Autour du Jazz

Un trio

« The Rich and the Poor » Pierre Durand/François Chesnel/David Georgelet

Il est rare que trois musiciens arrivent à se transcender pour arriver à la fois à un dialogue – un trilogue ? – et à une osmose qui laisse croire à la fraternité. Un trio étrange à première vue, mélange de celui de Nat King Cole et de celui classique de Bill Evans. Ici, piano – François Chesnel -, guitare – Pierre Durand – et batteur (producteur en plus) – Davis Georgelet – mêlent idées, sonorités, phrasé pour flatter l’imagination de l’auditeur devenu partie prenante de cette création. Les images succèdent aux sons de ce voyage immobile au plus profond de nous-même. Chacun est tour à tour leader et accompagnateur pour forger un son original tout en intégrant la mémoire du jazz.

Jazz : The rich and the poor

Osons une parenthèse. Si ce trio n’était pas « de jazz » mais de « musique » aurait-il plus d’auditeur-e-s ? Si oui, il faudrait abandonner l’étiquette « jazz » même si cette musique née quasiment avec le 20e siècle charrie le patrimoine de tout ce siècle. Une mémoire trop souvent abandonnée comme en friche. Mais le terme ne fait rien à l’affaire…

La référence visible est le trio de Keith Jarrett de ce milieu des années 1970 – « les années Impulse » pour les biographes -, composé de Charlie Haden, contrebasse et de Paul Motian à la batterie. Référence ne signifie pas copie mais même volonté d’entrer dans la modernité – je sais que le terme a mauvaise presse et, pourtant, c’est bien de cela dont il s’agit – par le biais de la culture commune de générations entières. D’une sorte de réflexion sur la transmission du patrimoine loin de tout académisme.

La simplicité – un résultat complexe à obtenir qui demande un travail – est un élément central pour permettre l’entrée dans ce monde fait de compositions personnelles, de François et de Pierre ici, d’un standard, de trois compositions de Keith Jarrett – dont celle qui donne son titre à cet album « Prado », « The Rich and the Poor », deux faces d’une même médaille qui ne se rencontrent jamais pour citer Julio Cortazar -, d’une chanson de Leonard Cohen (qui fait un retour remarqué) qui ouvre l’album et d’une autre des Beattles, « Girl » qui le ferme.

Nicolas Béniès

« The Rich and the Poor », Pierre Durand/François Chesnel/David Georgelet, Prado, renseignements : pradorecords2014@gmail.com

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Django Reinhardt. Le nouveau quintette. Les années de guerre »
    Je ne sais si le film « Django » a suscité des vocations mais les publications des enregistrements de Django Reinhardt ne se sont pas taries. Il faut dire que la plupart sont tombées dans le domaine... Lire la suite (3 janvier)
  • « Picasso »
    Quel rapport entre Picasso – plus exactement quelques-unes de ses œuvres – et un trio qui s’appelle « Unitrio », une redondance pour affirmer le primat du collectif sur l’individuel tout en permettant... Lire la suite (2 janvier)
  • « Rainbow Shadow, vol 2 »
    Reggie Washington, bassiste, vit désormais en Belgique. Pour ce « Rainbow Shadow », volume 2, il a décidé de rendre hommage au guitariste Jeff Lee Johnson qui nous a quittés fin janvier 2013 alors... Lire la suite (1er janvier)
  • « Body and Blues »
    Eric Séva est un partisan fidèle du saxophone baryton, ce gros saxophone qui donne une impression de lourdeur mais sait se faire léger, discordant grâce à l’utilisation d’un varitone créateur d’effets... Lire la suite (Décembre 2017)
  • « Premier rendez-vous », René Urtreger, Agnès Desarthe
    Agnès Desarthe, on s’en souvient, était tombée sous le charme d’un pianiste de jazz et en avait fait un livre "Le roi René" (Odile Jacob), où elle racontait ses rencontres avec René Urtreger. En forme... Lire la suite (Décembre 2017)