Actualité théâtrale

"Thérapie anti-douleur" Jusqu’au 11 novembre à La Manufacture des Abbesses

Le père est à l’hôpital, il a un cancer, mais ne sait pas pour quoi on le soigne. Ses deux filles et son fils se retrouvent à son chevet, avec leurs soucis, leur vision différente de la vie et de la mort. Gina est un médecin qui a renoncé à son rêve de partir faire de l’humanitaire en Afrique. Le frère boulimique vient de se faire quitter par sa femme. Giulia a abandonné ses ambitions d’écrivain et est devenue un auteur de feuilletons télé à succès, mais sa vie est vide. Dans la salle d’attente où ils confrontent leurs frustrations, leurs ressentiments et leurs angoisses, où ils s’affrontent et parfois se retrouvent, il y a aussi une femme africaine qui a peur pour son fils que l’on va peut-être amputer. Hors champs il y a aussi une infirmière-chef odieuse. Enfin le père en se réveillant va leur révéler l’existence d’une jeune maîtresse kosovar enceinte.
C’est donc par toutes ces confrontations que les personnages vont mettre à nu leur passé et leurs angoisses face à l’avenir, qu’ils vont vivre une "thérapie anti-douleur" pour retrouver le courage d’exprimer leurs sentiments et, parfois, prendre en compte ceux des autres.
L’auteur, l’italienne Laura Forti, en alternant réalisme et moments d’humour surréel évite le pathos et réussit à tisser de subtiles relations entre problématique sociale et existentielle. Même si on peut regretter à la fin l’accumulation de situations qui renvoient un peu trop aux feuilletons télé alors qu’on aurait souhaité plus de distanciation, on s’attache aux personnages, à leur vie, à leurs espoirs et à leurs défaites parce qu’on sent qu’il y a chez Laura Forti un vrai souci d’authenticité.
Yvan Garouel dans sa mise en scène a choisi un décor minimal, une chambre-salle d’attente qui nous permet de nous concentrer sur les personnages, et les acteurs qui les incarnent sont tous excellents (on peut citer Anne Coutureau dans le rôle de Giulia, Gaël Rebel dans celui de Gina, Isabelle Montoya dans celui de Dragana et Manga Djomo dans celui de Madame Nigeria). Ils sont vrais, violents, anxieux, avides d’amour et nous entraînent dans leur vie. C’est surtout grâce à eux que cette soirée nous offre un théâtre populaire et intelligent.
Micheline Rousselet

La Manufacture des Abbesses
7 rue Véron, 75018 Paris
Les dimanches, lundis, mardis, mercredis à 21 heures
Réservations : manufacturedesabbesses.com / 01 42 33 42 03

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit », avec un formidable Franck Desmedt, est repris au Lucernaire du 4 mars au 26 avril, du mardi au samedi à 20h, dimanche à 17h Théâtre du Lucernaire 53 rue Notre Dame des... Lire la suite (6 mars)
  • « Kadoc »
    Représenter dans ses pièces le monde du travail et de l’entreprise, Rémi de Vos en est coutumier. Il n’est pas question pour lui d’en faire une étude sociologique, mais d’utiliser la vis comica qui... Lire la suite (5 mars)
  • « Passagères »
    Dans le huis-clos d’un brise-glace soviétique, la rencontre de deux femmes vite brisée par la terreur stalinienne. Sur ce bateau militaire où quelques rares cabines sont réservées à des civils, une... Lire la suite (5 mars)
  • « Toute nue,Variation Feydeau Norén »
    La pièce en un acte de Feydeau Mais n’te promène donc pas toute nue est bien connue. Le député Ventroux demande à sa femme Clarisse de cesser de se promener dans leur appartement en tenue légère car... Lire la suite (1er mars)
  • « Eugénie Grandet »
    Camille de la Guillonnière, dirigeant de la Compagnie « Le temps est incertain mais on joue quand même ! » (quel joli nom pour une compagnie théâtrale) a choisi de présenter le célèbre roman de Balzac.... Lire la suite (29 février)