Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Paul Schrader (USA)

"The canyons" Sortie en salles le 19 mars 2014

Christian est un jeune producteur de films séduisant et ambitieux. Il est amoureux de Tara, une actrice avec qui il partage son appartement.

Hanté par l’idée que celle-ci le trompe, il la fait suivre jusqu’à ce qu’il découvre qu’elle a effectivement une liaison avec Ryan, son ex petit ami qu’elle a réussi à imposer sur le futur projet cinématographique de Christian.

Christian décide alors de les piéger tous les deux, trouvant un argument de vengeance dans des jeux pervers et violents qu’il impose à Tara et dans l’abandon de son projet de film qui renvoie Ryan à son état de comédien végétatif.

Les trentenaires du film de Paul Schrader sont-ils impliqués dans la pratique du cinéma ou bien sont-ils dans le cinéma parce qu’ils habitent Los Angeles et qu’ils n’ont rien de mieux à faire ?

Ces jeunes gens sont le reflet d’une génération sans idéal que le scénariste Breat Easton Ellis connaît bien mais que le réalisateur, qui en est très éloigné, a découvert comme on découvre des personnes d’une autre culture.

La seule indication que Paul Schrader a donnée à son scénariste, quand il a su qu’ils allaient faire équipe, était de respecter une technique narrative empruntée à Jean Renoir, celle des "triangles rotatifs" qui réunissent en deux groupes de trois protagonistes, cinq personnages d’un récit avec l’un d’entre eux en point commun.

Reliés par un point et soumis à un mouvement tournant donne une combinaison narrative à chaque fois différente.

"The canyons" fonctionne sur un mécanisme de contrastes.

Ces jeunes gens qui vivent dans le feu de passions émaillées de jalousie, de suspicion, qui peuvent s’enflammer jusqu’à commettre des actes extrêmes, semblent donner le change en établissant une distance avec leurs sentiments. Ils vivent dans des décors sans âme que le directeur de la photo a plongés dans l’esthétique la plus froide possible et qui ne sont peut-être que le reflet final d’une profonde indifférence.

Paul Schrader a imposé, pour le rôle de Christian, un comédien devenu dès l’âge de dix-huit ans la coqueluche du cinéma X américain et qui, en dix ans a tourné dans mille films pornographiques. Il se nomme James Dean et fait dans "The canyons" , ses débuts de comédien traditionnel.

"Hollywood, sexe et pouvoir" annonce-t-on dans le dossier de presse. La promesse est tenue.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)