Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’ Alfonso Gomez-Rejon

"This is not a love story" Sortie en salles le 18 novembre 2015.

Greg est un lycéen introverti dont le principal souci est de se "fondre" dans le décor, de ne surtout pas attirer l’attention. Il n’a qu’un ami, Earl, avec lequel il passe le plus clair de son temps à reconsidérer les grands films classiques et à tourner de courts sujets qui les parodient, avec les moyens du bord.

Sa volonté de passer inaperçu va être mise à mal par sa mère quand celle-ci le pousse à revoir Rachel qu’il a perdue de vue depuis la petite école et qui est aujourd’hui atteinte de leucémie.

L’amitié naissante, l’entrée en jeu de sentiments inédits entre les deux adolescents, va mettre Greg dans une posture difficile.

Cinéma : This is not a love story

Le titre fait référence au film d’Arthur Hiller tourné en 1970, " Love story " dont l’héroïne, comme l’adolescente du film d’Alfonso Goez-Rejon est atteinte d’un cancer.

Dans " Love story " la nouvelle de la maladie touchait un couple de jeunes adultes, alors que leur histoire d’amour était à son paroxysme. Ce qui interdisait au récit le moindre recul et le plongeait dans les abîmes du mélodrame.

" This is not a love story" prend le contre-pied du mélo de l’époque.

C’est une histoire d’aujourd’hui qui met face à une échéance dramatique, des personnages plus jeunes et où entrent en jeu des mentalités nouvelles, une autre façon d’appréhender la maladie, une autre façon de regarder l’autre.

Et même si la préoccupation première de Greg est de privilégier sa tranquillité, la lente découverte de l’autre dans des circonstances particulières finissent par le révéler à lui-même et le rendre aux codes intemporels de la relation.

L’humour, la dérision et sans doute une certaine dose d’indifférence brouillent ici les cartes.

Rachel n’a pas envie qu’on ébruite la nouvelle, qu’on s’apitoie sur son sort et Greg, de son côté veut garder intact son goût de l’humour et de la dérision pour conserver une distance et ne pas s’impliquer dans le danger qui menace sa camarade.

Greg est dans la bulle qu’il s’est créé où, d’une certaine façon, tout est en ordre, un monde dont il connaît les ressorts et qu’il sait à peu près maîtriser.

Mais voilà qu’en approchant Rachel et sa maladie, il se trouve plongé dans un monde dont il ne connaît pas les codes, ne maîtrise pas les enjeux.

Greg et Earl sont d’authentiques cinéphiles. Depuis leur très jeune âge, ils fabriquent ensemble des courts métrages et cette activité passionnante donne un éclairage particulier au récit.

Les séquences où s’insèrent les œuvres en réduction qu’ils ont réalisées ponctuent le récit auquel elles apportent une sorte de respiration, dévient du récit pour mieux y revenir.

Le traitement du sujet est résolument "actuel". L’humour et le sens de la dérision, l’image, un montage serré constitué de plans brefs pour tout ce qui touche aux ados, plus séquentiels quand les adultes occupent l’écran, l’impression d’une vivacité d’ensemble, colorent le film.

Une œuvre singulière qui cache sous une couche de superficialité, toute la gravité dont est capable la jeunesse d’aujourd’hui.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les petits maîtres du grand hôtel »
    Jacques Deschamps, le réalisateur du film se trouvait à Grenoble où il participait à la commission de sélection des étudiants désirant intégrer le Master de cinéma-documentaire de Lussas, en Ardèche.... Lire la suite (22 septembre)
  • « Ceux qui travaillent »
    Sans diplôme et parti de très bas, devenu à force de volonté cadre supérieur dans une grande compagnie de fret maritime, Franck a de tout temps consacré sa vie au travail. Alors qu’il doit réagir dans... Lire la suite (22 septembre)
  • « Bacarau » 
    En 2016, Kleber Mendonça Filho présentait à Cannes « Aquarius » et brandissait avec son équipe, des pancartes dénonçant ce qu’ils considéraient comme un coup d’État contre la présidente Dilma Rousseff.... Lire la suite (21 septembre)
  • « Ne croyez surtout pas que je hurle »
    A la suite d’une rupture amoureuse qui l’a mis face à des difficultés financières insurmontables et pour plus de commodités, Franck Beauvais quitte Paris et ses activités cinématographiques déjà... Lire la suite (21 septembre)
  • « Ma folle semaine avec Tess »
    Sam, onze ans passe ses vacances d’été avec sa famille, sur une idyllique île néerlandaise. Il a pris la décision de s’isoler plusieurs heures par jour pour s’habituer à une solitude dont il compte... Lire la suite (15 septembre)