Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Ritesh Batra (Inde-France-Allemagne)

"The lunchbox" Sortie en salles le 11 décembre 2013.

Ila, une jeune femme, mère et ménagère méticuleuse, constate chaque jour un peu plus l’indifférence de son mari. Elle décide, pour le reconquérir, de lui préparer avec l’aide de sa voisine spécialiste du dosage des épices, des plats savoureux qu’elle dispose à chaque fin de matinée dans les contenants d’une lunchbox.

Un peu avant midi, l’employé d’un gigantesque service de livraison qui dessert toutes les entreprises de Bombay, vient prendre possession de la boîte gigogne.

Mais le livreur commet une erreur et la lunchbox destinée au mari d’Ila est remise à Saajan, un veuf solitaire, proche de la retraite.

Comprenant très vite qu’une erreur de livraison s’est produite, Ila glisse dans un conteneur, un petit mot pour élucider la situation.

Saajan y répond et de mots laconiques en textes plus longs, leur échange épistolaire deviendra bientôt de grandes lettres intimes, une correspondance chaleureuse, chacun décelant chez l’autre une grande solitude.

Mais Ila est une jeune femme et Saajan, devenu un vieil homme à qui, depuis peu, on cède sa place dans les transports en commun.

Une rencontre finira-t-elle par avoir lieu ou bien chacun reprendra-t-il sa route, ragaillardi quoiqu’il en soit par cette relation singulière ?

A Bombay, les "Dabbawallahs" rassemblent environ 5000 livreurs de lunchboxes, métier qui se transmet de père en fils.

Chaque matin, les Dabbawallahs amènent les plats chauds préparés par les épouses sur le lieu de travail des époux. Ils ramènent les boites vides dans chaque foyer, l’après-midi.

L’habitude du métier les fait se déplacer avec aisance à travers le réseau ferroviaire surchargé et les rues chaotiques de la ville.

Si les Dabbawallahs sont, pour la plupart d’entre eux, illettrés, ils utilisent un système de codage efficace puisque l’Université d’Harward qui a fait une étude du système n’a décelé qu’une erreur de destinataire sur un million de livraison.

Le film de Ritesh Batra est le récit de cette exception.

Les deux protagonistes de l’histoire vivent dans un monde restreint. Ila, face à l’indifférence de son époux qu’elle soupçonne d’avoir une liaison, à la fragilité de sa petite fille qu’elle entoure de mille précautions. Saajan, concentré toute la journée sur son travail de comptable, trouve le moyen d’une courte récréation en fumant une cigarette sur le balcon quand il est de retour chez lui. Sa solitude est totale et l’échange épistolaire sera pour lui l’occasion de repousser les limites de son isolement.

Ces deux personnages habitent deux quartiers très différents. Ila, une banlieue de Bombay où réside une classe moyenne hindoue conservatrice et Saaja, une zone plutôt chrétienne.

Ce qui signifie que, sans l’incident de la lunchbox, leurs chemins n’auraient jamais eu la moindre chance de se croiser.

Derrière les couleurs locales qui les accompagnent, il ressort des points communs entre Ila et Saaja. L’un et l’autre semblent décalés par rapport au temps présent. Leurs préférences vont vers des émissions télé des années 80 et vers les vieux cafés populaires de Bombay. Leur correspondance, quand elle devient plus intime, se tourne également vers le passé.

"The lunchbox" est un film à la fois pathétique, nostalgique et drôle dans le quel apparaît en contraste des deux autres, le personnage du jeune homme qui s’apprête à remplacer Saaja lorsque celui-ci aura pris sa retraite.

C’est un personnage vivant, heureux de vivre, joyeux. Venant en contre-point, il illumine le récit d’un bout à l’autre de ses rires et de sa bonne humeur.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)