe de terminale) :
-  histoire-géographie ;
-  langue vivante A ;
-  langue vivante B ;
-  enseignement scientifique (voie générale) ou mathématiques (voie technologique).

Quels sujets pour les E3C ?
Les sujets sont centralisés dans une banque nationale de sujets (BNS). Les sujets sont choisis par des professeurs désignés par le chef d’établissement et sous sa responsabilité. Aucune modification ne peut être apporté aux sujets.

Le texte spécifie que les enseignants « choisissent, parmi les sujets présents dans la banque nationale, ceux qu’ils retiennent pour leur établissement. » Rien n’oblige donc à ce qu’il y ait un seul sujet par discipline au sein d’un établissement. La note de service permet à « Plusieurs établissements scolaires [d’]organiser en commun tout ou partie de ces épreuves. » Mais, là encore, il n’y a aucune obligation.

Les copies des E3C doivent être anonymes. Rien ne spécifie qui corrige ces copies. Le seul cadrage est que les épreuves orales ne sont pas évaluées par l’enseignant qui a l’élève concerné pendant l’année.

Quelles notes aux E3C et quels liens avec le contrôle continu ?
La note de service met en place une commission d’harmonisation des notes des E3C dans chaque académie. Cette commission compare les notes obtenues aux E3C et peut modifier les notes, notamment lorsque la moyenne des notes données à un lot de copie diffère de la moyenne académique (soit pour le sujet concerné, soit pour l’ensemble des sujets du même enseignement).

Ensuite, la commission d’harmonisation communique les notes au jury du baccalauréat, qui arrête la note définitive. La copie est rendue à l’élève dans la foulée de la réunion de la commission d’harmonisation ainsi que la note. Le lycée doit cependant garder une trace (numérique ou papier) de la copie et cela pendant une durée d’un an après la publication des résultats de l’examen. Ainsi les copies de la première session d’E3C de première seront conservées presque 3 ans (l’année de première, l’année de Terminale et un an après la publication des résultats). En tout cas, la procédure ne semble pas encore ni consolidée, ni clarifiée.

Les notes d’E3C ne sont pas prises en compte dans les bulletins qui, par ailleurs servent à établir la note de contrôle continu (10% de la note finale du bac). La note de contrôle continu est la moyenne des enseignements (obligatoires et optionnels) suivis par l’élève en classe de première (5%) et de terminale (5%). Chaque note de contrôle continu est arrêtée au conseil de classe du 3e trimestre de l’année (première et termi

Autres articles de la rubrique Réforme Blanquer du lycée

Dans la rubrique Lycée et post-bac

  • Contact : lycees@snes.edu
    Secteur lycéesLire la suite (Septembre 2015)
  • Le ministère fait exploser le bac !
    Le Ministère a diffusé auprès des personnels une note sur la mise en oeuvre des épreuves communes de contrôle continu (E3C). Le SNES-FSU avait été reçu ce vendredi 4 octobre au ministère et avait pointé... Lire la suite (10 octobre)
  • Les lycées dans l’action !
    Continuons l’action ! Le ministre dit vouloir travailler au bien-être des personnels de l’Education nationale. Et bien , il serait plus que temps de répondre aux revendications des personnels... Lire la suite (6 octobre)
  • Bac Blanquer, l’usine à gaz est confirmée
    La réforme du baccalauréat avait officiellement pour ambition de simplifier cet examen. Concrètement, elle met en place une usine à gaz qui va peser lourdement à la fois sur la scolarité des élèves,... Lire la suite (28 août)
  • Le point sur Parcoursup
    Pour la deuxième année consécutive, l’application Parcoursup a traité les vœux d’orientation post-bac des élèves. La première session, en 2017-2018, avait montré la réalité de ce dispositif, pensé en... Lire la suite (28 août)