Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Stefan Liberski (France-Belgique-Canada)

"Tokyo Fiancée" Sortie en salles le 4 mars 2015.

Amélie est née au Japon. Elle y a vécu les cinq premières années de sa vie. Mais elle a dû quitter le pays lorsque ses parents originaires de Belgique y sont retournés.

Elle est restée profondément attachée à son pays de naissance à tel point qu’à vingt ans, elle décide d’aller s’y installer avec la ferme intention de devenir une authentique japonaise.

Pour subsister, elle s’improvise professeur de français.

Rinri se présente ; il a vingt ans et au fil des leçons, les deux jeunes gens tombent amoureux l’un de l’autre.

Ils forment un couple charmant et harmonieux, envisagent de se fiancer.

Mais leurs projets vont se trouver contrariés par la catastrophe du tsunami. Malgré son profond désir de demeurer au Japon, Amélie doit se résoudre à retourner vivre en Belgique.

Cinéma : Tokyo fiancée

" Tokyo Fiancée" a été adapté du roman d’Amélie Nothomb " Ni d’Eve ni d’Adam " et le résumé du film pourrait tenir en deux lignes : une toute jeune fille est heureuse dans un pays d’adoption. Elle y rencontre l’amour mais des événements imprévisibles contrarient ses projets.

La légèreté de cette comédie ne court pas après les codes habituels du genre et sans doute même, les fuit-elle.

Le film consiste en une suite de moments qui réservent des surprises mais qui surtout, jouent de façon drôle et poétique entre bonheur et déboires, sur un choc culturel.

On découvre au fil des scènes qui ne sont jamais des épisodes saillants, une Amélie toute en spontanéité, en émerveillement et tendresse, qui allie la grâce d’un ikebana à l’espièglerie d’un personnage de Manga.

Sur la trame simple de cette histoire universelle se dessinent en filigrane, les thèmes qui habitaient le livre d’Amélie Nothomb : le Japon, la fin de l’adolescence, la gourmandise de la vie, la sensualité, l’altérité et la fascination de la beauté.

Amélie vit dans un cocon où elle se métamorphose insensiblement et le Japon devient la métaphore de ce lieu à la fois irréel et imaginaire que nous quittons lorsque nous sortons de l’enfance.

Très jeune fille, lorsqu’elle revient dans le pays où elle est née, c’est en jeune femme affirmée qu’elle le quittera pour la seconde fois.

Elle aura vécu des moments ordinaires et d’autres très intenses. Elle aura découvert une sensualité libre où le sexe se confond avec la gourmandise.

Le goût du Kaki mûr sera aussi évocateur de sensualité que les bains d’eau chaude et les plongées délicieuses dans les sources thermales.

Aux intérieurs tirés au cordeau, à la rigueur du cérémonial japonais, le film oppose les grands espaces et des paysages de montagnes qui nous amènent à partager l’émerveillement d’Amélie, son bonheur de petite japonaise d’adoption.

L’image est colorée, les cadrages soignés, la photographie légère. Lajeune comédienne Pauline Etienne, toute en grâce, est en phase totale avec la tonalité de cette comédie qui ne force jamais le trait, nous amène à sourire souvent et dont on sort sur un petit nuage.

Ici, les règles du conte font bon ménage avec le réalisme.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Have a nice day »
    Alors qu’une pluie ininterrompue s’abat sur une petite ville du sud de la chine, Ziao Zhang, qui veut offrir les service d’un chirurgien renommé à son amie défigurée au cours d’une première opération... Lire la suite (23 juin)
  • « Jerico, l’envol infini des jours »
    C’est dans le village de Jérico, niché au cœur de la Cordillère des Andes où vivait sa grand mère que Catalina Mesa est allée à la rencontre de femmes qui, face à sa caméra, évoquent leur passé et leur... Lire la suite (23 juin)
  • « Sicilian Ghost story »
    Habitant d’ un village sicilien, Giuseppe, un garçon de 13 ans disparaît subitement. Toutes les éventualités sont envisagées, mais Luna, sa camarade de classe, écarte l’idée d’une disparition... Lire la suite (13 juin)
  • « Filles du feu »
    Elles ont à peine vingt ans et elles affrontent, en guerrières, l’état islamique au Kurdistan syrien. Dans cet endroit du monde où l’homme marche devant et la femme derrière, le fait qu’elles aient... Lire la suite (12 juin)
  • « Désobéissance »
    Ronit est allée vivre à Manhattan où elle est devenue une photographe reconnue. Elle est partie aux États-Unis pour faire carrière mais aussi, et peut-être plus encore, pour prendre de la distance avec... Lire la suite (10 juin)