Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Le coin du polar.

« Surveille tes arrières ! » Une combinatoire complexe.

Le gag suppose un rythme particulier pour qu’il marche. Un faux-pas et tout s’écroule à commencer par le rire attendu. C’est une alchimie complexe, une mathématique singulière.

Donald Westlake – Rivages en propose une nouvelle traduction, une sorte de redécouverte – est un spécialiste de cet enchaînement. Son « héros » récurrent, Dortmunter, un cambrioleur malchanceux qui construit ses larcins comme autant de symphonies, rate à un cheveu ses opérations. Dans « Surveille tes arrières », il cambriole l’appartement d’un rentier qui vit dans une sorte de Club Med pour échapper aux avocats de ses ex-femmes – elles sont visiblement nombreuses et il les traite plus bas que terre. Tout aurait dû « marcher comme sur des roulettes » si un grain de sable, la mafia envahissant « son » repaire et celui de sa bande, un café avec une arrière-salle en l’occurrence, ne s’était glissé dans les rouages.

Il dresse un portrait féroce de ces « richards » sans foi ni loi, arrogants, se voyant au-dessus des lois, de ces femmes « cold diggers », chercheuses d’or voulant à tout prix épouser un richard, de ces laissés pour compte qui ne voient pas d’autre horizon que ces matins blêmes sans espoir… Un petit monde qui s’agite, poussé par l’appât du gain et du gain facile. Le tout forme une mécanique crédible et drôle. La caricature permet, en faisant rire, la dénonciation d’une société sans idéal.

Il faut relire Westlake.

Nicolas Béniès.

« Surveille tes arrières ! », Donald Westlake, traduit par Jean Esch, Rivages/Noir

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • Jean d’Aillon
    Jean d’Aillon poursuit les chroniques d’Edward Holmes et Gower Watson inspirées par Conan Doyle – il faut reconnaître l’intrigue – et habillées par les descriptions de la situation politique et militaire... Lire la suite (8 janvier)
  • « Power », Michaël Mention, 10/18
    Les années 1960 sont des années de mort, l’assassinat de John Kennedy en 1963, celui de son frère Robert le 6 juin 1968 et entre, celui de Malcom X le 21 février 1965 et de Martin Luther King le 4... Lire la suite (7 janvier)
  • Redécouvrir James Baldwin. (1924-1987)
    James Baldwin est un peu oublié ces temps-ci. Une erreur. Ses romans, ses articles restent des repères essentiels pour appréhender les États-Unis d’aujourd’hui et d’hier. La question blanche, une... Lire la suite (Décembre 2019)
  • Dans la collection 10/18, Grands déctectives
    10/18 propose, dans la collection Grands Détectives : « Les premières enquêtes de Lizzie Martin », deux en l’occurrence : « Un intérêt particulier pour les morts » et « La curiosité est un pêché mortel... Lire la suite (Décembre 2019)
  • « Les variations de la citerne », Jan Wagner
    Le Père Noël n’est pas toujours nécessaire pour faire des cadeaux. Toutes les périodes de l’année sont propices. Par les temps qui courent – et vite – il est nécessaire de se référer plutôt à la Mère... Lire la suite (Décembre 2019)