Actualité théâtrale

La Commune d’Aubervilliers, en partenariat avec "l’Embarcadère"

"Tartuffe ou l’Imposteur" de Molière - Mise en scène Benoît Lambert jusqu’au 29 mars 2015

Orgon est un homme de bien dont on peut imaginer qu’il a eu jusqu’ici, le parcours d’un chef de famille irréprochable. Mais tout a changé du jour où il a rencontré à la porte d’une église un jeune homme dont la piété fervente l’a touché. Il l’a accueilli chez lui, en a fait son ami, son confident et son directeur de conscience. Or le jeune homme est un imposteur qui compte bien tirer le plus grand parti possible de la crédulité d’Orgon.

On a tous, depuis le collège ou le lycée, et plus tard en d’autres occasions, assisté de nombreuses fois, à des mises en scène de cette pièce de Molière.
On croit souvent avoir fait le tour des possibilités de ce texte, pourtant la pièce demeure toujours un puits sans fond d’interprétations et d’inventivité même si les tentatives de faire savourer Tartuffe au public ont donné lieu, de la part de metteurs en scène de tous horizons, à des résultats plus ou moins heureux (On adhérait ou pas à celle de Luc Bondy au Théâtre de l’Europe, la saison dernière ; ou au parti pris de Pierre Debauche et de Nadine Darmon, au milieu des années 90 d’aller jusqu’à sauver Tartuffe. C’était lui qui gagnait à la fin et la scène d’arrestation de l’imposteur devenait le rêve d’Orgon qui se retrouvait réellement ruiné et voué au caniveau)
Finalement, c’est tant mieux si on peut prospecter et trouver encore à donner à l’œuvre de Molière de nouveaux éclairages.

Un immense espace dont le décor figure de façon stylisée un intérieur bourgeois, une table à l’avenant, voilà pour le dispositif qui, s’il est agréable à regarder, n’a rien qui surprenne.
Popurtant dès la première scène du premier acte, le ton est donné. Le jeu des comédiens est vif, alerte, la mise en scène précise, enjouée, efficace.
Tout l’art de Benoît Lambert est dans la façon dont il éclaire le texte à la lumière du jeu des comédiens. Il est en cela, appuyé par une troupe d’acteurs où tous sont remarquables. Et s’il suffisait de peu, d’un infime débordement, pour que la performance de chacun tombe dans l’excès, on reste au contraire ici, dans la mesure et dans le respect des partitions.
© V. ArbelethdAinsi Martine Schambacher qui compose une Dorine explosive, accompagne-t-elle son jeu expressif, mais ciselé au scalpel, d’une gestuelle qui pourrait à chaque instant déborder les limites.
Ainsi Marc Berman qui interprète Orgon et que Benoît Lambert a imaginé comme une sorte de gamin-capricieux-prolongé, peut-il trépigner, se rouler au sol à la première contrariété, sans que le personnage qu’il défend, ne souffre en aucune sorte d’un excès démonstratif.
Certes, la mise en scène relève ici du grand art et c’est le dosage de chaque personnage et la performance de chaque comédien, interprète "équilibriste du texte", qui font la force et l’efficacité du spectacle.
Mais c’est peut-être plus encore la "conception" du personnage de Tartuffe qui apporte un éclairage nouveau et original au travail de Benoît Lambert.
Tartuffe est ici ce qu’on sait qu’il est, pas plus, pas moins, et Emmanuel Vérité qui l’interprète ne rentre ni dans les méandres d’un comportement ambigu ni dans la recherche d’un approfondissement psychologique.
Benoît Lambert a, sans toucher au texte, par un beau tour de passe-passe, reconsidéré le poids de chaque personnage de la pièce pour donner un vrai équilibre au spectacle.
La mise en scène est "construite", librement menée ; tout à la fois classique et audacieuse, et c’est dans le détail, dans les petites inventions qui fourmillent, qu’elle trouve toute sa savoureuse originalité.

Voilà une lecture de Tartuffe qui devrait convenir parfaitement à des collégiens, lycéens. La mise en scène limpide donne accès à toutes les subtilités du texte et éclaire avec intelligence chaque personnage.
Deux heures de pur bonheur théâtral.

Francis Dubois

La Commune Centre Dramatique National Aubervilliers
2, rue Edouard Poisson 93 300 Aubervilliers.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 48 33 16 16

www.lacommune-aubervilliers.fr

Tartuffe se donne à "l’Embarcadère" (Salle face à La Commune).

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)
  • « Le pays lointain (Un arrangement) »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens. Louis revient, au pays... Lire la suite (11 mars)