Actualité théâtrale

Théâtre Gérard Philipe Centre Dramatique National de Sain-Denis, jusqu’au 30 mars 2014

"Sur les traces du ITFO" Spectacle de marionnettes par le Turuk Théâtre. Ecriture et mise en scène de Michel Laubu et Zmili Hufnagel.

Sur le plateau de la salle Mehmet Ulosoy du TGP de Saint-Denis, règne un joyeux capharnaüm. Il est encombré de pupitres, d’instruments de musique hors d’usage, trompettes, clarinettes ou tubas, étuis de violoncelles, alto basses et contrebasses, grosses caisses, de cartons où sont inscrits des slogans revendicatifs et derrière lesquels surgissent bientôt un, deux, trois puis quatre étranges personnages-marionnettes en costumes de scène et chez qui on détecte une inquiétude certaine.

Ce sont des musiciens et ils constituaient un ensemble. Mais, pour des raisons économiques, l’Orchestre National de Turakie est sur le point d’être dissout.

Alors que ces personnages retranchés, isolés, réduits à leur ombre en ont pris leur parti, des grincements se font entendre.

Ils proviennent de curieuses machines qui se sont mises en branle en tous points de la scène et rendent vie à des instruments oubliés.

Des pédaliers de bicyclettes actionnent de vieux accordéons, des mailloches frappent sur des grosses caisses, une brosse caresse les cordes d’une guitare et tous ces instruments ressuscités, qui semblent jouer tout seuls, renvoient au temps où les musiciens du célèbre orchestre étaient les meilleurs pour interpréter " Le beau dahu bleu" une valse célèbre qui a "deux pattes plus courtes que les autres".

"Sur les traces de IFTO" est un spectacle présenté en partenariat avec "Le Mouffetard", devenu "Théâtre des Arts de la Marionnette".

La marionnette (qui a donc maintenant un "logis") est peut-être de tous les arts, celui qui a connu la plus forte transformation, depuis une grosse décennie ou deux.

Longtemps associé au castelet, au "Théâtre de jardins" et au spectacle pour enfants, il est aujourd’hui en pleine évolution et "Sur les traces d’IFTO" est très représentatif de cette métamorphose.

La marionnette ne se contente plus d’être drôle, elle s’est chargée de poésie, de gravité et de plus en plus, fait corps avec l’actualité et le monde contemporain.

Ici, le spectacle fait référence à la crise économique, à la précarité qui menace beaucoup de travailleurs mais peut-être plus encore, les artistes.

Des slogans de manifestations apparaissent dans le décor et même s’ils sont détournés ou font l’objet de jeux de mots, ils existent…

Le spectacle qu’il est "recommandé de voir en famille à partir de 8 ans" est d’une inventivité de tous les instants, à la fois mélancolique, joyeux et grinçant.

Et l’attention la plus soutenue ne suffit pas à capter toutes les trouvailles visuelles et musicales qui s’y succèdent.

Le spectacle finit en véritable feu d’artifice.

Francis Dubois

Théâtre Gérard Philipe Centre Dramatique National de Saint- Denis 59, Boulevard Jules Guesde 93 200 Saint-Denis.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 48 13 70 00

www.theatregerardphilipe.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)