Autour du Jazz

Musique pour contes russes.

« Suznanie », Gueorgui Kornazov/Leonardo Montana

Gueorgui Kornazov, tromboniste et compositeur, ne craint pas d’intriguer l’acheteur. Une pochette noire au titre étrange comme venu d’ailleurs, « Suznanie » où figure deux noms, le sien et celui de Leonardo Montana sans autre mention. A l’auditeur potentiel de vaincre ces obstacles pour ouvrir cet album, mettre le Cd sur sa platine et prendre le train en marche.

Il n’est pas long à découvrir, s’il ne le savait déjà, que Montana est pianiste et sait s’insérer dans l’univers du tromboniste qui fait la part belle à ses origines revues et corrigées par le jazz lui-même.
Jazz : Suznanie
« Suznanie » se présente comme une longue suite ou, plutôt comme des gares qui balisent le voyage, un voyage dans les histoires de notre enfance, dans les contes de notre grand-mère forcément russe. Si, par hasard, elle ne l’était pas – russe -, elle raconterait des histoires semblables, de ces contes et légendes légères et graves pleines de bruits et de fureurs d’un monde qu’il est difficile d’oublier. Le rêve permet de s’en échapper pour s’effondrer ailleurs, pour construire un autre monde.

Gueorgui n’a rien oublié, ni Henri Texier ni sa grand-mère encore moins les grands trombonistes qui ont marqué le jazz à commencer pour lui – c’est évident à l’écoute – Roswell Rudd chez qui il a pris cette rugosité qui va si bien à sa musique en la servant.

Il a trouvé chez le pianiste le même goût de raconter des histoires tout en sachant mettre en valeur ses compositions et assurer un soutien rythmique sans faille.

Un duo qu’il faut entendre. Une surprise – une bonne – à l’écoute d’un album qui a oublié de se présenter à l’auditeur. Il faut passer au-dessus pour découvrir cet univers. L’album le plus abouti du tromboniste à de jour.

Nicolas Béniès.

« Suznanie », Gueorgui Kornazov/Leonardo Montana, contact kornazov@free.fr

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Au revoir, Fats Domino.
    « Fats » Domino, Antoine Dominique pour l’état civil, né le 26 février 1928 à la Nouvelle-Orléans nous quittés le 24 octobre 2017 après avoir résisté vaillamment à Katrina qui n’a pas eu raison ni de lui ni... Lire la suite (16 novembre)
  • « Strictly Strayhorn »
    Un trio, rien qu’un trio pour s’approprier les compositions de Billy Strayhorn, compagnon et alter ego du Duke à son entrée dans l’orchestre en 1938. Billy Strayhorn est un maître du spleen, une sorte... Lire la suite (15 novembre)
  • « Butter in my Brain », Claudia Solal/Benjamin Moussay
    « Butter in my Brain » est un titre qui ne peut qu’interroger. Fernand Raynaud aurait dit « C’est étudier pour », bien évidemment. Un titre original introduit à un monde bizarre, étrange, onirique. Si on... Lire la suite (6 novembre)
  • « Ben Webster, New York – Los Angeles, 1940 – 1962 »
    Qui écoute encore Benjamin Francis Webster ? Le saxophoniste ténor a d’abord appris le violon pour jouer du piano dès l’âge de 11 ans. Il nous reste un enregistrement qui ne nous dit rien de Ben... Lire la suite (4 novembre)
  • Mémoires vivantes
    Frémeaux et associés proposent un travail de mémoire - doublé du plaisir de l’écoute – à travers trois parutions récentes. « De Manhattan à Saint-Germain-des-Prés » fait traverser une décennie... Lire la suite (13 octobre)