Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Bavo Defurne (Belgique)

"Sur le chemin des dunes" Sortie en salles le 14 novembre 2012

Pim vit avec sa mère dans une petite ville de la côté belge. Celle-ci, accordéoniste de métier, se produit dans des établissements de la région, toujours accompagnée d’un manager douteux avec qui elle disparaît quelquefois plusieurs jours pour d’improbables tournées.

Pim a un ami, Gino, à peine plus âgé que lui qui vit avec sa mère et sa jeune sœur. C’est chez eux qu’il trouve refuge quand les absences de sa mère se prolongent.

Un soir de bivouac dans les dunes la simple amitié qui liait Pim à Gino se transforme en relation amoureuse.

Pim prend cette étreinte d’une nuit pour argent comptant alors que Gino considère l’épisode comme un moment particulier qui ne doit pas avoir de suites.

Pim souffre d’apprendre que Gino, parti pour Dunkerque, entretient avec une fille une relation suivie.

De dépit, Pim est tenté de répondre aux élans de tendresse qu’a depuis toujours à son égard la jeune sœur de Gino.

"Sur le chemin des dunes" suit au quotidien deux familles prolétaires socialement sinistrées marquées par l’absence de père, qui connaissent chacune les mêmes difficultés financières, même si l’une et l’autre sont présentées sous des formes contrastées.

La mère de Pim mène une existence dissolue et il n’est pas certain que ses revenus soient le seul fruit de ses concerts. Elle tourne son embonpoint en argument de charme, se maquille outrageusement et se complaît dans des comportements vulgaires.

A l’inverse, la mère de Gino est une femme éteinte, vieille avant l’âge, généreuse et soucieuse du bien-être de son entourage.

La peinture sociale de ces deux familles, amputées de présence paternelle, est d’une grande justesse. Elle fonctionne sur d’infimes détails qui sont d’une grande efficacité pour décrire une pauvreté qui refuse de se nommer. On voit la mère de Gino remplir un bocal avec le contenu de sachets de sucre qu’elle a récupérés aux terrasses des cafés et celle de Pim donner le change avec des tenues voyantes et une fausse distinction qui pourraient faire illusion et dont elle n’a pas conscience qu’elles la renvoient, plus que tout autre chose, à sa condition.

Le socle social du film n’ajoute ni ne retranche rien à la relation qui s’impose à eux et trouble les deux adolescents.

L’attirance physique qui rapproche les deux garçons est universelle. Elle n’est en rien liée au milieu social même si ici, elle est peut-être en partie le résultat d’une frustration affective.

Bavo Defurne traite le sujet avec une grande délicatesse, comme une histoire d’amour ordinaire où il y aurait chez les protagonistes des degrés différents de sentiments.

La jalousie et les montées de désespoir ne se démarquent en rien des manifestations qui ponctuent n’importe quelle histoire d’amour inégale.

Les plages du nord avec leur végétation d’ajoncs sont très ciné-géniques mais jamais le cinéaste n’abuse de leur esthétisme.

A la fois film social et histoire d’amours adolescentes "Sur le chemin des dunes" s’il est pétri de cruauté, il l’est aussi d’une grande tendresse.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Menina »
    Luisa est une fillette d’une douzaine d’années née en France de parents portugais et qui a du mal à trouver son identité. Elle est d’une étonnante maturité. Elle porte un regard incisif sur le monde... Lire la suite (17 décembre)
  • « La promesse de l’aube »
    Depuis son enfance difficile en Pologne en passant par l’épisode de son adolescence à Nice, le jeune Romain va suivre sa mère le long de son chaotique tracé professionnel. Une mère battante avec... Lire la suite (16 décembre)
  • « La juste route »
    En août 1945, dans un petit village du centre de la Hongrie, chacun se prépare au mariage du fils du notaire. Alors que la bourgade est plongée dans l’effervescence de la noce, débarquent du train,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Maria by Callas »
    Quand Maria Callas disait « Il y a deux personnes en moi : Maria et Callas », s’agissait-t-il d’une formule ou au contraire, du fruit d’une vraie réflexion à propos de sa vie ? Le film de Tom Volf... Lire la suite (12 décembre)
  • « Soleil battant »
    Gabriel et Iris, un couple de trentenaires, sont retournés dans la maison familiale au Portugal où ils ont vécu quelques années auparavant, au cours de vacances, un terrible drame qui les a privés à... Lire la suite (12 décembre)