Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Anna Rose Holmer (États-Unis)

"The fits" Sortie en salles le 11 janvier 2017

Toni, onze ans, est une gamine qui n’a pas froid aux yeux. Elle passe la majeure partie de ses moments libres dans la salle de boxe où travaille et s’entraîne son grand frère.

La boxe où elle montre de belles dispositions la passionne, jusqu’au jour où elle découvre qu’à l’étage au-dessus, un groupe de filles travaillent sur une variante très physique du Hip-Hop, le drill.

Fascinée par leur énergie, leur force, l’intensité de leur détermination, elle abandonne petit à petit la boxe au profit de la danse.

Mais de quel mal sont atteintes certaines participantes du groupe. La qualité de l’eau est-elle en cause ? Ne seraient-elles pas victimes d’un mystérieux phénomène d’hystérie de masse ?

Cinéma : The fits

Anna Rose Holmer a réalisé un film sur la communication par la danse et les mouvements qui y sont associés, mais également sur cet âge fragile et exposé qu’est celui de l’adolescence.

Et c’est dans la juxtaposition d’une activité sportive passionnée et de ces maladies mystérieuses de nature psychosomatique qui touchent particulièrement les jeunes adolescentes, et dans la façon très personnelle de traiter ces deux sujets, que résident toute la singularité, l’étrangeté narrative de "The Fits".

Au centre d’un récit à la fois précis et insaisissable, presque fuyant, le personnage tout autant limpide qu’énigmatique de Toni qu’Anna Rose Holmer livre à l’état brut, isolée dans sa détermination de garçon manqué, et évoluant librement, hors de toute présence familiale adulte.

Le récit, dans le traitement, échappe à une linéarité, commandé par le regard incisif, sans concessions ni indulgence que Toni porte sur ce qui se produit autour d’elle et sur les réactions que produit son comportement froid et distant.

Les épisodes des crises convulsives qui frappent une à une les adolescentes, malaises qu’on attribue dans un premier temps à la mauvaise qualité de l’eau, détournent tout à coup le récit de sa ligne narrative initiale pour passer le relais à un retour au groupe de danseuses et très prosaïquement, aux costumes de paillettes et au rendu final de l’atelier de danse.

"The Fits", dans sa construction, dans les sujets qu’il traite, dans les ruptures de ton est un film parfois déconcertant qui rebondit là où on ne l’attend pas, qui évolue sur des terrains contrastés, entre réalisme terre à terre et événements mystérieux.

Il est totalement livré au personnage de Toni et au regard qu’elle pose sur son entourage.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)