Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Antoine Boutet (France)

"Sud Eau Nord Déplacer" Sortie en salles le 28 janvier 2015.

Le Nan Shui Bei Diao – Sud Eau Nord Déplacer – est le plus gigantesque projet de déplacement des eaux au monde, entre le sud et le nord de la Chine.

Parce que le pays est humide et fertile au sud et que le nord est sec et aride, l’idée (le projet date de cinquante ans) a consisté à déplacer 44 milliards de mètres cubes d’eau.

Le film dresse la cartographie d’un territoire d’ingénieur où le ciment gagne les plaines, les fleuves abandonnent leurs cours, où les déserts se transforment en forêts.

Si peu à peu des voix s’élèvent contre une réalisation destructrice, véritable affront à la nature et dont l’efficacité est loin d’être prouvée, elles ne se font entendre encore que sous le forme de timides signes d’opposition.

En attendant, un paysage de science-fiction se met en place.

Cinéma : Sud Eau Nord déplacer

Dans le film précédent d’Antoine Boutet, " Le plein pays ", il était question d’un homme seul vivant dans les bois, qui donnait forme à un univers en creusant des galeries souterraines en vue d’imminentes catastrophes écologiques.

Si, dans ce premier film, la folie, la démesure portait sur un seul être, dans " Sud Eau Nord Déplacer", s’il y a folie, elle est politique.

Car, politiquement, il y a des conséquences importantes et sans doute redoutables à plus longue échéance, à élaborer des projets qui modifient les paysages, déplacent les habitants et proposent une rentabilité improbable.

Ce film interroge sur la tromperie, la manière dont le pouvoir impose un projet en utilisant des arguments "courts" mais présentés comme séduisants, avec force grandiloquence.

Le projet initial d’Antoine Boutet était de réaliser un film sur le déroulement des travaux et c’est lorsqu’il a pris connaissance des premiers mouvements d’opposition qu’il a été amené à en modifier le sens et la construction.

Aux imposantes machineries en place, s’élevait l’homme minuscule à priori impuissant à s’opposer au pouvoir d’état qui pourtant portait atteinte aux libertés de chacun quand il s’agissait de détourner les fleuves, de réorganiser la nature.

"Sud Eau Nord Déplacer " est un film politique du XXIème siècle avec face à face un projet colossal, de l’autre des voix qui s’élèvent et entre les deux, aucun espace de dialogue.

Pourtant, une véritable prise de conscience se fait. Le lien entre les citoyens se met en place avec des veillées environnementales, des débats et des échanges de plus en plus nombreux sur le Net.

Une opposition encore balbutiante mais constructive se présente comme l’embryon d’un véritable contre-pouvoir.

Le contenu des témoignages qui se sont imposés à Antoine Boutet semble ouvrir sur des perspectives nouvelles.

Quelques prises de parole individuelle, un regard humain viennent s’opposer à la froideur des paysages hydrauliques et à la rigidité du système politique.

Un film magnifique pour un sujet abordé qui devrait nous faire redoubler de vigilance…

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Mon meilleur ami »
    Lorenzo est un adolescent bon élève, docile et peu bavard qui vit dans une petite ville de Patagonie au sein d’une famille apparemment sans histoire. Un jour son père et sa mère (mais la mère avec... Lire la suite (26 mars)
  • « Sergio et Sergei »
    1991. La guerre froide est terminée et l’URSS s’écroule. Sergei, un cosmonaute russe est resté coincé dans l’espace, oublié par les soviétiques qui ont d’autres chats à fouetter. A Cuba, grâce à une... Lire la suite (25 mars)
  • « Companeros »
    En 1973, l’Uruguay bascule dans la dictature. Des opposants politiques sont secrètement emprisonnés par le nouveau pouvoir militaire. Le film de Alvaro Brechner s’attache aux terribles conditions... Lire la suite (24 mars)
  • « C’est ça l’amour »
    Depuis que sa femme a quitté le domicile, Mario assure le quotidien domestique et s’occupe seul de ses deux filles, Fida, quatorze ans, qui lui reproche le départ de sa mère et Niki, dix-sept ans, en... Lire la suite (23 mars)
  • « Still Recording »
    En 2011, Saeed a vingt ans. Étudiant ingénieur, il quitte Damas pour Douma et pour participer à la révolution syrienne. Quelque temps plus tard, il est rejoint par son ami Milad, étudiant aux... Lire la suite (23 mars)