Autour du Jazz

Un trio

« The Rich and the Poor » Pierre Durand/François Chesnel/David Georgelet

Il est rare que trois musiciens arrivent à se transcender pour arriver à la fois à un dialogue – un trilogue ? – et à une osmose qui laisse croire à la fraternité. Un trio étrange à première vue, mélange de celui de Nat King Cole et de celui classique de Bill Evans. Ici, piano – François Chesnel -, guitare – Pierre Durand – et batteur (producteur en plus) – Davis Georgelet – mêlent idées, sonorités, phrasé pour flatter l’imagination de l’auditeur devenu partie prenante de cette création. Les images succèdent aux sons de ce voyage immobile au plus profond de nous-même. Chacun est tour à tour leader et accompagnateur pour forger un son original tout en intégrant la mémoire du jazz.

Jazz : The rich and the poor

Osons une parenthèse. Si ce trio n’était pas « de jazz » mais de « musique » aurait-il plus d’auditeur-e-s ? Si oui, il faudrait abandonner l’étiquette « jazz » même si cette musique née quasiment avec le 20e siècle charrie le patrimoine de tout ce siècle. Une mémoire trop souvent abandonnée comme en friche. Mais le terme ne fait rien à l’affaire…

La référence visible est le trio de Keith Jarrett de ce milieu des années 1970 – « les années Impulse » pour les biographes -, composé de Charlie Haden, contrebasse et de Paul Motian à la batterie. Référence ne signifie pas copie mais même volonté d’entrer dans la modernité – je sais que le terme a mauvaise presse et, pourtant, c’est bien de cela dont il s’agit – par le biais de la culture commune de générations entières. D’une sorte de réflexion sur la transmission du patrimoine loin de tout académisme.

La simplicité – un résultat complexe à obtenir qui demande un travail – est un élément central pour permettre l’entrée dans ce monde fait de compositions personnelles, de François et de Pierre ici, d’un standard, de trois compositions de Keith Jarrett – dont celle qui donne son titre à cet album « Prado », « The Rich and the Poor », deux faces d’une même médaille qui ne se rencontrent jamais pour citer Julio Cortazar -, d’une chanson de Leonard Cohen (qui fait un retour remarqué) qui ouvre l’album et d’une autre des Beattles, « Girl » qui le ferme.

Nicolas Béniès

« The Rich and the Poor », Pierre Durand/François Chesnel/David Georgelet, Prado, renseignements : pradorecords2014@gmail.com

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Dave Rempis
    Comment convaincre un label d’enregistrer une musique sauvage qui se réfère à une période que beaucoup voudrait oublier, le Free Jazz des années 1960-70 ? Mission quasi impossible. Il faut donc... Lire la suite (28 février)
  • « Mélange de rages »
    Le jazz souffre d’une image étrange dans notre société qui n’accepte plus ni la violence, ni la sauvagerie et voudrait que toutes les relations humaines soient policées, ordonnées, polies – dans tous... Lire la suite (22 février)
  • "Dreaming drums, le monde des batteurs de jazz"
    Noël est passé mais pas le temps des cadeaux. Un livre de photos paru à la fin de l’année veut nous faire rêver. Heureusement ! Il nous fait entrer dans le monde des « batteurs de jazz ».... Lire la suite (14 février)
  • Pour Kurt Weill, des chansons éternelles.
    Qui ne connaît « Mack the Knife », « Moritat » dans la version allemande ? Au moins la version de Louis Armstrong, de Ella Fitzgerald à Berlin en 1961, de Sonny Rollins – dans l’album « Saxophone... Lire la suite (Décembre 2018)
  • Aretha Franklin, Intégrale 1956-1962
    « Re » - son diminutif – nous quittée cette année en plein mois d’août (le 16 exactement), elle qui n’a jamais voulu passer inaperçue, un comble. Frémeaux et associés a publié ce début d’anthologie... Lire la suite (Décembre 2018)