Actualité théâtrale

Jusqu’au 14 juillet au Poche Montparnasse

« Tchekhov à la folie »

En 1887 la première pièce de Tchekhov, Ivanov est un échec. Il compose alors une courte comédie, qu’il appelle lui-même « une plaisanterie », L’ours . Le gros succès de cette pièce servira de tremplin à la reprise d’ Ivanov, avec succès cette fois, et à la carrière de Tchekhov qui suivra. La demande en mariage est dans la même veine comique et absurde. Dans cette pièce, où pas un mot d’amour n’est prononcé, la demande dérape en querelles incessantes. Dans L’ours un homme venu réclamer avec fureur à une femme un paiement qu’elle lui doit, fond devant l’attitude combative de cette dernière. Les personnages existent, on voit bien les rapports d’argent qui les lient, mais la farce emporte tout. Les femmes ont un rôle majeur dans les deux pièces. Ce sont elles qui mènent le jeu, les hommes se montrant au final plus faibles et prêts à céder.

Théâtre : Tchekhov à la folie

Tout est excessif dans les deux pièces. Quand le drame approche, le rire n’est jamais bien loin ainsi qu’en témoigne la phrase « Il est mort ! Donne-lui de l’eau et appelle un docteur ! ». On pleure, on rit, on se menace, on se tape dessus, on renverse les tables, on est prêt à s’entre-tuer avant de se réconcilier, le tout avec un excès irrésistible. La traduction d’André Markovitch fait merveille pour imposer un rythme échevelé qu’épouse avec allégresse la mise en scène de Jean-Louis Benoit. Le décor unique - une pièce avec une table, deux chaises, une alcôve et un divan sans compter une porte que l’on claque à tout bout de champ - est un écrin parfait pour que les personnages puissent laisser libre-cours à leur dinguerie. Et Jean-louis Benoit a su trouver les acteurs qui excellent dans ce registre. Dans La demande en mariage, Emeline Bayart prend l’air réjoui à l’annonce de la visite de son prétendant avant de se lancer, toute réserve abandonnée, dans une succession de querelles où elle trouve toutes les raisons pour s’opposer à lui avec une véhémence furieuse. Elle hurle, elle est au bord de l’apoplexie et quand elle se calme, l’éruption à venir est bien proche. Dans la seconde pièce elle passe du rôle de digne veuve enfermée dans son chagrin à celui de femme déterminée à en découdre, toujours dans l’excès absolu. Elle est formidable et ses partenaires lui donnent la réplique avec la même folie. Manuel Le Lièvre est ce prétendant, prêt à se marier car il se rend compte que l’âge avance, et qui se déchaîne quand il s’agit de revendiquer contre celle qu’il veut épouser la propriété d’un bien, ce qui au demeurant n’aura aucune importance s’ils se marient ! Il s’empourpre, geint sur sa santé, sur ses douleurs, est prêt à mourir sans céder et quand tout semble s’apaiser la querelle rebondit avec vigueur. Dans L’ours Jean-Paul Farré abandonne sa furie de créancier excédé par le choix de sa débitrice, qui veut bien payer mais dans deux jours seulement alors qu’il veut l’argent tout de suite, se laisse séduire par la fureur de sa débitrice et lui fait à genoux sa demande, le tout avec l’excès qui convient !

Un petit bijou qui déchaîne l’hilarité de la salle.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 17h30

Théâtre de Poche Montparnasse

75 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 50 60 67

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La mégère apprivoisée »
    Un jeune homme Lucentio arrive à Padoue avec son valet, aperçoit une jeune fille fort jolie et en tombe amoureux. Mais le père de Bianca a décidé qu’elle ne pourrait se marier que lorsqu’un mari se... Lire la suite (24 janvier)
  • « Dom Juan ou le festin de pierre »
    Une adaptation du mythe de Don Juan et du texte de Molière d’une originalité et d’une force qui éveillent la réflexion et l’émotion. Même si Don Juan est un séducteur habile, il est loin de n’être que... Lire la suite (23 janvier)
  • « Comparution immédiate II : une loterie nationale ? »
    Plusieurs pièces se sont attachées ces derniers mois au spectacle des prétoires. Ce qui s’y passe ressemble souvent à du théâtre, les prévenus comme les avocats, le procureur et les juges se mettant en... Lire la suite (21 janvier)
  • « Le reste vous le connaissez par le cinéma »
    Présentée en juillet dernier au festival d’Avignon, cette version contemporaine des Phéniciennes d’Euripide, écrite par l’auteur britannique Martin Crimp et mise en scène par Daniel Jeanneteau, est... Lire la suite (20 janvier)
  • « Une histoire d’amour »
    Justine sort d’une histoire d’amour avec un garçon et tombe amoureuse de Katia, un amour brûlant. Justine veut un enfant, Katia trop blessée par la vie est très réticente. L’enthousiasme de Justine... Lire la suite (19 janvier)