Autour du Jazz

Une grande chanteuse, Cecile McLorin Salvant.

« The Window » Un duo. Simplement.

Jazz,

Immédiatement, en écoutant ce duo voix -Cecile McLorin Salvant-, piano -Sullivan Fortner- , j’ai pensé à Ella Fitzgerald/Ellis Larkins (un de ces pianistes qui brillent dans cet art singulier, celui de l’accompagnement), un album Decca de 1954, « Songs in a Mellow Mood », tellement l’assurance et la confiance en elle-même de la chanteuse sont désormais installées.

« Pure Ella » avait été de la réédition de cet album en CD. Au lieu de « The Window » - qu’il faut, bien sur, maintenir grande ouverte – Cecile aurait pu reprendre ce « Pure » tellement elle arrive à un point d’aboutissement de son art.

Pour dire qu’il est impossible de passer à coté de la fenêtre sans y jeter un coup d’œil et rester pénétré par la musique, par le travail de découpage du temps. même lorsqu’elle chante en français – « j’ai le cafard » - son art reste marqué par le blues. Elle livre une version d’anthologie de la composition du pianiste Jimmy Rowles, « The Peacocks », pourtant interprétée par Stan Getz, en compagnie de la saxophoniste ténor Melissa Aldana.

Jazz : The window

Sullivan Fortner réussit à tenir le piano qu’il dompte pour qu’il évite de prendre toute la place. Pour privilégier le dialogue, sans trop en faire apparemment tout en en faisant trop, comme McLorin elle-même. Reconnaissons la réussite tout en se disant qu’il sera difficile à la musicienne de refaire un album dans cette esthétique. Il serait temps de changer pour aller autre part, prendre la porte plutôt que la fenêtre, se décider à sortir et pas seulement à regarder à l’extérieur.

Nicolas Béniès .

« The Window », Cecile McLorin Salvant, Mack Avenue.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Mélange de rages »
    Le jazz souffre d’une image étrange dans notre société qui n’accepte plus ni la violence, ni la sauvagerie et voudrait que toutes les relations humaines soient policées, ordonnées, polies – dans tous... Lire la suite (22 février)
  • "Dreaming drums, le monde des batteurs de jazz"
    Noël est passé mais pas le temps des cadeaux. Un livre de photos paru à la fin de l’année veut nous faire rêver. Heureusement ! Il nous fait entrer dans le monde des « batteurs de jazz ».... Lire la suite (14 février)
  • Pour Kurt Weill, des chansons éternelles.
    Qui ne connaît « Mack the Knife », « Moritat » dans la version allemande ? Au moins la version de Louis Armstrong, de Ella Fitzgerald à Berlin en 1961, de Sonny Rollins – dans l’album « Saxophone... Lire la suite (Décembre 2018)
  • Aretha Franklin, Intégrale 1956-1962
    « Re » - son diminutif – nous quittée cette année en plein mois d’août (le 16 exactement), elle qui n’a jamais voulu passer inaperçue, un comble. Frémeaux et associés a publié ce début d’anthologie... Lire la suite (Décembre 2018)
  • « French Keys », Daniel Goyone
    Daniel Goyone, pianiste et compositeur, a tout d’un illusionniste. Les pièces qu’il propose, comme celles de Morton Feldman – à qui une des compositions est dédiée – se lisent en rupture avec tous les... Lire la suite (Décembre 2018)