Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Francis Ford Coppola (Espagne-Italie-Argentine)

"Tetro" Sortie en salles le 23 décembre

Depuis qu’il s’est exilé en Argentine, Tetro a rompu tout lien avec sa famille. Jusqu’au jour où Bernie son frère cadet débarque à Buenos-Aires. Il ne doit y séjourner qu’un jour ou deux, le temps que le paquebot sur lequel il travaille, qui mouille dans le port, soit réparé. Mais des événements imprévus prolongent son séjour, assez longtemps pour que des questions se posent sur le passé et que ressurgisse l’ombre d’un père despotique, célèbre chef d’orchestre…

Dès les toutes premières images, on est sous le charme. L’apparition de Bernie dans le décor nocturne du quartier de la ville qui sera le cadre récurent du récit, crée une atmosphère à la fois légère et déjà oppressante. Bernie est resté sur la promesse que son aîné lui avait faite de venir le chercher un jour. Mais au lieu de l’explication qu’il souhaite, il essuie les marques d’une hostilité inexplicable. Un lourd secret de famille que Tetro serait le seul à détenir pourrait bien être à l’origine de ses accès de violence…
L’apparition de Miranda, la compagne de Tetro, dont la nature enjouée est servie par l’interprétation mobile et magnifiquement débordante de Maribel Verdu, est peut-être le signe avant-coureur de la nouvelle orientation du récit vers ce qu’il deviendra insensiblement, un magnifique, un somptueux mélodrame. Il y a dans le film de Coppola, une sorte de voracité narrative, un art de l’esquive, de la fausse piste qui pourraient donner lieu à une dispersion, à des contrastes. Les contrastes sont bien là mais paradoxalement pour mieux servir la cohérence du récit.
Comme dans "Le Parrain", mais dans une tonalité plus intimiste, "Tetro" renoue avec le thème de la rivalité au sein d’un clan. Ici, la puissance du patriarche est basée sur sa célébrité et comme dans "Rusty James", Coppola traite son sujet en noir et blanc pour la partie actuelle. La couleur est utilisée pour les flash-back dont le grain délavé renvoie au cinéma amateur.
"Tetro" est un film-fleuve intimiste, une sorte de fresque confidentielle axée sur le contraste des personnalités opposées des deux frères. C’est un film âpre dont la douceur, la charge émotive existe mais en filigrane. Les rebondissements du scénario, la violence plus souvent sous-jacente qu’exprimée mais palpable, donnent un récit à la fois heurté et fluide.
Tous les comédiens sont formidables. Coppola avait écrit le personnage de Tetro pour Mat Dillon. Vincent Gallo lui apporte une ambiguïté, un côté décadent de looser marginal et rebelle, avec autant de force et de volonté que de veulerie. Alden Ehrenreich, totalement inconnu jusqu’ici, est un Bernie touchant et Maribel Verdu est merveilleuse de force, de gouaille et de retenue.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Ils reviennent »
    Alors que sur la demande de son institutrice, Estrella commence à écrire un conte, après en avoir défini les motifs (prince charmant, tigre, trois vœux…) avec ses camarades de classe, une fusillade... Lire la suite (21 juillet)
  • « Roads »
    Gyllen est un garçon de tout juste dix-huit ans, originaire de Londres, parti avec sa famille pour des vacances au Maroc. On ne saura pas très bien les raisons pour lesquelles il décide de fausser... Lire la suite (16 juillet)
  • « Her smell »
    Bercky Something est une superstar du rock des années 90 qui a rempli les stades avec son Girls band : « Something She » Lorsque ses excès, ses caprices de vedette adulée finissent par mettre en... Lire la suite (15 juillet)
  • « Persona non grata »
    José Nunes et Maxime Charasse sont des amis de longue date et associés minoritaires dans une entreprise de BTP momentanément en difficulté. Face à la nécessité de protéger leurs intérêts, ils décident... Lire la suite (14 juillet)
  • « L’oeuvre sans auteur »
    A Dresde, en juillet 1937, un enfant, Kurt Barnet visite avec sa tante Elisabeth l’exposition sur « l’art dégénéré » organisée par le régime nazi pour lesquels les représentants notables sont entre autres... Lire la suite (14 juillet)