Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Destin Cretton (États-Unis)

"States of Grace" Sortie en salles le 23 avril 2014

Grace est une très jeune femme qui dirige un foyer d’ adolescents en difficultés. Son équipe est constituée d’éducateurs diversement expérimentés, mais qui, conscients de la portée de leur mission, tentent de la mener du mieux qu’ils peuvent.

Les résidents de l’établissement sont des "laissés pour compte" psychologiquement fragiles dont la personnalité va de l’inhibition, du renfermement sur soi-même jusqu’à l’extraversion et montrant dans tous les cas, des signes de grande souffrance.

Grace et Mason sont les deux piliers de l’institution. Ils ont ensemble une relation amoureuse et au moment où le récit commence, Grace découvre qu’elle est enceinte.

Sa grossesse qui, logiquement, devrait la conduire à épouser Mason, et l’arrivée dans le Centre d’une adolescente tourmentée et imprévisible, vont cependant renvoyer Grace à un passé lourd qu’elle semblait avoir digéré en le noyant dans l’exercice passionné de ses fonctions…

Le film de Destin Cretton traite de l’existence et du fonctionnement au quotidien de ces institutions qui prennent en charge des jeunes en difficultés, du personnel encadrant et des individus qui y résident sans beaucoup de recherche, de manière assez plate, et surtout sans chercher à éviter les clichés.

Si d’entrée, Grace est présentée comme une responsable efficace et Mason comme un bon praticien calme et rassurant, on passe, pour ce qui est des pensionnaires de l’établissement, par un "catalogue" de personnalités sans surprise.

Le solitaire attaché à son poisson rouge, le gamin en grande souffrance qui a fait de petites poupées en peluche son environnement affectif, le gamin extraverti qui dissimule son mal-être derrière une constante bonne humeur, l’adolescente rebelle qui vit dans l’illusion de l’amour d’un père en réalité démissionnaire…

Aucun de ces personnages ne capte vraiment l’intérêt et le seul qui nous retienne vraiment est celui de Grace car il est authentique et que Brie Larson, son l’interprète est une comédienne formidable.

Le choix d’une interprète au physique juvénile pour jouer un personnage dont les fonctions exigent rigueur et solidité était une bonne idée. Et la bonne idée perdure même si la jeune femme est souvent malmenée par un scénario trop attendu, encombré d’une surcharge d’éléments psychologiques.

Un peu plus de nuances dans le traitement de son personnage aurait certainement changé la figure du film et en aurait fait une œuvre plus forte.

Or ici, les bons sentiments, les tourments et les états d’âme multiples chargent beaucoup trop le récit.

Certaines scènes comme la fête anniversaire dans la famille d’accueil grâce à laquelle Mason a pu se construire, aurait pu trouver justification et efficacité. Or, la façon dont Destin Cretton la présente, la rend sinon grotesque, du moins inutile.

La mémoire passera sans doute sur les imperfections du film pour ne privilégier que certaines images fortes où Grace apparaît offrant avec sa démarche et son visage volontaires, une grâce, une force du regard qui appartient aux grands interprètes.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Roads »
    Gyllen est un garçon de tout juste dix-huit ans, originaire de Londres, parti avec sa famille pour des vacances au Maroc. On ne saura pas très bien les raisons pour lesquelles il décide de fausser... Lire la suite (16 juillet)
  • « Her smell »
    Bercky Something est une superstar du rock des années 90 qui a rempli les stades avec son Girls band : « Something She » Lorsque ses excès, ses caprices de vedette adulée finissent par mettre en... Lire la suite (15 juillet)
  • « Persona non grata »
    José Nunes et Maxime Charasse sont des amis de longue date et associés minoritaires dans une entreprise de BTP momentanément en difficulté. Face à la nécessité de protéger leurs intérêts, ils décident... Lire la suite (14 juillet)
  • « L’oeuvre sans auteur »
    A Dresde, en juillet 1937, un enfant, Kurt Barnet visite avec sa tante Elisabeth l’exposition sur « l’art dégénéré » organisée par le régime nazi pour lesquels les représentants notables sont entre autres... Lire la suite (14 juillet)
  • « Le voyage de Marta »
    Marta que son père à invitée avec son jeune frère pour des vacances au Sénégal dans un complexe touristique avec excursions et animations, s’ennuie ferme mais prend son mal en patience. Elle traîne sa... Lire la suite (13 juillet)