Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Sameh Zoabi (Luxembourg-France-Israel)

« Tel Aviv on fire » Sortie en salles le 03 avril 2019.

Salam, la trentaine, vit à Jérusalem. Il est palestinien et stagiaire sur la célèbre série télévisée arabe «  Tel Aviv on fire » . Un jour, Salam est arrêté par un officier israélien, qui se trouve être un fan de la série à succès. Pour se tirer d’affaire, Salam prétend qu’il en est le scénariste . Pris au piège de son mensonge, il va se voir imposer par l’officier Assi d’écrire un nouveau scénario.
Bien entendu, rien ne se passe comme prévu...

Cinéma : Tel Aviv on fire

Curieux film que ce «  Tel Aviv on fire  » qui répond aux codes de la comédie (personnage décalé et situations drôles pouvant aller jusqu’au burlesque) dans un contexte grave et douloureux mais qui n’adopte jamais le rythme inhérent au genre cinématographique comique, qui adopte au contraire, un rythme lent qui n’exploite jamais le potentiel humoristique des situations et semble constamment modérer le jeu des comédiens dans ce sens.

On s’interroge dans un premier temps sur les raisons de cette lenteur jusqu’à soupçonner la mise en scène de traîner la patte, de laisser trop paresser le film.

Mais au bout d’une quinzaine de minutes, on découvre que cette lenteur est un choix délibéré du réalisateur et qu’il parvient, en maintenant son film dans ce registre, avec cette tonalité reconduite, à un juste milieu entre la drôlerie des situations et des personnages et en arrière plan du récit, la complexité de la situation au Moyen Orient, un état des lieux de la vie des palestiniens confrontés quotidiennement à la menace, aux interdits et à la répression.

Le film demeure dans cette tonalité à la fois confortable et dérangeante, installant le récit dans une atmosphère singulière tour à tour celle oppressante du drame, du quotidien ordinaire et des règles de la survie.

Le tournage d’un film (en occurrence ici celui d’une série télévisée à succès) rejoint par la complexité de sa fabrication celle de la vie des différents acteurs du récit pris dans la réalité politique du conflit et dans ses contradictions.

Et le film démontre que dans les situations les plus absurdes, dans les conditions les plus menaçantes, il reste une place pour la vie, pour les fonctionnements les plus futiles où l’être le plus menacé dans son lendemain peut puiser son énergie de dernière chance.

« Tel Aviv on fire » est un film dont le charme et la portée politique se découvrent une fois qu’on est entré de plain-pied dans sa tonalité originale et sa façon de livrer sa portée politique.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)