Actualité théâtrale

Jusqu’au 19 avril au Théâtre de l’Épée de Bois

« Talking heads II »

La vie de Miss Fozzard semble bien réglée, entre son emploi de vendeuse et son frère Bernard paralysé à la suite d’un AVC, tout comme la vie de Mrs Horrock, occupée à tailler ses haies en surveillant par au-dessus ce qui se passe alentour, tandis que son mari rêve de partir vivre à Marbella pour y jouer au golf, avec l’espoir d’y rencontrer Sean Connery. Mais dans ce quotidien étriqué sont tapis des petits grains de folie, les longues séances chez le pédicure occasionnées par un goût immodéré pour les escarpins pour la première, l’amitié avec une voisine qui a tué un mari qui la livrait à d’autres hommes, pour la seconde.

Théâtre : talking heads II

Alan Benett, auteur pour le théâtre, la BBC et le cinéma (scénariste de Stephen Frears) est un observateur aigu et insolent des désarrois et de la médiocrité de la middle-class anglaise, qu’il dépeint dans des sketches souvent hilarants. Claude Bonin a choisi de mettre en scène, en parallèle et non l’un à la suite de l’autre, deux des monologues de Talking heads II , écrits pour une série de portraits à la BBC  : Femme avec pédicure et Nuits dans les jardins d’Espagne . Dans chacun une femme remet en cause, par un petit pas de côté, le monde stéréotypé et clos dans lequel elle semble enfermée, et l’on passe d’un monologue à l’autre avec une fluidité surprenante. Deux univers en parallèle avec des rencontres muettes autour de la boîte aux lettres rouge, avec un fondu au noir pour passer d’une scène à l’autre. Deux décors astucieux, un escarpin géant pour Miss Fozzard, une haie qui peut se déconstruire pour Mrs Horrock, deux actrices aussi, toutes deux excellentes. Emmanuelle Rozes est une miss Fozzard qui s’épanouit peu à peu, qui dénoue ses cheveux et se laisse glisser avec sensualité sur l’escarpin. Bénédicte Jacquard, que l’on prend de prime abord pour une commère, révèle peu à peu une capacité d’empathie et un jugement ironique sur son entourage.

Le spectacle est extrêmement drôle, brillant et plein de fantaisie. Le non-sense et l’humour anglais, parfois très noir, y sont rois, avec juste une pointe d’acidité, comme celle qu’apporte le citron dans le thé.

Micheline Rousselet

Jeudi, vendredi et samedi à 20h30, samedi et dimanche à 16h

L’Épée de Bois

La Cartoucherie, Route du Champ-de-Manœuvre

75012 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 08 39 74

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)