Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Michel Hoffman (Gde Bretagne-Allemagne-Russie)

"Tolstoï, le dernier automne" Sortie en salles le 8 décembre 2010

Dans les derniers mois de sa vie, au nom de ses nouvelles convictions, Léon Tolstoï prend la décision de renoncer non seulement à son récent titre de noblesse mais également à ses biens et à ses droits d’auteur pour finir ses jours dans la pauvreté, l’austérité et la chasteté.
Il décide de modifier son testament et de léguer les droits de ses romans au peuple russe plutôt qu’à sa famille.
Lorsque son épouse dévouée, Sofya Andreïevna qui lui a donné treize enfants, a recopié de ses mains, plusieurs fois certaines de ses œuvres, découvre ses projets et l’influence sur Tolstoï de son disciple Chertkov, elle se bat autant qu’elle peut contre ce qu’elle considère comme une terrible injustice vis à vis d’elle et de ses enfants. Mais la passion de ses arguments ne sert qu’à conforter Tolstoï dans son désir de simplicité, d’authenticité et de paix.
Loin du biopic classique, le film de Michaël Hoffman a été conçu à partir des journaux intimes des proches et amis de Tolstoï. Il a bénéficié, durant toute sa production, de la collaboration des descendants de l’écrivain.

"Tolstoï, le dernier automne" est une sorte de fresque romanesque à la fois ample et intime. Le personnage de l’écrivain, magnifiquement interprété par Christopher Plummer, est un homme vieillissant considéré comme un dieu vivant et un prophète de l’amour parfait, aux prises, au cours de sa dernière année de vie, avec un enchaînement d’affrontements lié à la bataille entre le spirituel et le matériel.
Le film dénonce la nature contradictoire de Tolstoï qui déclare vouloir libérer les paysans tout en menant une vie d’aristocrate, voler au secours des serfs tout en dînant à une table entouré de serviteurs. Il est considéré, à travers son œuvre, comme l’autorité suprême en matière d’amour mais il ne parvient pas à résoudre les problèmes qui se posent dans son propre foyer.
Aux personnages de Tolstoï et de Sofya Andreïvna s’ajoute celui de Valentin. Valentin est le jeune secrétaire de l’écrivain. Il nourrit une passion sans bornes pour son maître et son œuvre. Mais son admiration s’estompe à mesure qu’il prend conscience que les nouvelles orientations idéologiques de l’auteur de "Guerre et Paix" trahissent son enseignement.
"Tolstoï, le dernier automne" est un film académique, de construction très classique. Il est superbement interprété. On pourrait regretter que les raisons profondes pour lesquelles Tolstoï renonce à ses richesses au profit du peuple ne soient pas plus apparentes, plus creusées. On a peut-être un peu trop donné l’avantage à la fresque romanesque au détriment du sujet social.
A ces réserves près, ce film est une réussite à bien des points de vue.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Voir le jour »
    Jeanne est auxiliaire de santé dans une maternité de Marseille. Avec ses collègues, elles se battent avec un emploi du temps surchargé afin de faire face du mieux qu’elles peuvent à l’accueil et à la... Lire la suite (10 août)
  • « Dawson City, le temps suspendu »
    C’est dans cette petite ville canadienne, à 500 kilomètres au sud du cercle polaire, que le conducteur d’une pelleteuse a mis au jour en 1978, lors de travaux pour un centre de loisirs, des boîtes... Lire la suite (2 août)
  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)