Actualité théâtrale

"Thérapie anti-douleur" Jusqu’au 11 novembre à La Manufacture des Abbesses

Le père est à l’hôpital, il a un cancer, mais ne sait pas pour quoi on le soigne. Ses deux filles et son fils se retrouvent à son chevet, avec leurs soucis, leur vision différente de la vie et de la mort. Gina est un médecin qui a renoncé à son rêve de partir faire de l’humanitaire en Afrique. Le frère boulimique vient de se faire quitter par sa femme. Giulia a abandonné ses ambitions d’écrivain et est devenue un auteur de feuilletons télé à succès, mais sa vie est vide. Dans la salle d’attente où ils confrontent leurs frustrations, leurs ressentiments et leurs angoisses, où ils s’affrontent et parfois se retrouvent, il y a aussi une femme africaine qui a peur pour son fils que l’on va peut-être amputer. Hors champs il y a aussi une infirmière-chef odieuse. Enfin le père en se réveillant va leur révéler l’existence d’une jeune maîtresse kosovar enceinte.
C’est donc par toutes ces confrontations que les personnages vont mettre à nu leur passé et leurs angoisses face à l’avenir, qu’ils vont vivre une "thérapie anti-douleur" pour retrouver le courage d’exprimer leurs sentiments et, parfois, prendre en compte ceux des autres.
L’auteur, l’italienne Laura Forti, en alternant réalisme et moments d’humour surréel évite le pathos et réussit à tisser de subtiles relations entre problématique sociale et existentielle. Même si on peut regretter à la fin l’accumulation de situations qui renvoient un peu trop aux feuilletons télé alors qu’on aurait souhaité plus de distanciation, on s’attache aux personnages, à leur vie, à leurs espoirs et à leurs défaites parce qu’on sent qu’il y a chez Laura Forti un vrai souci d’authenticité.
Yvan Garouel dans sa mise en scène a choisi un décor minimal, une chambre-salle d’attente qui nous permet de nous concentrer sur les personnages, et les acteurs qui les incarnent sont tous excellents (on peut citer Anne Coutureau dans le rôle de Giulia, Gaël Rebel dans celui de Gina, Isabelle Montoya dans celui de Dragana et Manga Djomo dans celui de Madame Nigeria). Ils sont vrais, violents, anxieux, avides d’amour et nous entraînent dans leur vie. C’est surtout grâce à eux que cette soirée nous offre un théâtre populaire et intelligent.
Micheline Rousselet

La Manufacture des Abbesses
7 rue Véron, 75018 Paris
Les dimanches, lundis, mardis, mercredis à 21 heures
Réservations : manufacturedesabbesses.com / 01 42 33 42 03

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les Mille et Une Nuits »
    Guillaume Vincent aime les contes et les mythes. Il l’avait déjà prouvé avec Songes et Métamorphoses où il explorait les Métamorphoses d’Ovide. Rien d’étonnant donc à ce qu’il se penche sur Les... Lire la suite (19 novembre)
  • "Motobécane"
    "Motobécane" est repris du 3 novembre au 30 décembre (sauf les 24 et 25 décembre) Novembre : les dimanches à 17h30 et les lundis à 19h Décembre : lundis et mardis à 19h, mercredis à 21h15,... Lire la suite (16 novembre)
  • « Waynak »
    Les plus vieux d’entre nous avaient rêvé d’un monde sans guerre. Pourtant elle était toujours là, mais plus loin. Et puis maintenant elle n’est plus loin, juste de l’autre côté de la Méditerranée. Les... Lire la suite (16 novembre)
  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)