Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Joshua Safdie (USA)

"The pleasure of being robbed" sortie en salles le 29 avril

Eléonore, jeune femme en apparence sans attaches, déambule dans les rues de New-York. Son passe-temps favori : voler ce qui passe à la portée de sa main, avec une préférence pour les sacs des passants, mais moins pour récupérer ce qu’ils contiennent de précieux que pour le plaisir d’en inventorier le contenu…
Jusqu’au jour où elle rencontre Josh.
Eléonore est une femme à la personnalité tumultueuse qui tente de repousser jusqu’aux limites du possible, les frontières de l’interdit et de la marginalité. Ses déambulations constituent l’essentiel de ses activités mais, sans doute, le détachement qu’elle montre l’aide-t-il à faire face à une extrême confusion intérieure. Celle où l’on se trouve plongé quand on a perdu tous ses repères.
La personnalité du personnage Eléonore est calquée sur celle de son interprète Eléonore Hendricks, comédienne à l’occasion mais plus généralement photographe ou responsable de casting, électron libre du paysage artistique new-yorkais.
SNES_ThePleasureOfBeingRobbed
Ces vols dont se rend coupable le personnage d’Eléonore, la photographe Eléonore Hendricks les commet en photographiant à la sauvette des passants pour des castings sauvages ou pour le simple plaisir de voler leur image…
Au milieu d’une narration libre, débridée, se produit subitement la cassure avec, dans un jardin public, la fouille d’un sac à main sous les yeux de sa propriétaire. Cet acte qu’on pourrait prendre pour un sommet de provocation est au contraire le signe d’une lassitude, d’un besoin de rupture brutale avec une vie oisive et déstructurée.
C’est à ce moment-là que se révèle l’étendue du profond désarroi que dissimulait le personnage.
Si "The pleasure of being robbed" est un petit film, par sa durée -1h10-, et par sa limite narrative à un seul personnage, et par la minceur trompeuse de son sujet c’est aussi une œuvre dense et originale sur le mal être d’une génération tâtonnante, à la recherche de nouveaux repères.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « It must be heaven »
    Elia Suleiman fuit la Palestine à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil avant de réaliser que son pays d’origine le suit comme une ombre. La France d’abord, lui offre le spectacle d’un Paris... Lire la suite (2 décembre)
  • « Made in Bangladesh »
    Shimu est une jeune ouvrière qui travaille dans une usine textile à Dacca au Bangladesh. Soumise comme toutes les autres ouvrières à un rythme de travail infernal, elle décide un jour avec quelques... Lire la suite (1er décembre)
  • « Chanson douce »
    Paul et Myriam sont un couple de trentenaires d’aujourd’hui. Il est producteur dans le domaine musical et elle, est avocate. Elle s’est mise en stand-by pour s’occuper à plein temps de ses deux... Lire la suite (25 novembre)
  • « Freedom »
    Au Cambodge, Chakra vit dans une famille pauvre dont tous les membres sont exploités, employés dans les rizières. A quatorze ans, il travaille dur et subit l’autorité d’un père excédé par la misère... Lire la suite (25 novembre)
  • « L’orphelinat »
    A Kaboul, à la fin des années 80, Qodrat, une quinzaine d’années, est un garçon de la rue qui survit en se livrant au petit commerce. Il propose aux passants, des porte-clés et à prix fort, à ceux qui... Lire la suite (24 novembre)