Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Hong Sangsoo (Corée du Sud)

"The day he arrives" Sortie en salles le 16 mai 2012

Seungjun est redevenu professeur de faculté après avoir réalisé quatre films confidentiels mais reconnus. De passage à Séoul pour quelques jours, il souhaite retrouver Youngho, son ami de longue date qu’il n’a pas eu l’occasion de revoir depuis longtemps. En attendant leurs retrouvailles, il déambule dans le quartier de Buckchon, au nord de la ville. Sa route croise une actrice qui vient de finir de jouer une pièce au théâtre et qui attend des élèves à qui elle donne des cours de comédie.
Trois jeunes gens qui reconnaissent Seungjun, ont vu ou non ses films, l’invitent à leur table. Ils discutent inlassablement jusqu’à ce que le réalisateur, lassé de leurs propos, les congédie vertement.
Le lendemain Seugjun retrouve Youngho et son amie Boram au restaurant "Le Roman". Il fait la connaissance de Yejeon, la jeune propriétaire de l’établissement avec qui il ébauche une histoire qui cessera, mais aurait tout aussi bien pu se prolonger.
Il reprend ses déambulations et croise une jeune inconnue qui le photographie, adossé à un mur et qui ne fixe de lui qu’un visage mélancolique et vaguement interrogateur…

"The day he arrives"
a été tourné en 7 jours, dans le quartier de Buckchon, sur la rive droite de Séoul avec une courte interruption en attendant, pour les besoins de quelques séquences, la neige annoncée par la météo.
C’est un film dont il se dégage une impression de totale liberté, de disponibilité et de frustration. C’est à la fois une déambulation pédestre à travers les rues d’une ville et une errance amoureuse et amicale.
On peut se demander de quel mal-être souffre Seungjiun. Son malaise provient-il de sa frustration de cinéaste en stand-by ou de l’immanquable frustration qui accompagne des retrouvailles attendues quand elles ne tiennent pas toutes leurs promesses ? Sa fougueuse attirance pour Yejeon est-elle réelle où une réaction à un profond désarroi, à un état de totale solitude, ou à sa tendance à l’indifférence ?
Hong Sangsoo nous entraîne dans une ballade nostalgique à laquelle l’image en noir et blanc donne une troublante profondeur, dans l’intimité d’une parenthèse de la vie d’un homme dont les effets seront éphémères ou au contraire, lourds de conséquence.
Le récit baigne dans une temporalité floue et on peut imaginer que son film revient pour Seungjun à ce journal dont il recommande l’écriture à Yejeon quand il la quitte, duquel pourraient surgir des conclusions imprévues et constructrices.
"The day he arrives" a la singularité envoûtante des œuvres de Hong Sangsoo. Il captive, peut-être parce qu’il en dit long sur la part de hasard qui jalonne nos existences…
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Lola vers la mer »
    Lorsque Lola, jeune fille transgenre de dix huit ans est sur le point de se faire opérer, que la phase finale de sa transformation est imminente, sa mère qui l’avait toujours soutenue dans sa... Lire la suite (7 décembre)
  • « Les envoûtés »
    La directrice du magazine où Coline n’a jusque là écrit que sur des romans récemment parus lui propose de se charger de la rubrique « Le récit du mois ». Pour cela, elle doit rejoindre dans la maison au... Lire la suite (7 décembre)
  • « Un été à Changsha »
    Dans l’été caniculaire de Changsha, ville située au cœur de la Chine, l’inspecteur Bin enquête sur une drôle d’histoire, la disparition d’un jeune homme dont on a retrouvé le bras sur les bords de la... Lire la suite (3 décembre)
  • « Seules les bêtes »
    Un femme disparaît mystérieusement. Sa voiture est retrouvée abandonnée au bord de la route de montagnes qui conduit à quelques fermes isolées du Causse. Alors que la gendarmerie tente de retrouver... Lire la suite (2 décembre)
  • « It must be heaven »
    Elia Suleiman fuit la Palestine à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil avant de réaliser que son pays d’origine le suit comme une ombre. La France d’abord, lui offre le spectacle d’un Paris... Lire la suite (2 décembre)