Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Lola Bessis et Ruben Amar (France-USA)

"Swim, little fish, swim" Sortie en salles le 4 juin 2014

Leeward est un musicien talentueux et atypique qui vit à New-York et refuse toute compromission avec le système.
Autant lui est bohème, prêt à accueillir le premier routard venu dans le petit appartement qu’il occupe avec sa femme et sa fille, autant Mary qui travaille dans un hôpital, rêve d’une vie stable, dans une maison dont ils seraient propriétaires.
Un soir, une amie amène chez Leeward, Lilas une jeune artiste vidéaste française venue tenter sa chance aux USA, dont le visa est sur le point d’expirer et qui est la fille de Françoise de Castillon, une artiste française mondialement célèbre.
Alors qu’ils ne se connaissent que depuis quelques heures, Leeward et Lilas signent un pacte : Elle se rendra au rendez-vous que lui a fixé un célèbre galeriste new-yorkais à la condition qu’en retour, il accepte de faire graver ses compositions sur un Cd.
Leeward acceptera-t-il d’écrire pour une somme importante, une musique pour une publicité vantant les mérites d’un burger comme lui demande de faire Mary ou bien, pour éviter cette compromission, acceptera-t-il, en compensation, une partie des économies d’une grand’mère fantasque qui partage les principes d’intégrité artistique de son petit-fils.

Le film fonctionne sur un effet de miroir entre les deux personnages principaux du récit. D’emblée, l’un et l’autre ressentent qu’une parenté profonde les unit. Et "Swim, little fish, swim" emboîte le pas de cette complicité spontanée.
Tous deux sont dans l’expectative. Lui a fait de son intégrité une règle de vie. Elle se trouve dans une période flottante de son existence mais se sent proche des (in) certitudes de Leeward de sa conception utopique de la vie artistique et sociale.

"Swim, little fish,swim" est tout à la fois une comédie romantique tour à tour joyeuse et mélancolique, l’étude au plus près, presque microscopique, d’un milieu artistique marginal et une petite tragédie contemporaine au sein d’un couple aimant mais constitué de deux personnalités très contrastées.
Les mensonges et les trahisons qui ponctuent l’histoire de Leeward et Mary pourraient avoir des conséquences désastreuses si les sentiments qui les unissent et celui qu’ils portent à leur enfant n’étaient pas aussi réels et profonds.

Pendant une première heure, le film qui vogue sur la légèreté de son sujet, est une très jolie petite comédie qui porte un regard optimiste et souvent drôle sur la "faune" artistique new-yorkaise et sur les relents post-soixante-huitards qui restent très ancrés dans ces communautés éphémères. Les personnages fonctionnent très bien et les situations s’enchaînent avec bonheur.
L’épisode de l’engagement de Mary vis-à-vis de l’agent immobilier pour acquérir un appartement, entraîne le récit sur un chemin plus grave. Si l’articulation narrative était nécessaire pour que le film trouve un autre souffle, le regard du côté du mélodrame n’en rompt pas moins le charme du film. C’est comme si, sous l’effet de la bonne morale, le récit rentrait dans le rang.

Mais ne boudons pas notre plaisir. Avant de toucher à la gravité de toute chose, le film nous aura procuré de beaux moments et Dustin Guy Defa qui joue Leeward et Lola Bessis qui interprète Lilas jouent leur partition de façon bien séduisante.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le déserteur »
    Quelque part dans le monde où la guerre fait rage. Philippe, un homme fasciné par le personnage et l’univers des films de Charlie Chaplin a fui Montréal pour un Ouest américain aussi sauvage... Lire la suite (22 août)
  • « Haut perchés »
    Une femme et quatre hommes qui se connaissent à peine se retrouvent dans un appartement au dernier étage d’un immeuble qui surplombe Paris. Ils ont en commun d’avoir tous été victimes d’un même... Lire la suite (20 août)
  • « Reza »
    Reza et Fati ont pris la décision de divorcer. La vie commune a fini par lasser Fati et Reza s’est résigné au choix de son épouse tout en caressant l’idée qu’elle reviendrait un jour ou l’autre sur une... Lire la suite (20 août)
  • « Roubaix, une lumière »
    A Roubaix, une nuit de noël. Pour le commissaire Daoud qui sillonne la ville où il a grandi, c’est la routine, voitures brûlées, altercations... Dans son service, vient d’arriver Louis Coterelle,... Lire la suite (19 août)
  • « Nuits magiques »
    Lorsqu’un producteur de films de renom est retrouvé mort au fond du Tibre, les premiers à être soupçonnés du meurtre sont les trois apprentis scénaristes qu’il avait rencontrés au cours d’un dîner et qui... Lire la suite (15 août)