Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Naji Abu Nowar (Jordanie – Royaume-Uni - Émirats arabes-unis - Qatar)

"Theeb" Sortie en salles le 23 novembre 2016.

En 1916, la Péninsule arabique est sous l’occupation britannique.

Dans un campement bédouin, au fin fond du désert, Theeb, 10 ans, passe le plus clair de son temps avec son frère aîné Hussein, un complice de tous les moments qui lui transmet les traditions ancestrales.

Un nuit, apparaît au milieu d’une réunion de la communauté, un officier britannique à la recherche d’un puits situé sur la toute de la Mecque.

Hussein accepte de lui servir de guide. Theeb, qui refuse de se séparer de son frère, décide de l’accompagner.

C’est, pour le jeune garçon, le début de terribles aventures et d’épreuves formatrices.

Cinéma : Theeb

Dans la culture bédouine, la loi de Dakheel impose un devoir sacré. Il oblige l’hôte sollicité à donner refuge et à venir en aide à quiconque vient vers lui et quelles que soient les circonstances ; ici, un contexte politique explosif.

Les bédouins sont ainsi réputés pour leur sens aigu de l’hospitalité même si l’accueil de l’étranger peut s’avérer dangereux.

Dans la culture bédouine, on appelle un garçon qui doit endurer une épreuve, un "theeb", un loup, quelqu’un de courageux, de rusé, capable de réaliser l’impossible.

" Theeb" l’enfant du désert verra dans le film de Naji Abu Nowar se multiplier les épreuves auxquelles il fera face avec un grand courage et une forte maturité.

Comment, à dix ans, résiste-t-on à l’épreuve de la mort d’un aîné qu’on idolâtrait, comment survit-on seul dans le désert ? Comment apprend-on si jeune à cohabiter avec l’ennemi, l’assassin de son frère ?

" Theeb " est un film d’aventures dont le héros est un enfant avec tout ce que cela comporte de séquences attendues.

Dès les premières scènes, on avait lu dans le regard de Theeb une détermination, une disposition au dépassement de soi et les signes d’une grande maturité.

Cette force de caractère lui fera passer tous les obstacles qui seront autant de leçons de vie.

Si le film sait maintenir une tension, un suspense tout au long, même si très vite on a deviné l’issue du récit, il vaut également pour la beauté des paysages (le tournage a eu lieu dans un désert de Jordanie en trois lieux différents dont celui où a été tourné " Laurence d’Arabie ") et par une distribution très convaincante qui, constituée de comédiens novices et pour la plupart analphabètes, fait preuve d’une belle spontanéité.

Un beau livre d’images au service des grands sentiments où l’on ne s’ennuie jamais.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les petits maîtres du grand hôtel »
    Jacques Deschamps, le réalisateur du film se trouvait à Grenoble où il participait à la commission de sélection des étudiants désirant intégrer le Master de cinéma-documentaire de Lussas, en Ardèche.... Lire la suite (22 septembre)
  • « Ceux qui travaillent »
    Sans diplôme et parti de très bas, devenu à force de volonté cadre supérieur dans une grande compagnie de fret maritime, Franck a de tout temps consacré sa vie au travail. Alors qu’il doit réagir dans... Lire la suite (22 septembre)
  • « Bacarau » 
    En 2016, Kleber Mendonça Filho présentait à Cannes « Aquarius » et brandissait avec son équipe, des pancartes dénonçant ce qu’ils considéraient comme un coup d’État contre la présidente Dilma Rousseff.... Lire la suite (21 septembre)
  • « Ne croyez surtout pas que je hurle »
    A la suite d’une rupture amoureuse qui l’a mis face à des difficultés financières insurmontables et pour plus de commodités, Franck Beauvais quitte Paris et ses activités cinématographiques déjà... Lire la suite (21 septembre)
  • « Ma folle semaine avec Tess »
    Sam, onze ans passe ses vacances d’été avec sa famille, sur une idyllique île néerlandaise. Il a pris la décision de s’isoler plusieurs heures par jour pour s’habituer à une solitude dont il compte... Lire la suite (15 septembre)