Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Pascal Plisson (France)

"Sur le chemin de l’école" Sortie en salle le 25 septembre

Les enfants qui apparaissent dans le film-documentaire de Pascal Plisson vivent aux quatre coins du globe. Ils ont en commun une farouche envie d’apprendre et chacun d’eux a compris que l’école est une chance, la seule façon d’accéder plus tard à une vie meilleure que celle modeste ou misérable qu’ils connaissent.

Chaque jour, à travers des paysages parsemés de dangers, ils se lancent dans un périple qui les conduira vers le savoir.

Jackson, 11ans, vit au Kenya et parcourt chaque jour avec sa petite sœur, souvent au pas de course pour échapper aux troupeaux d’éléphants, les kilomètres qui les conduiront vers l’école.

Zahira, 12 ans, habite dans les montagnes escarpées de l’Atlas marocain. Une journée entière de marche est nécessaire pour rejoindre avec ses deux amies, l’internat qu’elles fréquentent.

Samuel, 13 ans, vit en Inde. Il est handicapé et c’est dans un fauteuil roulant "bricolé" poussé et tiré par ses deux frères, qu’il parcourt les quatre kilomètres qui séparent la maison de l’école.

C’est à dos de cheval que Carlito, 11ans, traverse les plaines de Patagonie emmenant avec lui sa petite sœur sur plus de dix kilomètres.

Alors qu’ils se trouvaient en repérage pour réaliser un film animalier dans le nord du Kenya, Pascal Plisson et son chauffeur ont croisé par 35°, dans une lumière aveuglante, les silhouettes de jeunes guerriers Massaï portant une sacoche de toile qui leur servait de cartable. Ils étaient partis de chez eux avant l’aube pour arriver à l’heure à leur école.

Au cours de ses nombreux voyages, le réalisateur allait croiser d’autres gamins dans leur genre au bord des routes, dans la savane, dans les forêts…

L’idée du film était née.

Pascal Plisson a réalisé un film nécessaire qui fait la lumière sur la vraie valeur de l’École. Le plaisir des écoliers à s’y rendre, leur ténacité, la force de leur motivation est une véritable leçon. La maturité dont font preuve ces enfants, la détermination à respecter une institution à propos de laquelle ils n’émettent pas la moindre réserve sont là pour rétablir l’idée que l’école est une chance.

Il suffit de regarder le visage réjoui de ces enfants pour en être convaincus.

Pascal Plisson ne s’est pas contenté de réaliser un documentaire. Il a ajouté à chacun des épisodes une dimension fictionnelle en agrémentant ses récits d’anecdotes (les écoliers du Kenya croiseront sur leur chemin le redouté troupeau d’éléphants et les frères de Samuel, par insouciance, vont choisir ce jour-là un nouveau chemin et la traversée d’une rivière endommagera le fauteuil roulant)…

Ces rajouts au documentaire donnent au film une dimension souvent drôle qui ne l’éloigne jamais de son propos.

La bonne humeur des enfants, leur optimisme, font barrage à tout misérabilisme. La soif de savoir balaie sur leur passage la moindre réserve à propos des épreuves que représentent ces véritables voyages vers la connaissance.

Les paysages que filme Pascal Plisson, que ce soit la savane au Kenya, les montagnes de l’Atlas marocain ou ceux de la Patagonie sont magnifiquement filmés et représentent un atout supplémentaire à cette réalisation.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)