Autour du Jazz

Quand un lion rencontre un tigre…

« The Lion And The Tiger » Willie Smith et Jo Jones, un duo pour définir le jazz.

Deux sessions – remastérisées et complétées par des inédits – sont l’objet de ce coffret de deux CD pour une rencontre entre deux mémorialistes du jazz et de Harlem. Le pianiste Willie « The Lion » Smith et le batteur, grand-père de la batterie, Jo – pour Jonathan – Jones. Le premier a marqué de son sceau Harlem et le piano « stride » des années 1920-30, le second a participé au « son » spécifique de l’orchestre de Count Basie via la structuration de la section rythmique marquant les 4 temps à égalité. La naissance d’une nouvelle dimension du swing.

« The Lion », le surnom de Willie Smith, proviendrait de sa participation à la Première Guerre Mondiale, résultat de sa bravoure au front. C’est une possibilité. La troupe d’Africains-Américains conduite par le lieutenant James Europe a été plusieurs fois citée et décorée par le haut commandement français sans être jamais reconnue par les Américains. « Tiger », le surnom de Jo Jones, provient de son premier métier « tap dancer », « sandman », danseur de claquettes lorsqu’il avait l’âge d’aller à l’école.

Jazz : The lion and the tigger

Les deux larrons se retrouvent d’abord le 16 février 1972 pour évoquer les thèmes qui ont frappé leur histoire personnelle. Aucune nostalgie de leur part, aucun « c’était mieux avant » plutôt une conjugaison au présent de leur art, de leur talent, de leur génie.

La deuxième rencontre a lieu le 6 juin de cette même année 1972 qui sera forcément sous l’égide de l’anniversaire du débarquement. L’album prendra comme titre « Le lion, le tigre et la Madelon » lors de sa première parution, référence aux deux guerres mondiales et au surnom de Willie Smith. Les notes de pochette des deux albums ici réunis seront signées Hugues Panassié.

Ce 6 juin Willie Smith signait son dernier enregistrement – il décédera le 18 avril 1973 – par une de ses compositions parmi les plus célèbres « Here Comes The Band » qui termine le deuxième CD.

Pianiste et batteur évoquent les temps du jazz, leur espace/temps spécifique, qui les envoie ailleurs que dans ce monde dit « réel » qui ne sait plus où il va. Pourtant, cette musique n’est pas hors du temps, elle structure un temps différent, une manière de relire le passé pour ne pas le perdre en route tout en s’inscrivant résolument dans l’esprit des temps. Une sorte de gageure que seul le jazz peut relever.

Personne ne sait définir le jazz avec les mots, ces enregistrements – musiques et dialogues – peuvent en faire office. Une entrée musicale dans cette musique sans nom. Et le plaisir de les retrouver.

Nicolas Béniès.

« The Lion And The Tiger », Frémeaux et associés.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Gardez votre sang froid », Robbe/Gloaguen quartet
    Personne ne savait à quel point la musique de François Tusques nous manquait. Ce double CD dû pour l’essentiel au travail à la fois de restauration – un concert resté inédit au Déjazet en 1984 – et de... Lire la suite (23 mai)
  • « Night Bus », Gary Brunton
    Le contrebassiste Gary Brunton, grand breton a rencontré, à Paris comme il se doit, le pianiste serbo-croate Bojan Zulfikarpasic au cours du CIM – disparus depuis. Le titre qui ouvre l’album, « 83... Lire la suite (4 mars)
  • « In-Pulse 2 », Xavier Desandre Navarre
    Xavier Desandre Navarre, percussionniste et un peu batteur, avait réussi un coup de maître avec un album intitulé sèchement et justement « In-Pulse ». Comme le titre l’indiquait clairement il fallait... Lire la suite (4 mars)
  • « The HeadShakers »
    Un groupe, lillois, qui a choisi comme nom « The HeadShakers » n’a pas le droit de démériter du funk, celui de James Brown, comme de rock, celui de Frank Zappa et doit se trouver des compagnons... Lire la suite (3 mars)
  • « Back to the roots », Ntoumos
    Dominic Ntoumos, trompettiste de jazz, grec et amateur de musique électro a voulu réunir toutes ses racines dans ce « Back to the roots ». Le bouzouki – Evangelos Tsiaples – apporte la touche... Lire la suite (2 mars)