Actualité théâtrale

Jusqu’au 26 octobre au Théâtre de Poche Montparnasse

« Stupeur et tremblements »

Écrit en 1999, le roman d’Amélie Nothomb offrait une vision du monde de l’entreprise au Japon très éloignée de ce que vantaient les journaux spécialisés qui, à l’époque, ne parlaient que de l’emploi à vie et de l’efficacité japonaise. Elle y relatait son expérience de jeune embauchée, terrifiante par ce qu’elle révèlait des rapports sociaux dans une très grande entreprise japonaise. Mais comme elle l’a dit elle-même dans une interview, « Oui, ce livre est un petit règlement de comptes avec la culture d’entreprise à la japonaise mais nullement contre le Japon ». 
Théâtre Stupeur et tremblement
En choisissant d’adapter, de mettre en scène et de jouer ce texte, Layla Metssitane dit avoir voulu se placer en position d’observateur des mœurs et coutumes des japonais dans l’entreprise, à la façon du Montesquieu des Lettres Persanes . Par sa mise en scène, elle élargit le propos à toutes les cultures étrangères à la nôtre. La pièce commence par le texte qui parle de la beauté des japonaises et des innombrables prescriptions qui pèsent sur elles. L’actrice le dit vêtue d’un niqab, qu’elle enlève ensuite pour se maquiller le visage à la façon des actrices du théâtre japonais traditionnel, afin de conter l’histoire d’Amélie-San et de ses relations avec ses supérieurs hiérarchiques. On peut ne pas s’accorder avec ce parti pris, mais par la suite la mise en scène s’avère sobre et efficace. Le costume de la supérieure hiérarchique, suspendu sur le côté de la scène, omniprésent et lourd de menaces est une vraie bonne idée. Enfin il faut rendre grâce à Layla Metssitane de redonner vie, avec beaucoup de talent, à ce texte d’Amélie Nothomb fort, grave, intelligent et douloureux.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h.

Théâtre de Poche Montparnasse

75 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris

Réservations : 01 45 44 50 60 67

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Inflammation du verbe vivre »
    Alors que Wajdi Mouawad, le directeur de La Colline, avait souhaité se lancer dans une entreprise fleuve, mettre en scène les sept pièces de Sophocle qui nous sont parvenues, le poète auquel il... Lire la suite (14 novembre)
  • « Il y aura la jeunesse d’aimer »
    Le couple que formèrent Louis Aragon et Elsa Triolet, unis par l’amour et l’engagement politique, est devenu emblématique. Didier Bezace s’est associé à Bernard Vasseur, directeur du Moulin de... Lire la suite (11 novembre)
  • « Dans la luge d’Arthur Schopenhauer »
    Yasmina Reza résume son texte en disant qu’il s’agit « de quatre brefs passages en revue de l’existence par des voix différentes et paradoxales, ou encore d’une variation sur la solitude humaine et des... Lire la suite (9 novembre)
  • « Après la répétition »
    On sait la puissance des liens qui unissent souvent un metteur en scène et ses comédiennes. En cherchant comment jouer la séduction, la naissance de l’amour, la passion, la lassitude qui s’installe,... Lire la suite (2 novembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (1er novembre)