Actualité théâtrale

au Théâtre du Rond-Point

"Théâtre sans animaux" Jusqu’au 23 mars

C’est une reprise du grand succès de Jean-Michel Ribes, salué par trois Molières en 2001 (meilleur auteur, meilleure pièce comique, meilleur second rôle féminin), que nous propose le Théâtre du Rond-Point. Jean-Michel Ribes dit « j’aime les étincelles des courts-circuits, les immeubles qui tombent, les gens qui glissent ou s’envolent, bref les sursauts. Ces petits moments délicieux qui nous disent que le monde n’est pas définitivement prévu et qu’il existe encore quelques endroits où la réalité ne nous a pas refermé ses portes sur la tête ».

En huit courtes fables, on s’enfonce dans cet univers où le non-sens et l’absurde se glissent entre les phrases toutes faites – « ça fait peur quand même », « si on ne fait rien, on va le payer cher » et tout dérape. Jean-Michel Ribes accumule des situations extravagantes - l’arrivée d’un stylo d’une demi-tonne dans un salon ou l’histoire de l’homme qui n’a trouvé qu’un moyen pour arrêter de fumer, porter une perruque Louis XV – et des discussions délirantes comme celle qui partant de la remarque « j’aime toute cette période qui va de Vinci à Warhol ! », se lance sur le sujet « pourquoi on ne peint plus de carpe aujourd’hui ? ». Les situations dérapent, les répliques claquent, ce qui paraissait (presque) raisonnable devient par glissements successifs, absurde. Du gloussement léger, les spectateurs passent au fou rire avec une délicieuse jouissance.

Cr Giovanni Cittadini Cesi

La mise en scène de Jean-Michel Ribes sert à merveille son texte. Dans un décor de silhouettes de maisons qui se transforment en quelques glissements, les acteurs se déplacent sur scène selon une chorégraphie qui elle aussi devient fantasque. Semblant au départ attachés au quotidien, d’un coup ils s’envolent ou deviennent des carpes qui ondulent avec fantaisie. Ils sont tous les cinq excellents mais il faut surtout saluer Annie Gregorio qui fait merveille dans le personnage de la femme « normale », qui perd pied peu à peu, non sans lutter, et finit emportée dans le tourbillon délirant. On jubile au ping-pong des répliques et on se laisse emmener avec bonheur au pays du non-sens.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h.
Relâche les 5 et 12 février.
Représentations supplémentaires à 17h30 les samedis 2 février et 9, 16 et 23 mars.
Théâtre du Rond-Point
2 bis avenue Franklin D. Roosevelt, 75008 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21
www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)