Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Edoardo Maria Falcone (Italie)

« Tout mais pas ça » Sortie en salles le 29 novembre 2017.

Tommaso, la cinquantaine élégante, est un chirurgien reconnu qui, à coups de réparties sèches et directes et à cause des rapports dénués de la moindre chaleur qu’il entretient avec le personnel de l’hôpital, s’est forgé une réputation d’individu hautain et méprisant.

Avec son épouse Carla, femme au foyer, ils ont élevé leurs deux enfants dans un profond esprit de laïcité.

Le jour où Andrea, le fils aîné, annonce qu’il a une révélation à faire à sa famille, chacun pense qu’il s’agit de son coming-out puisqu’on l’a vu le plus souvent sortir le soir en compagnie du même garçon.

Tous, sur la demande de Tommaso répètent la réponse la plus conciliante possible qu’ils donneront après la révélation.

Or, Andrea, au lieu d’annoncer son homosexualité à laquelle chacun s’est préparée, annonce qu’il s’apprête à rentrer dans les ordres.

Tommaso dont la réaction tient dans les quatre mots « tout-mais-pas-ça » lance des recherches et découvre que dans son cheminement pour rentrer dans les ordres, Andrea est accompagné par un prêtre « moderne » qui conduit son postulat de façon très contemporaine.

Il en déduit que son fils a été la victime de la démagogie de l’ecclésiastique chez qui il décèle des signes sectaires.

Tommaso est bien décidé à tirer son fils de ce mauvais pas et il utilisera pour cela tous les moyens possibles et quoiqu’il puisse lui en coûter.

Cinéma : Tout mais pas ça

Le début du film est mené tambour-battant avec la présentation du naturel bourru et hautain d’un Tommaso aussi distant avec les membres de sa famille que dans son cadre professionnel.

Une première fêlure craquelle la carapace du père de famille rigoureux lorsqu’il voit son fils enfourcher une moto, accroché au torse du jeune homme qui l’accompagne.

Or, comme Tommaso n’aime pas être pris au dépourvu, il anticipe la prochaine révélation de son fils.

La répétition du texte que chacun dira au moment de la révélation est un moment savoureux ainsi que le moment où le fils annonce sa détermination à consacrer sa vie à Dieu, alors que finalement, chaque membre de la famille aurait finalement préféré qu’il la consacrât à un homme.

La retournement de la réaction familiale est également un moment de franche comédie.

Jusque là, on est dans la tradition de la comédie italienne telle qu’on nous la servait dans les années soixante-dix, drôle, satirique, voire franchement méchante. On jubile.

Mais lorsque Tommaso décide de tirer son fils des griffes du prêtre et qu’il se met à échafauder toutes sortes de stratagèmes pour piéger le manipulateur, le récit, peut-être parce qu’il avait été particulièrement savoureux jusque là, rentre dans une phase plus laborieuse, plus conventionnelle avec notamment les transformations physiques de Tommaso, l’élaboration des supercheries sensées piéger le prêtre.

Subsistent encore des séquences drôles, des moments rocambolesques qu’un dénouement un peu rafistolé entraîne dans une sorte de morosité narrative qui n’est jamais rattrapée.

Il reste néanmoins qu’on a frôlé un vrai retour à la « comédie italienne » et qu’au bout du compte, avec les séquences drôles et satyriques qui l’emportent sur le reste, on garde, malgré certaines déconvenues, une impression de jubilation.

Les comédiens sont tous parfaits et Laura Morante est toujours aussi belle.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)