Actualité théâtrale

Saison 2012-13

Théâtre de la Bastille Partenaire Réduc’snes

Jean-Marie Hordé, directeur du lieu, et son équipe offrent chaque année à un public fidèle et nombreux, une programmation forte et singulière qu’ils aiment à définir comme un rêve réaliste.

  • Du 10 septembre au 7 octobre "Memories from the missing room" écriture et mise en scène de Marc Lainé, dessiné par Philippe Dupuy.

Moriarty est le nom d’un groupe de rock. Marc Lainé est un scénographe devenu metteur en scène et Philippe Dupuy, membre du duo Dupuy-Berbérian, un dessinateur de bande dessinée passé à la scène. L’alliance des trois, donne un spectacle imprégné d’Amérique, lorgnant du côté d’ Edward Hopper et des films noirs.

  • Du 17 septembre au 14 octobre "La femme qui tua les poissons" Texte Clarice Lispector, adaptation et mise en scène, Bruno Bayen.

Clarice Lespictor est une écrivaine célèbre au Brésil. Elle compte parmi ses inconditionnels, les noms de Julio Cortàzar, Orhan Pamuk ou Hélène Cixous. Pour ce spectacle, Bruno Bayen a choisi, parmi ses chroniques, celles parues dans un grand quotidien de Rio dans les années 67-73. Clarice Lispector y aborde, de façon singulière et drôle, de menus sujets : les jours qui passent, les poissons qui meurent, ses conversations avec des chauffeurs de taxis…

  • Du 16 au 27 octobre, "Maguy Marin, création 2012"

La chorégraphe Maguy Marin et le musicien-compositeur Denis Mariotte ont conçu ensemble cette nouvelle création qui reste dans le droit fil des œuvres précédentes. Si Maguy Marin a accédé au rang de classique, rien n’est plus contemporain que ses créations qui tentent d’empoigner le monde, d’en faire une lecture pointue, à l’aune des corps, des images et de l’Histoire.

  • Du 30 octobre au 17 novembre, "Les estivants" texte de Maxime Gorki, un spectacle de TG Stan.

Gorki a écrit en 1904, à la veille de la révolution et l’année de la mort de Tchékhov, cette chronique qui n’est pas sans rappeler " La cerisaie". Dans une datcha, des russes appartenant à la classe aisée se retrouvent un été et discourent de l’amour, du couple, des enfants, de la mort, de la révolution, de l’art…Avec Gorki, on est dans un domaine plus politique mais moins subtil que chez Tchékhov. Mais TG Stan insuffle à la pièce une souffle singulier qui fait d’une pièce légère et festive, une œuvre mélancolique, presque lancinante.

  • Du 14 au 16 novembre, "Le naufragé" texte de Thomas Bernhard, adaptation et mise en scène de Joël Jouanneau.

Le comédien Armel Veilhan nous propose les destins croisés de trois pianistes, anciens élèves du célèbre Horowitz, en incarnant la parole de l’un d’eux et en dessinant le portrait de Glenn Gould et de quelle façon, Wertheimer l’ami malheureux et jaloux, sombre dans la folie avant de se suicider.

  • Du 26 novembre au 13 décembre, "Le signal du promeneur" conception et mise en scène, Raoul Collectif.

Ils sont cinq, porteurs de lanternes et de questions, à agir ensemble. Leur objectif, chercher à éclairer les problématiques engendrées par notre société néo-libérale. Ils racontent et incarnent cinq biographies d’hommes au destin atypique. pour nourrir une réflexion sur les raisons qui conduisent un individu au passage à l’acte hors du commun.

  • Du 17 au 21 décembre, "Gaze is a gap is a ghost" chorégraphie et conception, Daniel Linehan.

Le chorégraphe américain Daniel Linehan propose sa nouvelle création au titre aussi énigmatique qu’envoûtant. Une double représentation s’offre simultanément au spectateur, l’une in vivo, l’autre en retransmission du point de vue des trois interprètes. Une exploration passionnante de la relation intime entre l’humain et la technologie.

