Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Dominique Margot (Suisse)

"Toumast, entre guitare et kalashnikov" Sortie en salles le 30 mars 2011

Les Touaregs symbolisent encore aujourd’hui, dans nos esprits d’occidentaux, l’altière fierté, le nomadisme teinté de folklore et une liberté qu’ils ont pourtant perdue, ces cent dernières années, affaiblis par le colonialisme, les exclusions, les insurrections, les famines et des conditions de vie de plus en plus précaires.
Les Touaregs rattrapés par la modernité tentent de rester un peuple de traditions et ce paradoxe les place dans un moment-charnière difficile à vivre.
Dans les années 80, des jeunes touaregs sans emploi, désireux d’une autre vie ou prêts à lutter contre les atteintes dont ils sont victimes suite, notamment aux modifications qu’entraîne l’exploitation de l’uranium et du pétrole, sont allés en Libye, suivre une formation militaire.
C’est là qu’avec celui des armes ils ont découvert le maniement des guitares électriques. Ils en sont revenus avec l’idée de la rébellion en tête mais ils avaient dans le même temps, créé un nouveau style musical au Sahara, la musique des "Ishumar".
Quand, en 1996, après des années sanglantes, la paix revient à Tombouctou, les rebelles déposent les armes et la musique prend le relais, devenant le symbole de la réconciliation et de la reconstruction.

Aujourd’hui des groupes musicaux comme "Toumast" se produisent
régulièrement sur scène à travers l’Europe. On dit d’eux qu’ils ont troqué les guitares contre les Kalashnikovs. Ils pratiquent la musique comme ils faisaient usage des armes avec la même conviction, la même force militante.
Le film de Dominique Margot fait état des nomades d’aujourd’hui et du Sahara actuel où certains, parfois d’anciens rebelles qui avaient pris les armes, tentent d’instaurer la paix par l’intermédiaire de la culture.
Les intérêts globaux liés à l’exploitation de l’uranium et du pétrole font obstacles aux intérêts locaux et partout où les gisements de matières premières existent, les vieux équilibres sont menacés.
Moussa Ag Keyna, ancien rebelle, aujourd’hui leader du Groupe musical touareg "Toumast" sert de guide tout au long du film. Sa musique inspirée de la musique ishumar est autant marquée par les influences occidentales que par la transe de la tradition touareg.
Le jeune berger analphabète, parti à quinze ans en Libye pour se former comme rebelle, est devenu quelqu’un qui, aujourd’hui, se donne d’autres moyens que les armes pour se battre et qui, grâce à la musique, touche et sensibilise les publics à travers l’Europe...
Depuis, la situation s’est de nouveau tendue. Des jeunes hommes ont de nouveau repris les armes et quelquefois aux rassemblements musicaux qui ont lieu le soir, autour d’un feu, les rebelles viennent se mêler aux musiciens…
Avec son film, Dominique Margot fait le point sur les mutations du peuple touareg, sur une situation politique toujours explosive et sur la musique qui, peut-être, est le meilleur gardien des traditions ancestrales.
Un beau mais inquiétant voyage…
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Sergio et Sergei »
    1991. La guerre froide est terminée et l’URSS s’écroule. Sergei, un cosmonaute russe est resté coincé dans l’espace, oublié par les soviétiques qui ont d’autres chats à fouetter. A Cuba, grâce à une... Lire la suite (25 mars)
  • « Companeros »
    En 1973, l’Uruguay bascule dans la dictature. Des opposants politiques sont secrètement emprisonnés par le nouveau pouvoir militaire. Le film de Alvaro Brechner s’attache aux terribles conditions... Lire la suite (24 mars)
  • « C’est ça l’amour »
    Depuis que sa femme a quitté le domicile, Mario assure le quotidien domestique et s’occupe seul de ses deux filles, Fida, quatorze ans, qui lui reproche le départ de sa mère et Niki, dix-sept ans, en... Lire la suite (23 mars)
  • « Still Recording »
    En 2011, Saeed a vingt ans. Étudiant ingénieur, il quitte Damas pour Douma et pour participer à la révolution syrienne. Quelque temps plus tard, il est rejoint par son ami Milad, étudiant aux... Lire la suite (23 mars)
  • « Sunset »
    1913, Irisz Leiter revient à Budapest après avoir passé son enfance dans un orphelinat. Son retour a Budapest est motivé par le désir de travailler dans le magasin de chapeaux dont autrefois, ses... Lire la suite (19 mars)