Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Kantemir Balagov (Russie)

« Tesnota, une vie à l’étroit » Sortie en salles le 7 mars 2018.

En 1998, à Naltchik dans le Nord Caucase, Ilana, jeune fille de vingt quatre ans est mécanicienne dans le garage de son père. Le soir où la famille est réunie pour fêter les fiançailles de David, le jeune frère de Ilana, celui-ci et sa promise Léa sont kidnappés.

Il s’en suit une demande de rançon conséquente à laquelle la famille de David ne peut pas répondre.

Au sein de cette communauté juive retranchée dans une vie communautaire étriquée, prévenir la police n’est pas envisageable.

Mais comment faire pour répondre aux exigences des kidnappeurs et obtenir la libération des jeunes fiancés ?

Ilana, ses parents et quelques proches immédiats vont agir, chacun à sa façon et en ordre dispersé, au risque de prendre des décisions qui mettront en péril l’équilibre familial.

Cinéma : Tesnota

Bien qu’intéressé par la photo quand il était enfant, Kantemit Balakov ne rencontre le cinéma qu’au moment où il intègre l’école de cinéma qu’a ouverte Aléxandre Sokourov dans les murs de l’université de Naltchik.

Il découvre alors l’existence de la Nouvelle vague française, le cinéma du dégel soviétique et les films de guerre....

Après avoir tourné un court métrage de fin d’études en 2013, un documentaire sur un cas de schizophrénie précoce en 2014 et un court projeté au Short Film Corner à Cannes cette même année, il se lance dans l’écriture d’un scénario de long sur un phénomène assez courant dans les années 90, l’enlèvement de personnes assorti d’une demande de rançon.

L’histoire se situerait dans le cadre de la diaspora juive et interrogerait sur le comportement d’une famille dont un des membres a été victime d’un enlèvement.

L’autre question serait de savoir s’il est réellement humain d’obliger qui que ce soit à sacrifier la vie d’une famille pour sauver un proche en danger.

L’approche du cinéma, la façon de filmer de Kantemir Balgov sont très personnels et ce sont les cadrages de «  Tesnota  », le travail sur le son et sur les couleurs qui sont le plus remarquable et qui apportent toute sa singularité à la mise en scène dynamique et efficace.

Sans doute pour aller dans le sens de cette exiguïté où évolue la communauté juive du récit, le jeune réalisateur a privilégié les plans rapprochés montrant une image souvent parcellaire, quelquefois réduite à un détail, parfois tronquée.

Il a voulu une évolution des couleurs au fur et à mesure qu’on avance dans le film, une caméra saccadée comme si elle épousait l’histoire de cette famille en crise et cela, sans se soucier d’un quelconque esthétisme.

Ce réalisateur d’à peine vingt-cinq ans n’est pas seulement prometteur.

Il a réalisé avec son premier long métrage une œuvre personnelle totalement accomplie en traitant un sujet où il touche tant à l’intime d’un famille qu’à un sujet général et méconnu.

C’est cinématographiquement superbe.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Have a nice day »
    Alors qu’une pluie ininterrompue s’abat sur une petite ville du sud de la chine, Ziao Zhang, qui veut offrir les service d’un chirurgien renommé à son amie défigurée au cours d’une première opération... Lire la suite (23 juin)
  • « Jerico, l’envol infini des jours »
    C’est dans le village de Jérico, niché au cœur de la Cordillère des Andes où vivait sa grand mère que Catalina Mesa est allée à la rencontre de femmes qui, face à sa caméra, évoquent leur passé et leur... Lire la suite (23 juin)
  • « Sicilian Ghost story »
    Habitant d’ un village sicilien, Giuseppe, un garçon de 13 ans disparaît subitement. Toutes les éventualités sont envisagées, mais Luna, sa camarade de classe, écarte l’idée d’une disparition... Lire la suite (13 juin)
  • « Filles du feu »
    Elles ont à peine vingt ans et elles affrontent, en guerrières, l’état islamique au Kurdistan syrien. Dans cet endroit du monde où l’homme marche devant et la femme derrière, le fait qu’elles aient... Lire la suite (12 juin)
  • « Désobéissance »
    Ronit est allée vivre à Manhattan où elle est devenue une photographe reconnue. Elle est partie aux États-Unis pour faire carrière mais aussi, et peut-être plus encore, pour prendre de la distance avec... Lire la suite (10 juin)