Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Saul Dibb (France / Grande-Bretagne / Belgique).

"Suite française" Sortie en salles le 1er avril 2015.

Les écrits d’Irène Némirovsky furent découverts par sa fille, Denise Epstein, plus de cinquante ans après sa mort en 1942 à Auschwitz.

Ils se présentaient sous la forme de deux courts romans :" Tempête en juin " où elle décrit l’horreur et le chaos de l’exode de juin 1940 et " Dolce " qui se déroule dans un village des environs de Paris dont les habitants sont confrontés au flux des réfugiés parisiens et à l’occupation des forces allemandes.

Trois autres volets devaient suivre qui ne furent qu’ébauchés ou jamais écrits.

Publié en 2004, " Suite Française " obtint le Prix Renaudot.

Cinéma : Suite française

Au cœur du récit se nichait l’histoire d’amour d’une française avec un officier allemand et si le film de Saul Dibb ne néglige pas le contexte de l’époque, s’il y apporte beaucoup de soin, il fait de l’idylle coupable, le centre de son sujet.

L’histoire d’amour interdite s’assortit de tout ce qui en découle, suspicion, trahisons, secrets, dangerosité des situations, réveils de consciences.

Si les situations sont convenues à l’exception du dénouement, aucun des personnages n’échappe ni dans sa nature, ni dans ses actes, aux clichés : la jeune femme dont le mari est sur le front, attirée par un officier allemand, la belle-mère sèche et autoritaire qui s’avérera par la suite beaucoup plus humaine qu’il n’y paraissait, le hobereau aristocrate et son épouse qui composent avec l’occupant, le métayer engagé dans la résistance qu’il faudra sauver des griffes de l’occupant, l’officier allemand partagé entre son devoir et son amour.

Si on est sensible aux belles histoires d’amour poignantes à partager avec les personnages, aux affres des dilemmes cornéliens, aux actes de bravoure qui dépassent les sentiments les plus enflammés, on prendra du plaisir au film de Saul Dibb.

D’autant plus que la réalisation ne manque pas de qualités, que la reconstitution de l’époque est irréprochable et que chacun des comédiens parfaitement distribués s’acquitte avec beaucoup de talent de sa partition.

Mais on pourra tout autant, avoir en quittant la projection, le sentiment d’avoir vu le sujet, sous une forme approchante, traité des dizaines d’autres fois.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les petits maîtres du grand hôtel »
    Jacques Deschamps, le réalisateur du film se trouvait à Grenoble où il participait à la commission de sélection des étudiants désirant intégrer le Master de cinéma-documentaire de Lussas, en Ardèche.... Lire la suite (22 septembre)
  • « Ceux qui travaillent »
    Sans diplôme et parti de très bas, devenu à force de volonté cadre supérieur dans une grande compagnie de fret maritime, Franck a de tout temps consacré sa vie au travail. Alors qu’il doit réagir dans... Lire la suite (22 septembre)
  • « Bacarau » 
    En 2016, Kleber Mendonça Filho présentait à Cannes « Aquarius » et brandissait avec son équipe, des pancartes dénonçant ce qu’ils considéraient comme un coup d’État contre la présidente Dilma Rousseff.... Lire la suite (21 septembre)
  • « Ne croyez surtout pas que je hurle »
    A la suite d’une rupture amoureuse qui l’a mis face à des difficultés financières insurmontables et pour plus de commodités, Franck Beauvais quitte Paris et ses activités cinématographiques déjà... Lire la suite (21 septembre)
  • « Ma folle semaine avec Tess »
    Sam, onze ans passe ses vacances d’été avec sa famille, sur une idyllique île néerlandaise. Il a pris la décision de s’isoler plusieurs heures par jour pour s’habituer à une solitude dont il compte... Lire la suite (15 septembre)