Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de François Rotger (France-Canada)

"Story of Jen" Sortie en salles le 10 juin

Jen a presque quinze ans. Depuis la mort récente de son père, elle vit seule avec sa mère dans une maison à la campagne à proximité de Covina, une petite ville d’Amérique du nord.
Leur deuil est engagé dans une souffrance retenue, une complicité tacite, jusqu’au jour où Ian, le demi frère du père vient proposer son aide aux deux femmes et trouve asile dans une des dépendances de la maison.
Jen est fascinée par cet homme secret et solitaire qui semble étranger à tout et à tous mais de qui émane avec une violence contenue, une palpable sensibilité.
"Story of Jen" est, à l’image de ses personnages et de son décor, un film sauvage, un film rétif qui n’obéit à aucune règle, un récit linéaire mais qui, épris de liberté, s’évade sans cesse en des ramifications, sortes d’appendices narratifs ayant chacune sa propre forme et un potentiel menaçant… SNES_StoryOfJen
Sarah, la mère –magnifiquement servie par Marina Hands- est une jeune femme en apparence lisse et si cette première impression sur la personne se confirme, elle se trouble en même temps et on découvre bientôt, un être libre et instinctif.
Chez Jen, rien ne déborde à première vue des brusqueries habituelles de l’adolescence. Mais la souplesse qu’elle montre, presque de la docilité, n’est qu’une facette de sa personnalité. Son regard bleu et intense, la curiosité qu’elle porte sur les prochains émois de femme qu’elle pressent confusément la destinent déjà, du haut de sa candeur juvénile, à toutes sortes d’audaces.
Ian est un homme frustre, physique. Il est de ces présences qui trimbalent, avec une sensualité palpable, les éléments du drame. Il y a dans la force qui émane de lui une part de vulnérabilité, une sorte de fatalité mauvaise.
Une succession, un enchaînement de moments très quotidiens, d’échanges simples, dans une apparente tonalité de douceur trouvent appui dans une nature verdoyante mais laissent apparaître le danger d’une violence toujours prête à surgir : un orage terrible, une biche à moitié décapitée, un poulain attaqué par un chien féroce, une poursuite en voiture à travers la forêt épaisse…
Partant d’un sujet pas très neuf, "Story of Jen" aurait pu n’être qu’un film de plus sur la rivalité amoureuse mère-fille ou sur les émois de deux femmes à propos d’un homme solitaire et désirable.
Mais ici, tous les clichés passent à la trappe engloutis dans une observation très fine des personnages et des situations, écrasés peut-être bien par l’immensité des paysages opposée à l’histoire intime, presque confidentielle qui s’y déroule et soutenus par un casting magnifique constitués de comédiens remarquables qui vont jusque dans les moindres recoins de leurs personnages à la fois ordinaires et flamboyants.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)