Autour du Jazz

Un trio

« The Rich and the Poor » Pierre Durand/François Chesnel/David Georgelet

Il est rare que trois musiciens arrivent à se transcender pour arriver à la fois à un dialogue – un trilogue ? – et à une osmose qui laisse croire à la fraternité. Un trio étrange à première vue, mélange de celui de Nat King Cole et de celui classique de Bill Evans. Ici, piano – François Chesnel -, guitare – Pierre Durand – et batteur (producteur en plus) – Davis Georgelet – mêlent idées, sonorités, phrasé pour flatter l’imagination de l’auditeur devenu partie prenante de cette création. Les images succèdent aux sons de ce voyage immobile au plus profond de nous-même. Chacun est tour à tour leader et accompagnateur pour forger un son original tout en intégrant la mémoire du jazz.

Jazz : The rich and the poor

Osons une parenthèse. Si ce trio n’était pas « de jazz » mais de « musique » aurait-il plus d’auditeur-e-s ? Si oui, il faudrait abandonner l’étiquette « jazz » même si cette musique née quasiment avec le 20e siècle charrie le patrimoine de tout ce siècle. Une mémoire trop souvent abandonnée comme en friche. Mais le terme ne fait rien à l’affaire…

La référence visible est le trio de Keith Jarrett de ce milieu des années 1970 – « les années Impulse » pour les biographes -, composé de Charlie Haden, contrebasse et de Paul Motian à la batterie. Référence ne signifie pas copie mais même volonté d’entrer dans la modernité – je sais que le terme a mauvaise presse et, pourtant, c’est bien de cela dont il s’agit – par le biais de la culture commune de générations entières. D’une sorte de réflexion sur la transmission du patrimoine loin de tout académisme.

La simplicité – un résultat complexe à obtenir qui demande un travail – est un élément central pour permettre l’entrée dans ce monde fait de compositions personnelles, de François et de Pierre ici, d’un standard, de trois compositions de Keith Jarrett – dont celle qui donne son titre à cet album « Prado », « The Rich and the Poor », deux faces d’une même médaille qui ne se rencontrent jamais pour citer Julio Cortazar -, d’une chanson de Leonard Cohen (qui fait un retour remarqué) qui ouvre l’album et d’une autre des Beattles, « Girl » qui le ferme.

Nicolas Béniès

« The Rich and the Poor », Pierre Durand/François Chesnel/David Georgelet, Prado, renseignements : pradorecords2014@gmail.com

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Petit voyage dans les nouveautés Jazz
    Un voyage au long cours en solitaire pour débuter cette série. Claude Tchamitchian a voulu à la fois rendre hommage à la contrebasse et à Jean-François Jenny-Clark, mort voici 20 ans qui, comme le... Lire la suite (30 juillet)
  • Petit voyage dans les temps du jazz via les nouveautés
    La musique sur le Net est en perte de vitesse. Le streaming ne fait plus recette. Le retour du vinyle est un indice. La musique compressée est-elle encore de la musique ? Les parutions de CD... Lire la suite (10 juin)
  • Jazz sous les pommiers
    Une bonne semaine de jazz et tout est différent. Le monde s’habille des couleurs de l’arc-en-ciel avec des dominantes de bleus et de noirs, comme si la société oubliait ses blessures pour communier... Lire la suite (5 juin)
  • « Inner Roads », Hugo Corbin
    Hugo Corbin, guitariste et compositeur, a décidé, dans « Inner Roads », d’explorer ces voies sans entrées que sont les routes internes, celles fréquentées les jours et nuits où dominent le sentiment d’un... Lire la suite (22 avril)
  • « Animi », Shauli Einav
    Shauli Einav, saxophoniste israélien installé à Paris, ne veut pas perdre la mémoire d’un temps où l’avant-garde était saluée comme une nécessité vitale et participait de l’utopie de la construction d’un... Lire la suite (20 avril)