Actualité théâtrale

Théâtre de poche Montparnasse

"The servant" Jusqu’au 12 juillet, puis du 1er septembre au 8 novembre

Tony, un jeune aristocrate britannique revient à Londres, après un long séjour en Afrique. Il y retrouve ses amis, Richard, un brillant éditeur et une jeune femme amoureuse, Sally. Comme « il n’a jamais fait quelque chose qu’un autre pourrait faire à sa place » ainsi que le dit Richard, il engage un valet de chambre, Barrett. Intelligent, travailleur, capable de tout faire, aussi bien la cuisine, la décoration intérieure que les mots croisés du Times, celui-ci devient vite indispensable. Satisfaisant tous les désirs de son maître en lui procurant alcools, mets délicieux et femmes dociles, il le débarrasse de tout souci domestique. Quand il a réussi à le persuader de ne même plus chercher à travailler et à le couper de ses amis, il a définitivement gagné.

Á cette pièce typiquement britannique, écrite par Robin Maugham, le neveu de Somerset Maugham et qui fut portée à l’écran par Joseph Losey avec Dirk Bogarde dans le rôle de Barrett, Thierry Harcourt offre un nouvel élan. Les peintures grises et glauques de la maison s’éclairent d’un panneau élégant sous la main de Barrett, un décor bourgeois et ordonné s’installe grâce à lui avant de céder la place au désordre des verres et des bouteilles abandonnés, toujours sous son inspiration. Des morceaux de jazz rythment le passage d’une scène à une autre, créant un climat de film en noir et blanc.

Maxime d’Aboville, Molière du comédien du théâtre privé pour cette pièce, elle-même couronnée du prix Beaumarchais et du prix de la critique, donne à Barrett toute sa noirceur de génie du mal. Passant de la soumission sournoise à la domination rageuse, il montre un extraordinaire talent de manipulateur. Il est remarquable. Xavier Lafitte est un Tony séduisant et charmeur, paresseux et veule à souhait. N’écoutant que son désir du moment, il s’enfonce avec délectation dans la déchéance. Il ne reste plus que Barrett face à lui. Autour d’eux, Adrien Melin (Richard) Alexie Ribes (Sally, la fiancée de Tony) et Roxane Bret (Véra et Kelly, les deux domestiques embauchées par Barrett, à la fois amoureuses de lui et prêtes à satisfaire les désirs sexuels de Tony) jouent leur partition tout en finesse.

Sur ce rapport maître-esclave, défriché par d’aussi grands auteurs que Molière, Beaumarchais ou Marivaux, la pièce apporte une noirceur nouvelle. Sous cette lutte des classes qui ne dit pas son nom, il y a le déclin d’une classe, mais ce que cherche Barrett, c’est plus que le pouvoir. Il cultive la manipulation comme un art et construit avec méthode la destruction de son maître et sa propre victoire. C’est fascinant.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 17h30
Théâtre de Poche Montparnasse
75 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris
Réservations : 01 45 44 50 60 67

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)