Actualité théâtrale

La Commune d’Aubervilliers, en partenariat avec "l’Embarcadère"

"Tartuffe ou l’Imposteur" de Molière - Mise en scène Benoît Lambert jusqu’au 29 mars 2015

Orgon est un homme de bien dont on peut imaginer qu’il a eu jusqu’ici, le parcours d’un chef de famille irréprochable. Mais tout a changé du jour où il a rencontré à la porte d’une église un jeune homme dont la piété fervente l’a touché. Il l’a accueilli chez lui, en a fait son ami, son confident et son directeur de conscience. Or le jeune homme est un imposteur qui compte bien tirer le plus grand parti possible de la crédulité d’Orgon.

On a tous, depuis le collège ou le lycée, et plus tard en d’autres occasions, assisté de nombreuses fois, à des mises en scène de cette pièce de Molière.
On croit souvent avoir fait le tour des possibilités de ce texte, pourtant la pièce demeure toujours un puits sans fond d’interprétations et d’inventivité même si les tentatives de faire savourer Tartuffe au public ont donné lieu, de la part de metteurs en scène de tous horizons, à des résultats plus ou moins heureux (On adhérait ou pas à celle de Luc Bondy au Théâtre de l’Europe, la saison dernière ; ou au parti pris de Pierre Debauche et de Nadine Darmon, au milieu des années 90 d’aller jusqu’à sauver Tartuffe. C’était lui qui gagnait à la fin et la scène d’arrestation de l’imposteur devenait le rêve d’Orgon qui se retrouvait réellement ruiné et voué au caniveau)
Finalement, c’est tant mieux si on peut prospecter et trouver encore à donner à l’œuvre de Molière de nouveaux éclairages.

Un immense espace dont le décor figure de façon stylisée un intérieur bourgeois, une table à l’avenant, voilà pour le dispositif qui, s’il est agréable à regarder, n’a rien qui surprenne.
Popurtant dès la première scène du premier acte, le ton est donné. Le jeu des comédiens est vif, alerte, la mise en scène précise, enjouée, efficace.
Tout l’art de Benoît Lambert est dans la façon dont il éclaire le texte à la lumière du jeu des comédiens. Il est en cela, appuyé par une troupe d’acteurs où tous sont remarquables. Et s’il suffisait de peu, d’un infime débordement, pour que la performance de chacun tombe dans l’excès, on reste au contraire ici, dans la mesure et dans le respect des partitions.
© V. ArbelethdAinsi Martine Schambacher qui compose une Dorine explosive, accompagne-t-elle son jeu expressif, mais ciselé au scalpel, d’une gestuelle qui pourrait à chaque instant déborder les limites.
Ainsi Marc Berman qui interprète Orgon et que Benoît Lambert a imaginé comme une sorte de gamin-capricieux-prolongé, peut-il trépigner, se rouler au sol à la première contrariété, sans que le personnage qu’il défend, ne souffre en aucune sorte d’un excès démonstratif.
Certes, la mise en scène relève ici du grand art et c’est le dosage de chaque personnage et la performance de chaque comédien, interprète "équilibriste du texte", qui font la force et l’efficacité du spectacle.
Mais c’est peut-être plus encore la "conception" du personnage de Tartuffe qui apporte un éclairage nouveau et original au travail de Benoît Lambert.
Tartuffe est ici ce qu’on sait qu’il est, pas plus, pas moins, et Emmanuel Vérité qui l’interprète ne rentre ni dans les méandres d’un comportement ambigu ni dans la recherche d’un approfondissement psychologique.
Benoît Lambert a, sans toucher au texte, par un beau tour de passe-passe, reconsidéré le poids de chaque personnage de la pièce pour donner un vrai équilibre au spectacle.
La mise en scène est "construite", librement menée ; tout à la fois classique et audacieuse, et c’est dans le détail, dans les petites inventions qui fourmillent, qu’elle trouve toute sa savoureuse originalité.

Voilà une lecture de Tartuffe qui devrait convenir parfaitement à des collégiens, lycéens. La mise en scène limpide donne accès à toutes les subtilités du texte et éclaire avec intelligence chaque personnage.
Deux heures de pur bonheur théâtral.

Francis Dubois

La Commune Centre Dramatique National Aubervilliers
2, rue Edouard Poisson 93 300 Aubervilliers.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 48 33 16 16

www.lacommune-aubervilliers.fr

Tartuffe se donne à "l’Embarcadère" (Salle face à La Commune).

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Adishatz /Adieu »
    Jonathan Capdevielle apparaît seul sur scène et entonne à capella avec son timbre de haute-contre les tubes de Madonna ou, avec l’accent de Tarbes, des chansons de Francis Cabrel, des chants... Lire la suite (18 décembre)
  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)