  • Du 7 janvier au 3 février, " Lost replay" Texte et mise en scène Gérard Watkins

Gérard Watkins présente cette saison une nouvelle fable contemporaine. Perdus dans les réseaux de communication, Hub et Fay sont les nouveaux Adam et Eve devenus réfractaires à la tentation. L’auteur y dénonce une société humainement en déclin avec son langage appauvri, manipulé, où tout serait à défaire…

  • Du 11 au 23 février, le Théâtre de la Bastille consacre le numéro 5 de "Hors série" à l’international. Les spectacles qui le composent viennent de Berlin, Zurich, Bruxelles, Lisbonne auxquels s’ajoute une création franco-israélienne.

Les 11, 12 et 13 février à 19h 30 : ’Smmn Sns Prjct"

Les 11, 12 et 13 février à 21h : "Book burning"

Les 16, 17 et 18 février à 21h : "Progénitures"

Les 21, 22 et 23 février à 19h 30 :"Um espanto nao se espera"

Les 21, 22 et 23 février à 21h : "Still Standing you"

  • Du 15 mars au 13 avril, "Et la nuit sera calme" Texte et dramaturgie Kevin Keiss, librement adapté des " Brigands" de Friedrich Schiller, mise en scène Amélie Enon (Compagnie, Les irréguliers)

A travers " Les Brigands" , Amélie Enon et sa compagnie ont eu le désir de faire émerger leur propre histoire. Quand Schiller écrit ce texte, il a vingt et un ans, il y défend les lois qui répondent aux aspirations profondes de l’humanité et non celles qui conviennent à l’autorité des puissants. Ces thèmes sont passés au crible de la réécriture de Kevin Keiss.

  • Du 22 au 26 avril, " "Bal en Chine", Chorégraphie de Catherine Sagna.

Une fois de plus, la chorégraphe italienne explore un langage pluriel faisant éclater les frontières des disciplines. Il ne s’y agit ni d’un bal, ni de la Chine. Il y est question des réactions xénophobes d’une communauté au non d’un "civisme irréprochable" à partir de l’hostilité que lui inspire l’arrivée d’une famille chinoise.

  • Du 14 mai au 9 juin, "Chassez le naturel(…)" un spectacle de Jacques Bonnaffé et Jonas Chéreau.

Jacques Bonnaffé et Jonas Chéreau, avec humour et poésie, puisent dans la nature et débusquent l’esprit habitant l’animal. Puisque c’est Bonnaffé qui mène la danse, on en arrive très vite au burlesque. Chassons le naturel et on verra bien ce qui nous reviendra en retour !

  • Du 4 au 26 juin, "La légende de Bornéo" Texte et mise en scène du Collectif "l’Avantage du doute"

Il y a une légende à Bornéo qui dit que les Orangs-Outans savent parler mais qu’ils n’utilisent pas cette faculté pour ne pas avoir à travailler. Le Collectif explore le monde du travail et comment cette organisation particulière s’invite de façon pernicieuse dans nos intimités.

Ce sujet, à priori austère, passé par l’équipe de " l’Avantage du doute", se charge d’humour et d’émotion.

  • Du 12 au 30 juin, "Mes jambes, si vous saviez quelle fumée…" spectacle inspiré de l’œuvre du photographe Pierre Molinier, adaptation et mise en scène Bruno Geslin et Pierre Maillet.

Ce spectacle est un hommage émouvant et joyeux à Pierre Molinier (1900-1976) proche des surréalistes, connu pour ses photomontages, son penchant pour l’érotisme, son goût très net pour les portraits travestis et son fétichisme des jambes.

L’équipe des relations avec le public est prête à construire avec les enseignants des projets à leur demande, des parcours dans la programmation auxquels peuvent s’ajouter des visites techniques du théâtre, des ateliers et des rencontres avec les équipes artistiques.

Des dossiers d’accompagnement sur certains spectacles seront mis en ligne sur le site ou transmis par envoi, sur simple demande.

Francis Dubois

Théâtre de la Bastille 76 rue de la Roquette, 75 011 Paris

www.theatre-bastille.com

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 57 42 14 /

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)
  • « Mélancolie(s) »
    La pièce commence au printemps, au milieu d’une journée magnifique. Le temps est à la fête pour l’anniversaire de Sacha qui est entourée de son mari qu’elle n’aime plus comme avant, d’Olympe sa sœur... Lire la suite (9 décembre)