Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Abderrahmane Sissako (France- Mauritanie)

"Timbuktu" Sortie en salles le 10 décembre 2014.

Dans la région proche de Tombouctou livrée au pouvoir des extrémistes religieux, Kidane éleveur de bétail, vit paisiblement entre sa femme et sa fille.

Auprès d’eux, le jeune Issan s’acquitte avec efficacité de sa tâche de berger.

La vie sous la tente, au milieu des dunes, n’a rien à voir avec la vie en ville où les habitants subissent impuissants, l’autorité aveugle des djihadistes.

Un homme muni d’un mégaphone rappelle inlassablement aux habitants que dorénavant, écouter où jouer de la musique est interdit, tout comme fumer, rire ou jouer au foot.

Les femmes, pour qui le port des gants et des chaussettes est devenu obligatoire, même s’ils sont difficilement compatibles avec leurs activités professionnelles, sont les seules à opposer ponctuellement un semblant de résistance à des décisions absurdes.

Pour imposer leurs règles, les extrémistes religieux réunissent des tribunaux qui rendent chaque jour des sentences humiliantes ou tragiques.

Cinéma : "Timbuktu"

Lorsqu’une vache échappée du troupeau de Kidane se prend dans des filets de pêche, l’homme depuis sa barque, l’abat d’un coup de lance.

Or, il s’agissait de la vache maîtresse du troupeau, la préférée de Kidane. Il s’ensuit une altercation entre l’éleveur et le pêcheur au cours de laquelle, ce dernier meurt accidentellement.

Kidane, arrêté, doit faire face aux nouvelles lois de justice.

Parallèlement à l’histoire de Kidane, le film fait état d’un autre exemple d’abus de pouvoir des djihadistes : arrêtés pour avoir enfreint la loi interdisant de jouer de la musique et de chanter, un couple à qui il estt reproché également de vivre hors des liens du mariage, est enseveli dans le sable jusqu’au cou avant d’avoir la tête brisée sous une pluie de jets de pierres.

L’image qui ouvre " Timbuctu " est celle d’une gazelle qui fuit à travers le désert sous les tirs d’un groupe hommes depuis une jeep.

Il est probable que le cinéaste ait voulu, avec cette image d’une liberté menacée, et prochainement sacrifiée, donner la tonalité générale de son film.

Le film d’Abdehramanne Sissako repose sur les deux histoires saillantes, celles de Kidane et celle du couple de musicien –chanteur lapidé.

Ces deux exemples sont l’illustration de l’occupation par les djihadistes de Tombouctou en 2012.

Une année au cours de laquelle toute une population a été prise en otage par un Djihad, une sorte d’auberge espagnole où sont mêlés à des Touaregs, des Songhaïs, des Bambaras, de récents convertis européens, français, espagnols qui, pris dans l’aveuglement de pratiques fanatiques, anéantissent les bases d’une harmonie de vie déjà rendue précaire par des difficultés économiques.

Mais le film qui dénonce un débordement de pouvoir est émaillé de personnages et de situations annexes qui, à la fois le nourrissent et créent une distance avec la situation dramatique décrite.

Ainsi Zabou, cette femme devenue folle qui porte des vêtements bariolés, hante les rues de Tombouctou et se permet, au titre de sa folie, les bras en croix, de barrer la route à une patrouille djihadiste.

Ainsi, ce match de foot disputé sans ballon mais avec le même engagement que s’il se donnait dans le cadre d’une compétition officielle.

Ainsi, montée en parallèle avec la scène atroce de lapidation, ce djihadiste qui se livre à une danse digne d’une chorégraphie de Béjart…

On pourra reprocher à " Timbuktu " sa beauté formelle, sa poésie, sa douceur, ses métaphores, sa sérénité quand, par ailleurs, il dénonce des atrocités et peut-être à une ambition cinématographique, de prendre le pas sur le discours.

Mais ce parti pris est là, au même titre que l’humour présent dans le film et qui montre les djihadistes sous l’angle du ridicule comme des bras cassés, des ratés ou des hypocrites qui fument en cachette pour contrebalancer une situation absurde, incohérente mais meurtrière.

Certains ont regretté, à juste titre, que le film n’ait pas figuré au palmarès du dernier festival de Cannes où il était en compétition.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « The last family »
    . « The last family » est parti d’une histoire vraie, celle du peintre Zdzislaw Beksinski et de son entourage. Pendant de nombreuses années,l’artiste a filmé chaque jour sa propre intimité à... Lire la suite (15 janvier)
  • « La surface de réparation »
    Ancien joueur de foot qui a abandonné le terrain, Franck, un solide garçon pourtant dans la force de l’âge, est devenu homme « à tout faire » auprès d’Yves, l’entraîneur d’un club de province.... Lire la suite (14 janvier)
  • « Enquête au Paradis »
    Nedjma, journaliste dans un quotidien algérien a décidé de mener une enquête sur les représentations du « Paradis » véhiculées par la propagande islamiste, les prédicateurs salafistes du Maghreb et du... Lire la suite (14 janvier)
  • « L’enfant de Goa »
    Cette chronique du village de Boribrnol à Goa en Inde est vue à travers le regard de Santosh, un adolescent de seize ans qui vit seul avec sa grand mère dans la pauvreté et sous le joug d’un marchand... Lire la suite (13 janvier)
  • « Le rire de ma mère »
    Adrien, une jeune adolescent, n’a pas la vie facile depuis que son père et sa mère se sont séparés. Il se partage entre l’un et l’autre jusqu’au jour où il va prendre conscience de la douloureuse... Lire la suite (13 janvier)