Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Marc Ruffalo (Etats-Unis)

"Sympathy for Delicious" Sortie en salles le 8 mai 2013

Dean, alias "Delicious D" a été un DJ réputé avant qu’un accident de moto le rende paraplégique. Désormais coupé du milieu de la musique, il se déplace en fauteuil roulant et en est réduit à dormir dans sa voiture dans le Skid Row, le quartier des clochards de Los Angeles.

A l’occasion d’une cérémonie religieuse où des fanatiques prétendent soigner par la foi, il découvre qu’il possède le don surnaturel de guérir les gens par magnétisme.

Or, ce pouvoir qui se vérifie à de multiples occasions, il comprend très vite qu’il ne peut s’en servir pour lui-même.

Sollicité par le Père Joe Roselli, il devient le héros guérisseur de la Mission locale. Le prêtre tente de le persuader que le don dont il dispose est un cadeau de Dieu et qu’à ce titre, il ne doit le monnayer non pas pour lui-même mais au profit de la communauté.

Flairant à juste titre l’escroquerie de la part du religieux, Dean décide d’utiliser son pouvoir pour en tirer gloire et profit en rejoignant un groupe de Rock dont il va devenir le phénomène de foire.

Cette notoriété soudaine, loin d’apporter la sérénité qu’il espérait va au contraire augmenter sa douleur et il devra, pour guérir réellement, affronter ses propres démons et se réconcilier avec lui-même.

Mark Ruffalo, le metteur en scène du film et Christopher Thornton se sont connus aux cours d’art dramatique de Stella Adler, où ils étaient tous deux, il y a une vingtaine d’années, de jeunes acteurs prometteurs.

Mais Christopher Thornton à la suite d’une mauvaise chute, se brise la colonne vertébrale. Réduit au fauteuil roulant à vie, il décide d’abandonner la scène mais Mark Ruffalo, afin de lui tenir la tête hors de l’eau, l’encourage à se reconvertir dans l’écriture.

Sa première production dans cette nouvelle voie est ce qui allait devenir " Sympathy for delicious" , un scénario de près de deux cents pages que Mark Ruffalo décide de porter lui-même à l’écran avec comme comédien Christopher Thornton dans le rôle principal.

Mais comment convaincre les financiers du cinéma d’investir dans l’histoire d’un personnage de paraplégique joué par un total inconnu ?

Après de nombreux refus et quarante versions de scénario plus tard, une vieille amie de leur compagnie de théâtre parvient à réunir assez d’argent pour démarrer la production.

Le scénario de " Sympathy for Delicious" était terrain glissant. Il offrait toutes les chances de se cogner aux invraisemblances que contenait le sujet. Et même si le parti-pris du guérisseur par imposition des mains était acquis, subsistait le risque de sombrer dans le larmoiement, le misérabilisme et le didactisme.

Mark Ruffalo, avec la complicité de Christopher Thornton, fait son affaire des premières difficultés en rendant complètement plausibles le personnage de Délicious D et les miracles qu’il opère sur les éclopés de toutes sortes.

Mais les miracles ne sont pas qu’anecdotiques. Ils sont crédibles parce qu’ils reposent sur la peinture sans concessions qu’il fait d’une société américaine gangrenée par le profit depuis la religion pervertie par le goût du gain, l’absence totale de scrupules dans le monde du Showbiz en passant par la perversion de l’individu lui-même et l’ absence de respect de chacun envers lui-même.

Le choix pour Mark Ruffalo de tourner son film sur les lieux mêmes où l’action se situe, dans ce quartier de clochards de Los Angeles, était nécessaire. Il fait de "Skid Row" un personnage en soi. C’est un lieu qu’on ne voit habituellement jamais, qui est à la fois beau, désolé, triste et brutal. C’est le point de chute de ceux qui, comme Dean, sont contraints un jour, pour des raisons différentes, de vivre dans leur voiture ou sous un porche.

Une œuvre forte et sincère, portée à bout de bras par le réalisateur pour qui adapter ce sujet pour l’écran était un défi et par Christopher Thornton, le comédien qui réussit là, une composition magistrale.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « The last family »
    . « The last family » est parti d’une histoire vraie, celle du peintre Zdzislaw Beksinski et de son entourage. Pendant de nombreuses années,l’artiste a filmé chaque jour sa propre intimité à... Lire la suite (15 janvier)
  • « La surface de réparation »
    Ancien joueur de foot qui a abandonné le terrain, Franck, un solide garçon pourtant dans la force de l’âge, est devenu homme « à tout faire » auprès d’Yves, l’entraîneur d’un club de province.... Lire la suite (14 janvier)
  • « Enquête au Paradis »
    Nedjma, journaliste dans un quotidien algérien a décidé de mener une enquête sur les représentations du « Paradis » véhiculées par la propagande islamiste, les prédicateurs salafistes du Maghreb et du... Lire la suite (14 janvier)
  • « L’enfant de Goa »
    Cette chronique du village de Boribrnol à Goa en Inde est vue à travers le regard de Santosh, un adolescent de seize ans qui vit seul avec sa grand mère dans la pauvreté et sous le joug d’un marchand... Lire la suite (13 janvier)
  • « Le rire de ma mère »
    Adrien, une jeune adolescent, n’a pas la vie facile depuis que son père et sa mère se sont séparés. Il se partage entre l’un et l’autre jusqu’au jour où il va prendre conscience de la douloureuse... Lire la suite (13 janvier)