Lycée et post-bac

Spécialités et options, effets d’annonce et de seuils

La nouvelle organisation des enseignements est assez emblématique de la proposition de "parcours" de formation dont les ressorts sont masqués sous le discours séduisant de la liberté de choix. On constate ainsi que l’implantation des enseignements de spécialité de la voie générale, déterminants pour l’orientation post-bac, cristallise et renforce les inégalités déjà existantes.

Les lycées ruraux, les petits établissements ou les moins favorisés socialement ne pourront pas assurer le maximum de possibilités de parcours. Pour enrichir sa formation, le lycéen sera condamné à aller voir ailleurs pour une partie de ses enseignements, dans un autre lycée, en visio-conférences ou au CNED. Certaines spécialités sont affichées comme implantées dans un lycée alors que les cours auront lieu ailleurs.
Il faut avoir en tête que ces cartes de formations présentées en CTA ne sont finalement qu’indicatives car il faut s’attendre à des ouvertures conditionnées par des effectifs minimum. A ce jour, nous ne disposons d’aucune visibilité sur les seuils d’ouverture et de financement des groupes de spécialités. 35, 32 , 30 ou 25 élèves minimum , les rumeurs circulent dans les établissements. Pour tout groupe de spécialité inférieur à ce seuil, le financement serait local, à savoir sur la marge horaire qui risque, décidément, de servir à beaucoup de choses. La mise en concurrence des spécialités avec les options s’en trouve accentué. Il n’est pas étonnant de voir, dans ce contexte, arriver les proposition de fusions d’enseignements optionnels avec ceux de spécialité (LVC, Latin, Grec, Arts).
Le SNES-FSU tente au travers de quelques académies (Lille, Limoges, Clermont, Lyon, Rennes, Nancy-Metz, Rouen) de mettre en lumière les logiques internes de cet affichage. Ce travail a vocation être étendu aux cartes des spécialités et options des autres académies (voir graphiques ci dessous).

Analyse et géographie de l’offre de formation :Lille, Nancy-Metz, Lyon, Rennes, Limoges, Clermont
Analyse et géographie des spécialités à Rouen

Autres articles de la rubrique Lycée et post-bac

Dans la rubrique Réforme Blanquer du lycée

  • Indemnités de corrections, le rabais à géométrie variable
    Le ministère vient d’annoncer pour les correcteurs le déblocage de 50 euros par groupe d’épreuve commune de contrôle continu. Les modalités de la rémunération sont à l’image de tout le reste, un montage... Lire la suite (Décembre 2019)
  • Tout change pour que rien ne change ?
    Les statistiques du Ministère viennent très clairement confirmer les analyses du SNES-FSU sur la réforme du lycée. La réforme Blanquer ne remet pas en cause les inégalités qui marquaient le lycée... Lire la suite (Novembre 2019)
  • LYCÉE À LA CARTE, UNE BOMBE À FRAGMENTATION
    Qu’est-ce qu’une classe lorsqu’au moins deux tiers des heures élève s’effectuent dans des enseignements non nécessairement communs ? Comment envisager les conseils de classe quand cette dernière... Lire la suite (Novembre 2019)
  • NON AU BAC À LA DÉCOUPE
    Coûte que coûte, le ministère veut imposer les épreuves communes de contrôle continu (E3C) dès cette année de Première alors que les élèves et les enseignants sont maintenus dans le flou total. Malgré la... Lire la suite (Novembre 2019)
  • Des outils pour informer et mobiliser !
    On trouvera ici les documents, régulièrement mis à jour et enrichis, nécessaires à l’information des personnels et des parents d’élèves sur les réformes Blanquer du lycée et du bac. Supports pour animer... Lire la suite (Novembre 2019)