Actualité théâtrale

"Thérapie anti-douleur" Jusqu’au 11 novembre à La Manufacture des Abbesses

Le père est à l’hôpital, il a un cancer, mais ne sait pas pour quoi on le soigne. Ses deux filles et son fils se retrouvent à son chevet, avec leurs soucis, leur vision différente de la vie et de la mort. Gina est un médecin qui a renoncé à son rêve de partir faire de l’humanitaire en Afrique. Le frère boulimique vient de se faire quitter par sa femme. Giulia a abandonné ses ambitions d’écrivain et est devenue un auteur de feuilletons télé à succès, mais sa vie est vide. Dans la salle d’attente où ils confrontent leurs frustrations, leurs ressentiments et leurs angoisses, où ils s’affrontent et parfois se retrouvent, il y a aussi une femme africaine qui a peur pour son fils que l’on va peut-être amputer. Hors champs il y a aussi une infirmière-chef odieuse. Enfin le père en se réveillant va leur révéler l’existence d’une jeune maîtresse kosovar enceinte.
C’est donc par toutes ces confrontations que les personnages vont mettre à nu leur passé et leurs angoisses face à l’avenir, qu’ils vont vivre une "thérapie anti-douleur" pour retrouver le courage d’exprimer leurs sentiments et, parfois, prendre en compte ceux des autres.
L’auteur, l’italienne Laura Forti, en alternant réalisme et moments d’humour surréel évite le pathos et réussit à tisser de subtiles relations entre problématique sociale et existentielle. Même si on peut regretter à la fin l’accumulation de situations qui renvoient un peu trop aux feuilletons télé alors qu’on aurait souhaité plus de distanciation, on s’attache aux personnages, à leur vie, à leurs espoirs et à leurs défaites parce qu’on sent qu’il y a chez Laura Forti un vrai souci d’authenticité.
Yvan Garouel dans sa mise en scène a choisi un décor minimal, une chambre-salle d’attente qui nous permet de nous concentrer sur les personnages, et les acteurs qui les incarnent sont tous excellents (on peut citer Anne Coutureau dans le rôle de Giulia, Gaël Rebel dans celui de Gina, Isabelle Montoya dans celui de Dragana et Manga Djomo dans celui de Madame Nigeria). Ils sont vrais, violents, anxieux, avides d’amour et nous entraînent dans leur vie. C’est surtout grâce à eux que cette soirée nous offre un théâtre populaire et intelligent.
Micheline Rousselet

La Manufacture des Abbesses
7 rue Véron, 75018 Paris
Les dimanches, lundis, mardis, mercredis à 21 heures
Réservations : manufacturedesabbesses.com / 01 42 33 42 03

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les pieds tanqués »
    Pétanque vient du provençal « pé », pied et « tanca » pieu. Jouer à la pétanque c’est donc jouer aux boules pieds joints et non en prenant de l’élan comme à la lyonnaise. Comme on est en Provence, un... Lire la suite (27 septembre)
  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)