Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Marcus Lindeen (Suède)

« The raft » Sortie en salles le 13 février 2019.

En 1973, six femmes et cinq hommes tentés par l’expérience, embarquent sur un radeau et sillonnent à son bord, cent un jours durant, l’Océan Atlantique. Ils sont les cobayes volontaires d’une expérience scientifique visant à étudier les origines de dérapages de comportement, de l’attraction sexuelle de l’être humain évoluant en groupe et en vase clos dans des conditions de promiscuité et de non regard extérieur et de non contrainte. Quarante cinq ans plus, les survivants reviennent sur cette aventure hors du commun. « L’Alcali », la maison sur l’eau où a eu lieu l’expérience est un radeau de 12 mètres sur 7 et tout sépare les personnes qui constituent le groupe : nationalité, religion, personnalité, origine sociale....

Depuis les Canaries jusqu’au Mexique, cette équipée, à l’initiative du chercheur Santiago Genoves a été imaginée pour étudier au plus près les mécanismes de l’agressivité et de l’attraction sexuelle..
Les femmes ont été placées à des postes-clés pensant que l’attribution des postes de pouvoir à celles-ci serait un facteur de tension supplémentaire. La suédoise Mara est désignée comme le capitaine de l’Alcali et responsable de la survie de chacun. Servane, la française est la femme-grenouille seule à pouvoir intervenir en cas d’avarie. La jeune israélienne est le médecin à bord. S’ajoutent deux américaines, une bibliothécaire française, un photographe japonais, un prêtre angolais, un restaurateur britannique et un anthropologue uruguayen.

Pendant le périple, les participants sont soumis à un questionnaire quotidien où ils doivent faire le point sur leur degré d’agressivité et d’attirance sexuelle et mentionner les menus événements intimes et privés qui ont jalonné leur journée.

Cinéma : The raft

Pourtant, le dispositif mis en place par Santiago Genoves ne produira pas les résultats escomptés. Malgré les conditions extrêmes dans lesquelles s’est déroulé le voyage, la violence et les rivalités sexuelles n’ont pas été de mise. Le changement de cap des objectifs de l’expérience et les élans mégalomaniaques du chercheur vont le rendre de plus en plus trouble aux yeux des participants qui, au fil des jours, semblent prendre de la distance avec le projet initial.

Reste l’expérience personnelle de chacun et le bénéfice qu’il aura tiré du dépassement de soi, des épreuves traversées, de la qualité des échanges humains, de la révélation d’affinités.

Sans doute plus que l’expérience elle-même, ce sont les retrouvailles quarante ans plus tard de ceux qui ont partagé ces trois mois dans l’Océan Atlantique à bord du radeau qui intéressent.
Le retour sur les objectifs premiers du chercheur et sur le souvenir des échanges qui se sont produits entre les participants l’emportent nettement sur l’expérience.

Il importe peu, finalement que l’expérience ait été un succès ou un échec....

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Sergio et Sergei »
    1991. La guerre froide est terminée et l’URSS s’écroule. Sergei, un cosmonaute russe est resté coincé dans l’espace, oublié par les soviétiques qui ont d’autres chats à fouetter. A Cuba, grâce à une... Lire la suite (25 mars)
  • « Companeros »
    En 1973, l’Uruguay bascule dans la dictature. Des opposants politiques sont secrètement emprisonnés par le nouveau pouvoir militaire. Le film de Alvaro Brechner s’attache aux terribles conditions... Lire la suite (24 mars)
  • « C’est ça l’amour »
    Depuis que sa femme a quitté le domicile, Mario assure le quotidien domestique et s’occupe seul de ses deux filles, Fida, quatorze ans, qui lui reproche le départ de sa mère et Niki, dix-sept ans, en... Lire la suite (23 mars)
  • « Still Recording »
    En 2011, Saeed a vingt ans. Étudiant ingénieur, il quitte Damas pour Douma et pour participer à la révolution syrienne. Quelque temps plus tard, il est rejoint par son ami Milad, étudiant aux... Lire la suite (23 mars)
  • « Sunset »
    1913, Irisz Leiter revient à Budapest après avoir passé son enfance dans un orphelinat. Son retour a Budapest est motivé par le désir de travailler dans le magasin de chapeaux dont autrefois, ses... Lire la suite (19 mars)