Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Xavier Dolan (Canada-France)

"Tom à la ferme" Sortie en salles le 16 avril 2014.

Tom, un jeune publicitaire, se retrouve au plus profond de la campagne, dans une ferme isolée, à l’occasion des funérailles du garçon qui était son compagnon.

Face à la mère de Guillaume et à son frère Francis, il constate que personne ne connaissait son existence, ni la nature de sa relation avec le défunt.

Lorsqu’il se retrouve entraîné dans un jeu de rôle malsain conduit par Francis dans le but de protéger l’aveuglement de la mère et l’honneur de la famille, il s’engage sur la voie toxique du mensonge et de la réalité masquée.

Xavier Dolan qui, à vingt-quatre ans, vient de réaliser son cinquième film ("Mommy" , actuellement en post-production) après "J’ai tué ma mère" en 2009, "Les amours i m aginaires " en 2010 et " Laurence Anyways" en 2012, est un jeune homme pressé, quelqu’un d’impatient qui reprend à son compte ce que disait Pierre Falardeau, cinéaste québécois à propos de son métier :" Il vaut mieux tourner que de tourner en rond".

Le projet qu’il avait en tête allant être trop long à monter, Xavier Dolan annonce à Michel Marc Bouchard l’auteur de la pièce de théâtre "Tom à la ferme" qu’il veut très vite en faire une adaptation pour le cinéma et tourner dans la foulée.

C’est ainsi qu’en deux-trois mois est bouclé le scénario de " Tom à la ferme" qui marque un virage dans l’œuvre du jeune cinéaste après une plus ou moins consciente trilogie sur l’amour impossible.

Cette fois-ci, la forme est plus sobre. Le fil narratif est respecté dans le souci de se mettre totalement au service d’un "thriller psychologique au suspense implacable".

S’il reste dans la tradition du genre, chaque scène du film est marquée par la griffe personnelle de Xavier Dolan.

La pièce se situait dans trois lieux essentiellement : une cuisine, une chambre et une grange et quatre personnages y apparaissaient : la mère, Tom, Francis et Agathe dont l’arrivée tardive fait éclater la vérité.

Le film n’est guère plus généreux en lieux et en personnages. Il répond aux codes du huis-clos même s’il "prend le large" en ouverture et en clôture du récit avec ces merveilleux plans en sur-plomb d’une voiture roulant sur une route à travers champs, une scène de consultation chez un médecin et une autre dans une taverne locale.

Lorsque Cannes découvre " J’ai tué ma mère" en 2009 (Xavier Dolan a vingt ans) on crie au génie face à cette œuvre insolente, cruelle et très personnelle.

On pouvait, à l’époque, s’interroger sur la suite que le très jeune cinéaste allait donner à sa carrière.

Or, les films qui ont suivi n’ont cessé de confirmer son talent et "Tom à la ferme" , où il s’essaie à un autre genre, s’avère être une œuvre totalement aboutie, complètement maîtrisée dans tous les domaines, la construction, l’image, la création d’atmosphère, la direction d’acteurs.

Mais pour autant, le film ne rentre pas dans le rang. La façon qu’a Xavier Dolan de mener son récit lui évite le moindre cliché et conserve au sujet sa fragilité, son actualité, la densité du drame et sa part de perversité.

A chacun de ses films, Xavier Dolan gagne ses galons de grand cinéaste.

Celui-ci marquera une nouvelle étape importante.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Lola vers la mer »
    Lorsque Lola, jeune fille transgenre de dix huit ans est sur le point de se faire opérer, que la phase finale de sa transformation est imminente, sa mère qui l’avait toujours soutenue dans sa... Lire la suite (7 décembre)
  • « Les envoûtés »
    La directrice du magazine où Coline n’a jusque là écrit que sur des romans récemment parus lui propose de se charger de la rubrique « Le récit du mois ». Pour cela, elle doit rejoindre dans la maison au... Lire la suite (7 décembre)
  • « Un été à Changsha »
    Dans l’été caniculaire de Changsha, ville située au cœur de la Chine, l’inspecteur Bin enquête sur une drôle d’histoire, la disparition d’un jeune homme dont on a retrouvé le bras sur les bords de la... Lire la suite (3 décembre)
  • « Seules les bêtes »
    Un femme disparaît mystérieusement. Sa voiture est retrouvée abandonnée au bord de la route de montagnes qui conduit à quelques fermes isolées du Causse. Alors que la gendarmerie tente de retrouver... Lire la suite (2 décembre)
  • « It must be heaven »
    Elia Suleiman fuit la Palestine à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil avant de réaliser que son pays d’origine le suit comme une ombre. La France d’abord, lui offre le spectacle d’un Paris... Lire la suite (2 décembre)