Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Samuel Collardey (France)

"Tempête" Sortie en salles le 24 février 2016.

Dom est marin pêcheur en haute mer. Il ne revient à terre que par intermittence et a du mal à concilier son métier et le suivi de ses deux enfants adolescents dont il a la garde depuis un divorce récent.

Dom s’efforce malgré tout de rester un père à la hauteur de ses responsabilités. Il caresse le projet d’avoir sa propre affaire, un petit bateau de pêche à la journée qu’il exploiterait avec son fils qui semble avoir le désir de suivre la même trace professionnelle que son père.

Les choses vont vaille que vaille jusqu’au jour où Maylis qui n’a que seize ans, se retrouve enceinte et qu’on décèle des anomalies graves chez le bébé qu’elle porte depuis trop de semaines pour envisager une IVG.

Dom pourra-t-il se rendre disponible pour accompagner sa fille dans l’épreuve d’un accouchement thérapeutique ?

Samuel avait réalisé en 2008, " L’apprenti" sur les rapports père-fils qui s’établissaient entre un patron agriculteur souffrant de solitude et un jeune garçon qui effectuait une formation en alternance dans sa ferme.

En 2013 c’était " Comme un lion ", l’histoire d’un adolescent africain à qui on fait miroiter une carrière de footballeur en France.

Cinéma : Tempête

La particularité de " Tempête " tient au fait que Samuel Colladey soit parti de l’histoire vécue d’une famille qu’il a fait interpréter dans le film par les vraies personnes.

Lorsqu’il a rencontré Dom, celui-ci vivait avec son fils Mattéo dans une maison qu’il restaurait à ses moments perdus. Sa fille Maylis, à la suite d’une grossesse interrompue, était en froid avec son père. Il avait comme projet d’acheter son propre bateau de pêche et d’abandonner les sorties en haute mer.

Pour cela, comme dans le scénario, il s’était inscrit à l’école des pêches afin d’obtenir son diplôme de patron et, privé de revenus réguliers, vivait provisoirement de petits boulots.

On peut très bien, sans être renseigné sur la part des séquences inspirées de faits authentiques, repérer les rajouts que les scénaristes ont opérés pour des raisons dramaturgiques.

Ils résonnent différemment et quelquefois, chargent un peu trop le récit et alourdissent l’histoire de cet homme pris dans une spirale où il se défend avec force tout en laissant ici et là apparaitre une fragilité.

Samuel Collardey apporte le même soin à son personnage principal (magistral Dominique Leborgne qui, vierge de toute expérience d’acteur, a remporté des prix d’interprétation dans deux festivals) qu’aux personnages secondaires.

Spontanéité des protagonistes à revivre leur histoire devant la caméra ou savante direction "d’acteurs", le résultat est stupéfiant.

La tempête est celle qu’essuie parfois l’embarcation en haute mer. Elle est également dans le bouleversement qui secoue cette famille comme une autre, dans le contexte social de notre début de millénaire.

L’ampleur de la réalisation avec les scènes maritimes impressionnantes, voisine avec l’intimité de certaines séquences bouleversantes, des tête-à-tête, des rapprochements et des déchirements éprouvants.

"Tempête " est un film audacieux dans sa démarche de départ, une réussite à tout point de vue.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)