Actualité théâtrale

Jusqu’au 16 avril au Théâtre de Belleville

« Soyez vous-même » Réduc’Snes

Dans une entreprise qui produit de la javel, la directrice de la communication, sorte de cerbère aveugle et revêche reçoit une jeune candidate. Celle-ci a les diplômes et la compétence, elle est enthousiaste, positive, décidée et semble la candidate parfaite. Elle épouse même les propos de la directrice sur la « philosophie » de la javel « produit moral qui détruit la saleté du monde ». Mais l’entretien va prendre une tournure loufoque, étrange et inquiétante. La directrice se moque des qualités professionnelles mises en avant par la candidate, ce qu’elle veut, c’est qu’elle dise qui elle est, quel est son moi profond.

Théâtre : Soyez vous-mêmes

Côme de Bellescize, l’auteur et metteur en scène de la pièce, a autrefois effectué des petits boulots, où il enseignait à des cadres d’entreprise ou à des étudiants l’art de la prise de parole en public. Il a souvent entendu répéter l’injonction « Soyez vous-même ». Mais se connaît-on bien soi-même et comment peut-on l’être quand on se sait jugé et qu’il y a un emploi à la clé ? S’inspirant de son expérience, il met en scène un entretien d’embauche, mais il en détourne complètement les codes. On se dit qu’on va voir une satire sociale sur les discours du marketing, du genre « on ne vend pas seulement un produit, on vend une manière d’être » ou « vous devez tout donner à l’entreprise ». On s’attend à la question classique : jusqu’où le candidat à un poste est –il prêt à aller pour l’obtenir ? Mais la sociologie s’éloigne et on se trouve embarqué dans une comédie déjantée et inquiétante. La directrice semble juste un peu allumée au début, mais peu à peu elle déstabilise complètement la candidate. Elle la manipule usant de tous les moyens, séduction, humiliation, menace, chantage et même plus. Elle ne déstabilise pas seulement la candidate, elle déstabilise et inquiète aussi le spectateur !

Dans un espace gris occupé par un bureau et une chaise, où scintille juste, écrit en grec ancien, Gnothi seauton, le connais toi toi-même de Socrate, les deux héroïnes vont s’affronter. Éléonore Joncquez incarne la directrice aveugle, équipée de grosses lunettes qui lui mangent le visage et d’une petite veste étriquée de cuir noir. Elle joue de son handicap mais se révèle vite en monstre dont les caresses sont des coups de griffe, qui dit qu’elle s’ennuie pour fouetter l’élan de la candidate, puis hurle, jouit quand elle arrive à faire dire à la candidate des choses que celle-ci n’avait pas envie de dire, qui sont hors de propos dans un entretien et quand elle arrive à la mettre à nu. Elle est formidablement impressionnante et inquiétante en monstre sadique et manipulateur. Face à elle, Fannie Outeiro est la candidate, jolie, souriante qui apparaît gaie et positive comme elle se décrit. Elle arrive à être comique en se lançant dans une danse échevelée et émouvante quand elle chante. Sur son visage, dans ses gestes, on voit alterner la peur, la lucidité parfois, quand elle constate « c’est complètement barré cet entretien », une fragile tentative pour reprendre un peu de pouvoir, mais elle est trop tendre et positive pour y parvenir.

C’est à une psychanalyse monstrueuse que nous convie cet entretien d’embauche hors du commun joué par un duo d’actrices formidable.

Micheline Rousselet

Théâtre de Belleville

94 rue du Faubourg du Temple, 75011 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 06 72 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)