Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Pascal Plisson (France)

"Sur le chemin de l’école" Sortie en salle le 25 septembre

Les enfants qui apparaissent dans le film-documentaire de Pascal Plisson vivent aux quatre coins du globe. Ils ont en commun une farouche envie d’apprendre et chacun d’eux a compris que l’école est une chance, la seule façon d’accéder plus tard à une vie meilleure que celle modeste ou misérable qu’ils connaissent.

Chaque jour, à travers des paysages parsemés de dangers, ils se lancent dans un périple qui les conduira vers le savoir.

Jackson, 11ans, vit au Kenya et parcourt chaque jour avec sa petite sœur, souvent au pas de course pour échapper aux troupeaux d’éléphants, les kilomètres qui les conduiront vers l’école.

Zahira, 12 ans, habite dans les montagnes escarpées de l’Atlas marocain. Une journée entière de marche est nécessaire pour rejoindre avec ses deux amies, l’internat qu’elles fréquentent.

Samuel, 13 ans, vit en Inde. Il est handicapé et c’est dans un fauteuil roulant "bricolé" poussé et tiré par ses deux frères, qu’il parcourt les quatre kilomètres qui séparent la maison de l’école.

C’est à dos de cheval que Carlito, 11ans, traverse les plaines de Patagonie emmenant avec lui sa petite sœur sur plus de dix kilomètres.

Alors qu’ils se trouvaient en repérage pour réaliser un film animalier dans le nord du Kenya, Pascal Plisson et son chauffeur ont croisé par 35°, dans une lumière aveuglante, les silhouettes de jeunes guerriers Massaï portant une sacoche de toile qui leur servait de cartable. Ils étaient partis de chez eux avant l’aube pour arriver à l’heure à leur école.

Au cours de ses nombreux voyages, le réalisateur allait croiser d’autres gamins dans leur genre au bord des routes, dans la savane, dans les forêts…

L’idée du film était née.

Pascal Plisson a réalisé un film nécessaire qui fait la lumière sur la vraie valeur de l’École. Le plaisir des écoliers à s’y rendre, leur ténacité, la force de leur motivation est une véritable leçon. La maturité dont font preuve ces enfants, la détermination à respecter une institution à propos de laquelle ils n’émettent pas la moindre réserve sont là pour rétablir l’idée que l’école est une chance.

Il suffit de regarder le visage réjoui de ces enfants pour en être convaincus.

Pascal Plisson ne s’est pas contenté de réaliser un documentaire. Il a ajouté à chacun des épisodes une dimension fictionnelle en agrémentant ses récits d’anecdotes (les écoliers du Kenya croiseront sur leur chemin le redouté troupeau d’éléphants et les frères de Samuel, par insouciance, vont choisir ce jour-là un nouveau chemin et la traversée d’une rivière endommagera le fauteuil roulant)…

Ces rajouts au documentaire donnent au film une dimension souvent drôle qui ne l’éloigne jamais de son propos.

La bonne humeur des enfants, leur optimisme, font barrage à tout misérabilisme. La soif de savoir balaie sur leur passage la moindre réserve à propos des épreuves que représentent ces véritables voyages vers la connaissance.

Les paysages que filme Pascal Plisson, que ce soit la savane au Kenya, les montagnes de l’Atlas marocain ou ceux de la Patagonie sont magnifiquement filmés et représentent un atout supplémentaire à cette réalisation.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Sorry we missed you »
    Ricky est un bosseur. Il est motivé par le souci d’apporter le meilleur confort possible à sa famille, sa femme aide-à-domicile dévouée aux personnes âgées qu’elle assiste et ses deux enfants, la sage et... Lire la suite (21 octobre)
  • « 5 est le numéro parfait »
    Pepino lo Cicero est un homme vieillissant. Ex tueur à gages de la Camorra, il a passé le relais à son fils qui gravit les échelons du crime organisé. Mais le jeune homme est froidement assassiné au... Lire la suite (20 octobre)
  • « Au bout du monde »
    Yoko, une très jeune femme, est reporter pour une émission de télévision très populaire au Japon. Ses recherches, en vue de prochaines tournages, l’amènent en Ouzbekistan où elle ne trouve pas de... Lire la suite (19 octobre)
  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)
  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)