Autour du Jazz

Musique pour contes russes.

« Suznanie », Gueorgui Kornazov/Leonardo Montana

Gueorgui Kornazov, tromboniste et compositeur, ne craint pas d’intriguer l’acheteur. Une pochette noire au titre étrange comme venu d’ailleurs, « Suznanie » où figure deux noms, le sien et celui de Leonardo Montana sans autre mention. A l’auditeur potentiel de vaincre ces obstacles pour ouvrir cet album, mettre le Cd sur sa platine et prendre le train en marche.

Il n’est pas long à découvrir, s’il ne le savait déjà, que Montana est pianiste et sait s’insérer dans l’univers du tromboniste qui fait la part belle à ses origines revues et corrigées par le jazz lui-même.
Jazz : Suznanie
« Suznanie » se présente comme une longue suite ou, plutôt comme des gares qui balisent le voyage, un voyage dans les histoires de notre enfance, dans les contes de notre grand-mère forcément russe. Si, par hasard, elle ne l’était pas – russe -, elle raconterait des histoires semblables, de ces contes et légendes légères et graves pleines de bruits et de fureurs d’un monde qu’il est difficile d’oublier. Le rêve permet de s’en échapper pour s’effondrer ailleurs, pour construire un autre monde.

Gueorgui n’a rien oublié, ni Henri Texier ni sa grand-mère encore moins les grands trombonistes qui ont marqué le jazz à commencer pour lui – c’est évident à l’écoute – Roswell Rudd chez qui il a pris cette rugosité qui va si bien à sa musique en la servant.

Il a trouvé chez le pianiste le même goût de raconter des histoires tout en sachant mettre en valeur ses compositions et assurer un soutien rythmique sans faille.

Un duo qu’il faut entendre. Une surprise – une bonne – à l’écoute d’un album qui a oublié de se présenter à l’auditeur. Il faut passer au-dessus pour découvrir cet univers. L’album le plus abouti du tromboniste à de jour.

Nicolas Béniès.

« Suznanie », Gueorgui Kornazov/Leonardo Montana, contact kornazov@free.fr

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Jump », Damien Groleau trio
    Un trio c’est une entité, une unité faite de diversité. Elle s’effeuille. Un-e contre (tout contre en même temps) deux ou un contre l’un et l’autre pour que chacun-e arrive à vivre sa propre vie sans... Lire la suite (8 février)
  • Sarah Lancman
    « A contretemps » est un titre étrange tellement ce premier album est dans l’air de notre temps. Une voix à l’opposée de celle de Yaël Angel qui ne craint pas les écarts vers les aigus. Ici, pas de... Lire la suite (2 février)
  • Yaël Angel
    « Bop Writer », titre de ce premier album, ne dit pas tout à fait son contenu. Il s’ouvre sur « So What », de Miles Davis – peut-être de Gil Evans si l’on en croit certaines rumeurs -, prémices du modal... Lire la suite (2 février)
  • « Django Reinhardt. Le nouveau quintette. Les années de guerre »
    Je ne sais si le film « Django » a suscité des vocations mais les publications des enregistrements de Django Reinhardt ne se sont pas taries. Il faut dire que la plupart sont tombées dans le domaine... Lire la suite (3 janvier)
  • « Picasso »
    Quel rapport entre Picasso – plus exactement quelques-unes de ses œuvres – et un trio qui s’appelle « Unitrio », une redondance pour affirmer le primat du collectif sur l’individuel tout en permettant... Lire la suite (2 janvier)