Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Pascal Bonitzer (France)

"Tout de suite, maintenant" Sortie en salles le 22 juin 2016

.

Nora est une jeune femme sûre d’elle et ambitieuse. Elle se destine à une carrière dans la finance. Elle a été retenue pour faire partie d’une équipe de jeunes collaborateurs au service du Président de la société Barsac et son associé Prévôt-Parédès.

D’entrée elle se heurte à son collègue Xavier mais Nora dont la personnalité et la pertinence ont séduit ses supérieurs ne cesse de marquer des points.

Lorsqu’elle apprend que Barsac, sa femme Solweig et Prévôt-Parédés ont été autrefois des proches de son père, elle s’interroge sur la coïncidence mais plus encore sur les raisons pour lesquelles ils se sont brouillés et ont rompu leurs relations….

cinéma : Tout de suite, maintenant

Pascal Bonitzer a réalisé avec " Tout de suite, maintenant ", un film sur la finance et le capitalisme d’entreprise, c’est indéniable, mais tout l’art du scénario, de la construction dramatique et de la mise en scène réside dans le fait que ce qui reste le motif central de son récit voisine à égalité d’importance avec des histoires de famille et de cœur et de vieilles rivalités amoureuses.

Pascal Bonitzer jongle avec ses personnages et les situations. Il charge ses personnages d’ambiguïté pour mieux les en délester. On peut supposer lorsque Barsac demande en pleine nuit à Nora, après un dîner en tête à tête, de venir travailler sur un dossier chez lui que c’est pour l’approcher. Il n’en est rien et lorsque qu’apparaît l’étrange Solweig, le doute se déplace. Cette femme qui s’annonçait comme un personnage au second plan du récit s’impose soudain comme un élément du rouage narratif

Pascal Bonitzer jongle également avec les fausses pistes où il nous entraine avec jubilation.

Si la construction du film multiplie les ramifications c’est pour qu’apparaissent sous le vernis de l’apparence de nouvelles facettes des personnages et à partir de nouvelles donnes de nouvelles priorités narratives qui prennent le pas sur les précédentes, les rendent caduques ou les gardent en réserve.

La progression dramatique devient virtuose quand les personnages dont on s’était fait une image définitive se craquellent, quand on passe de l’austère réunion du staff de la société à un émouvant moment d’intimité, une scène romanesque sur une plage du nord entre deux jeunes gens qui ne sont plus de jeunes loups de la finance mais deux êtres pris dans la complication de leurs sentiments l’un pour l’autre.

Les moments du film sont-ils là pour tisser un récit ou bien le récit qui se déroule est-il prétexte à des scènes qui se succèdent dans des ruptures d’atmosphères, une succession de décors contrastés, des séquences qui ne sont chacune qu’une pièce isolée ou essentielle d’un puzzle ?

Le secret sur lequel est sensé reposer le film est un secret de polichinelle et pourtant, il prend le pas sur ce que le scénario avait annoncé d’entrée, comme le sujet essentiel.

L’histoire ancienne qui s’est jouée entre les protagonistes adultes du récit est à peine crédible. Peut-être est-elle seulement prétexte à donner lieu à des moments superbes comme cette rencontre pathétique entre Serge et Solweig ou celui où Solweig se déleste de son passé en le révélant à son employée de maison qui est peut-être celle qui, avec des pouvoirs surnaturels de magie africaine, a tiré toutes les ficelles.

Il n’y a peut-être rien à prendre vraiment au sérieux dans l’histoire que raconte " Maintenant tout de suite" sinon l’histoire d’amour qui finira par réunir deux jeunes gens après qu’ils auront évacué ce qui les empêchait d’être heureux ensemble.

Et pourtant, pour le soin qui est apporté à chaque scène, pour la construction millimétrée du récit, pour la part de mystère qui plane sur le film, pour la complexité apparente d’un récit tout simple, le film de Pascal Bonitzer offre, grâce aussi à un casting au cordeau, un magnifique moment de cinéma entre divertissement et gravité.

Un cinéma peut-être rendu à sa vraie destination : l’art magique de l’artifice et du faux semblant.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les petits maîtres du grand hôtel »
    Jacques Deschamps, le réalisateur du film se trouvait à Grenoble où il participait à la commission de sélection des étudiants désirant intégrer le Master de cinéma-documentaire de Lussas, en Ardèche.... Lire la suite (22 septembre)
  • « Ceux qui travaillent »
    Sans diplôme et parti de très bas, devenu à force de volonté cadre supérieur dans une grande compagnie de fret maritime, Franck a de tout temps consacré sa vie au travail. Alors qu’il doit réagir dans... Lire la suite (22 septembre)
  • « Bacarau » 
    En 2016, Kleber Mendonça Filho présentait à Cannes « Aquarius » et brandissait avec son équipe, des pancartes dénonçant ce qu’ils considéraient comme un coup d’État contre la présidente Dilma Rousseff.... Lire la suite (21 septembre)
  • « Ne croyez surtout pas que je hurle »
    A la suite d’une rupture amoureuse qui l’a mis face à des difficultés financières insurmontables et pour plus de commodités, Franck Beauvais quitte Paris et ses activités cinématographiques déjà... Lire la suite (21 septembre)
  • « Ma folle semaine avec Tess »
    Sam, onze ans passe ses vacances d’été avec sa famille, sur une idyllique île néerlandaise. Il a pris la décision de s’isoler plusieurs heures par jour pour s’habituer à une solitude dont il compte... Lire la suite (15 septembre)