Autour du Jazz

Mémoires.

Sydney Bechet et Bobby Jaspar

Sidney Bechet ! Rien que le nom du clarinettiste/saxophoniste soprano évoque des souvenirs, des chansons. « Petite fleur » bien sûr, chantée à la fois par Mouloudji et Henri Salvador, « Petite fleur » qui avait pénétré dans tous les foyers. Partout, au moins un 45 tours de Sidney sinon un 33 tours, souvent le même. Comme si le mot avait été donné. Étrange, cette place d’un créole de la Nouvelle-Orléans dans la mémoire de la culture française.

Jazz : Sidney Bechet

Ce coffret de deux Cd, le deuxième consacré à Bechet – un nom français à qui il faudrait redonner l’accent aigu sur le premier « e » - qui couvre les années 1944-1958 et comporte des chefs d’œuvre comme des compositions que Bechet s’attribuent (« Les Oignons » notamment) ou celles qu’il compose et sur lesquelles seront mises quelques paroles comme « Premier Bal » ou « As-tu le cafard ? » ou encore cette rencontre avec Martial Solal.

Invité par Charles Delaunay au 3e festival international de jazz à Paris en mai 1949, il remporte un succès mérité. Le soliste était capable d’abattre toutes les murailles et tous les doutes. Il faudra bien des démarches pour faire lever l’interdiction du territoire français depuis sa condamnation à 15 mois de prison en 1928. Il fera 9 mois et y attrapera ses cheveux blancs.

Ce coffret nous fait voyager. New York pour les enregistrements pour Blue Note en 1944. « Blue Horizon » est un chef d’œuvre de la clarinette de Sidney et il ouvre le coffret. Toujours à New York, pour « Kings Records », il est à son zénith, prenant en mains toutes les séances. Aucune affinité avec Mezz Mezzrow quoiqu’en ait dit icelui. Bechet a enregistré l’équivalent de 5 CD. On en trouve ici quelques traces.

Paris pour Vogue et le groupe de Claude Luter obligé, m’avait raconté Christian Aziz, le pianiste de Claude, de travailler portes closes pour répondre aux désirs du maître. Pas facile. Le résultat est à la hauteur.

Enfin Boston pour le club « Storyville » tenu par le pianiste George Wein, organisateur des premiers festivals à Newport. En compagnie du tromboniste Vic Dickenson, Sidney fait encore la preuve qu’il fait partie des génies de cette musique. N’hésitez pas, entrez dans la danse. Sidney reste inaltérable. L’écouter donne envie de l’écouter encore. Il serait dommage de passer à côté.

Mémoire encore pour Bobby Jaspar.

Bobby – Robert pour l’état civil – Jaspar est un cas à part qui mérite d’être entendu encore et encore. Une voix singulière que celle de ce Wallon né à Lièges le 20 février 1926 et mort 37 ans plus tard à l’hôpital Bellevue de New York. Bobby fait des études de chimie et découvre le jazz via « Boplicity » par le nonet de Miles Davis. Le 25 cm futur s’intitulera « Birth of the Cool » pour en préciser la nouveauté. A l’époque, en 1949, cette formation mixte – Noirs et Blancs – ne remportera aucun succès. Il faudra attendre 1954 et la publication du 25 cm sus-nommé. Bobby participe – et il faut prendre ce terme dans tout son acception – aux « Jazz Groupe de Paris » de André Hodeir. « Paradoxe », composé par Hodeir, sera une tentative de musique de jazz dodécaphonique. Influencé par Stan Getz, sa sonorité prendra de l’ampleur et il sera une des grands flûtistes du jazz. Il voudra faire carrière à New York où il sera bien reçu mais pas reconnu. Toujours à l’affût de nouveautés, il construira des groupes avec le batteur Elvin Jones. Cette décennie est une grande décennie pour le jazz et particulièrement pour Bobby Jaspar. Aucune nostalgie mais une manière de s’interroger sur la passion que suscite cette musique en même temps que la définition de nouveaux chemins qui ne sont en rien des autoroutes. Tout le charme des grands espaces.

Un aventurier comme les aime le jazz et que le show biz s’ingénie à détruire. L’abus de stupéfiants aura raison de sa santé. Jaspar n’a jamais été reconnu comme une des incarnations du jazz. Il est temps de l’écouter. Entrez. Ce coffret vous permet de le découvrir.

Cerise sur le gâteau, le texte de présentation est signé Alain Tercinet qui nous a quittés à la fin de l’an dernier. Survivre disent-ils.

Nicolas Béniès.

« Sidney Bechet, New York – Paris – Boston, 1944-1958 », coffret de deux CD, livret d’Alain Gerber et Alain Tercinet ; « Bobby Jaspar, Paris – New York – Europe, 1953-1962 », coffret de trois CD, livret de Alain Tercinet ; Frémeaux et associés/collection The Quintessence.

Petite note :

Les festivals de jazz ont lieu désormais toute l’année. Il reste que l’Europajazz, du 15 mars au 6 mai 2018, qui fête sa 39e édition reste un moment de découvertes, de groupes en dehors des grands courants. Médéric Collignon propose un solo, le saxophoniste baryton François Corneloup une réflexion sur « Révolution », un terme qui tend à disparaître du vocabulaire.

Coutances, « Jazz sous les Pommiers chevauchera un peu Europajazz puisque sa 37e édition s’étend du 5 au 12 mai. L’invité vedette sera sans nul doute le saxophoniste ténor Kamasi Washington qui a défrayé la chronique aux États-Unis avec un premier album de 3 CD, « The Epic » - une double page dans le New York Times. Aussi, à l’affiche, Joe Lovano/Dave Douglas dont l’album Universal est de celui à ne pas rater. Ou Chris Cheek pour rester dans les saxophones ou, bien sur Emile Parisien.

Rens www.europajazz.fr et www.jazzsouslespommiers.fr

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Invitation au voyage »
    Il est des albums qui disent tout ce qu’il faut savoir sur la pochette : « The Greenwich Session by Luigi Grasso, Invitation au voyage. » Luigi Grasso est saxophoniste, arrangeur et chef d’orchestre... Lire la suite (19 septembre)
  • « The Window »
    Jazz, Immédiatement, en écoutant ce duo voix -Cecile McLorin Salvant-, piano -Sullivan Fortner- , j’ai pensé à Ella Fitzgerald/Ellis Larkins (un de ces pianistes qui brillent dans cet art singulier,... Lire la suite (19 septembre)
  • "Smart grid"
    Dans ce monde construit sur l’éphémère, le versant de l’accélération du temps, il est nécessaire, vital de se permettre d’entendre les murmures du temps, de revenir vers ses mémoires et ses filiations.... Lire la suite (16 septembre)
  • « Hommage à la musique de Miles »
    « Hommage à la musique de Miles » est un titre d’album qui suscite d’abord le rejet. Encore Miles, toujours Miles ! Le cordon ombilical est fait d’un bois dont on ne fait pas de flûtes. Même Alexandre... Lire la suite (7 septembre)
  • « Cinéma invisible »
    Ils étaient deux, trois peut-être. Le pianiste, Stephan Oliva, le producteur, Philippe Ghielmetti, amateur de jazz et de cinéma, aimant les projets étranges, et Stéphane Oskeritzian, monteur en ondes... Lire la suite (6 septembre)