Actualité théâtrale

Jusqu’au 26 octobre au Théâtre de Poche Montparnasse

« Stupeur et tremblements »

Écrit en 1999, le roman d’Amélie Nothomb offrait une vision du monde de l’entreprise au Japon très éloignée de ce que vantaient les journaux spécialisés qui, à l’époque, ne parlaient que de l’emploi à vie et de l’efficacité japonaise. Elle y relatait son expérience de jeune embauchée, terrifiante par ce qu’elle révèlait des rapports sociaux dans une très grande entreprise japonaise. Mais comme elle l’a dit elle-même dans une interview, « Oui, ce livre est un petit règlement de comptes avec la culture d’entreprise à la japonaise mais nullement contre le Japon ». 
Théâtre Stupeur et tremblement
En choisissant d’adapter, de mettre en scène et de jouer ce texte, Layla Metssitane dit avoir voulu se placer en position d’observateur des mœurs et coutumes des japonais dans l’entreprise, à la façon du Montesquieu des Lettres Persanes . Par sa mise en scène, elle élargit le propos à toutes les cultures étrangères à la nôtre. La pièce commence par le texte qui parle de la beauté des japonaises et des innombrables prescriptions qui pèsent sur elles. L’actrice le dit vêtue d’un niqab, qu’elle enlève ensuite pour se maquiller le visage à la façon des actrices du théâtre japonais traditionnel, afin de conter l’histoire d’Amélie-San et de ses relations avec ses supérieurs hiérarchiques. On peut ne pas s’accorder avec ce parti pris, mais par la suite la mise en scène s’avère sobre et efficace. Le costume de la supérieure hiérarchique, suspendu sur le côté de la scène, omniprésent et lourd de menaces est une vraie bonne idée. Enfin il faut rendre grâce à Layla Metssitane de redonner vie, avec beaucoup de talent, à ce texte d’Amélie Nothomb fort, grave, intelligent et douloureux.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h.

Théâtre de Poche Montparnasse

75 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris

Réservations : 01 45 44 50 60 67

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)
  • « Chance »
    Au secrétariat de ce cabinet d’avocats frappadingue, on ne travaille pas beaucoup, mais on chante et on danse. La secrétaire, rousse et bouclée, est très salsa, l’assistant écrit des plaidoiries en mi... Lire la suite (7 février)
  • « La Dama Boba » ou celle qu’on trouvait idiote
    Au tournant du XVIème et du XVIIème siècle, l’Angleterre avait Shakespeare et l’Espagne Lope de Vega. Son œuvre est aussi foisonnante et complexe que le fut sa vie emplie de conquêtes amoureuses. C’est... Lire la suite (5 février)
  • « Le sourire au pied de l’échelle »
    Ce portrait d’un clown à la recherche de lui-même, pris dans ses propres contradictions, Auguste célébré mais qui doute, qui fait rire mais voudrait plutôt susciter la joie, est une œuvre atypique... Lire la suite (5 février)